samedi 7 juin 2008

Rien ne va plus !

Par où commencer, comment écrire ?
Tentative en "bullet points":




Lire aussi:
Moddergevecht tussen PS en MR bereikt nieuw hoogtepunt
In een - uitgelekte - mail roept de PS partijgenoten op Reynders, Ecolo en de pers te bestoken.
Leterme krijgt zware klappen
Een jaar na zijn monsterscore van 800.000 stemmen krijgt Yves Leterme zware klappen. Minder dan drie op de tien Vlamingen vinden hem nog geschikt om het land te leiden. Dat blijkt zaterdag uit een peiling van Het Laatste Nieuws bij duizend Vlamingen.

Liberalen reageren verbolgen op mail

La "conversion" de Bertrand selon Chaos

Chaos Theory, qui aime partager ses réflexions sur la vie politique, économique et sociale avait été visiblement interpellé par mon articulet "«le libéralisme est le mot de nos adversaires»" dans lequel, je relatais simplement et succinctement les propos assez surprenant de Bertrand Delanoë : «je suis libéral», critiqué en cela vertement par Ségolène Royal.

Chaos a poussé assez loin les recherches sur ces propos et je vous invite à lire le résultat, dont voici un embryon:
"La gauche a toujours été le parti des fonctionnaires, c'est à dire des agents de l'Etat (...) La gauche a toujours été le parti de l'impôt, c'est à dire des revenus de l'Etat: elle doit avoir le courage de le rester, à l'heure où la justification même de la contribution collective à la richesse de la nation est remise en cause. (...) contester le principe de fiscalité, c'est porter atteinte à l'équilibre même du pays."

En marge de l'article, Francois s'est engagé à poster rapidement, sur "les phénomènes d'inflation normative en Région wallonne" ! Guettons le Périscope.

Que des choses intéressantes en perspective !

Petites vexations linguistiques

Guillaume, notre infatigable spécialiste de la périphérie et fin observateur de l'homo flamincus, propose 3 faits récents assez révélateurs des dérives immanquables du climat délétère actuel, qui commence visiblement à s'exporter:

  • "Hier moet je nederlands spreken !" (04/06/2008)
    Nadine, 35 ans: Lundi, comme tous les jours, elle a pris son train en direction d'Alost. "Lorsque je suis arrivée à destination, mon téléphone a sonné. C'était mon mari." Nadine a répondu et a marché sur le quai. "Je sentais que quelqu'un me suivait de près."
    Nadine, qui parlait toujours à son mari, s'est retrouvée nez à nez avec un inconnu qui a hurlé : "Hier, moet je nederlands spreken !"
    Pour l'anecdote, Nadine est commissaire de police. Elle aurait été en droit de rédiger un procès-verbal pour racisme... "C'est dingue. Ma collègue, qui est une vraie néerlandophone, a eu la même blague dans le train." Deux passagers n'avaient pas supporté qu'elle parle en français avec une amie. "Ils s'étaient fait la réflexion oralement en flamand. Elle a compris bien évidemment et leur a répondu aussi sec."

  • Pas de néerlandais, pas de crèche ! (03/06/2008)
    C’est une situation ubuesque. A Bruxelles, un couple hispano-britannique habitant la capitale ne peut inscrire son jeune fils de 16 mois dans une crèche flamande, faute de déclaration sur l'honneur que le néerlandais est la langue utilisée à la maison. Il a porté plainte pour discrimination auprès de la Commission européenne.
    Tous les documents du jeune enfant, qui comprend l'espagnol, l'anglais et le néerlandais, étaient rédigés dans la langue de Vondel: acte de naissance, inscription dans la commune et carte d'identité. "Mieux: il ne comprend pas un phonème (??) francophone", ironise le quotidien.

  • Menacé de mort, le principal d'un collège témoigne (05/06/08)
    Le collège Michel de Swaen doit s'appeler Lucie Aubrac.
    Le "Mouvement flamand" n'accepte pas que le collège Michel de Swaen s'appelle désormais Lucie Aubrac
    Dans deux lettres, Wido Triquet, l'un des membres du Mouvement flamand qui se présente comme un résistant et un défenseur de la culture flamande, incite à l'assassinat du principal du collège.
    La dernière lettre du 10 mai propose de faire un exemple comme celui du préfet Erignac "grâce auquel Paris parle désormais de la Corse avec respect".Dans cette lettre Wido Triquet donne ensuite l'adresse du principal du collège en question.Le syndicat du personnel de direction de l'Education nationale a décidé de porter plainte.L'auteur de la lettre interrogé par une équipe de France 3 répond à la question de savoir si un changement de nom de collège vaut la mort d'un homme : "Si, quand même. On est en train de casser la culture d'un peuple".
A bon lecteur, salut !

Updated
Dans son journal communal de juin 2008, la commune d'Overijse annonce fièrement avoir mis sur pied, avec l'aide de volontaires, un point de contact central pour recevoir les plaintes linguistiques. Toujours selon le journal communal, les citoyens pourront donc y dénoncer les dépliants publicitaires ou encore les panneaux « à vendre » ou « à louer » qui seraient dans une autre langue, ceux-ci étant « en violation du statut linguistique néerlandais de la commune d'Overijse ». La commune pourra alors « aimablement » faire une demande à la société incriminée. De toute façon, fin 2008, Overijse donnera aux commerces et sociétés commerciales « des conseils pratiques pour former le caractère néerlandophone de notre commune ».

La haine communautaire gagne les stades flamands de football
Des incidents ont éclaté pendant et après la rencontre de football de division 2 qui opposait ce dimanche 1 juin le club de l'Antwerp (Anvers, Flandre) à Tubize (Wallonie). Une tribune de plusieurs milliers de supporters flamands a chanté à plusieurs reprises "Wallen Buiten" ("Wallons Dehors", slogan des nationalistes flamand qui date de l'expulsion en 1968 des étudiants francophones de l'Université de Louvain).

4 milliards de dette cachée

Samedi matin décidemment très "finance".

Cela fait longtemps que je n'ai plus lu que Michel Daerden était un "excellent gestionnaire"
C'est très bien, car cela n'a jamais été vrai, comme expliqué moult fois sur ce blog (et ailleurs)

La Région wallonne met le financement alternatif à toutes les sauces, nous écrit ce matin l'Echo.

"Selon les calculs du MR, l'encours total de ces financements atteint 4 milliards d'euros, dont la moitié a été décidée les trois dernières années. On atteint aujourd'hui quasiment le niveau de la dette régionale (4,3 milliards).Si l'on devait inclure cette «dette cachée» dans le périmètre régional, l'endettement ne serait plus de 67 % des recettes, comme s'en gargarise le ministre du Budget Michel Daerden, mais de plus de 100% ! De quoi faire exploser tous les programmes de stabilité.
Cela prend des proportions incroyables. On réduit les marges des futurs gouvernements. Selon les calculs du MR, en 2009, les engagements alternatifs dépasseront les charges de la dette: 270,25 contre 252,8 millions d'euros."

«Au-delà des montants, la transparence. La majorité refuse de communiquer le cadastre des encours.»
Ce sentiment d'opacité est encore plus vif, quand on connaît les véhicules de ces financements alternatifs: le Crac (Centre régional d'aide aux communes), la Sofico (autoroutes), la Sowafinal (friches industrielles)… Rien que des organismes contrôlés directement par la Région wallonne.
On cherche uniquement à s'extirper du carcan budgétaire. Sans contrôle parlementaire, tant le Crac, la cellule d'information financière de l'administration et les gestionnaires de la dette wallonne sont discrets.

"C'est pour cela que la Cour des comptes réclame un suivi extracomptable"


Mais qu'est-ce qu'on va encore découvrir après le prochain changement de majorité dans le sud du pays?




7.400 euros en 2013

La lutte contre la fraude a rapporté 590 millions en 2007, contre 817 millions en 2006

Georges Clerfayt:
« Au-delà des actions mises en œuvre par les différentes instances chargées de lutter contre la fraude fiscale, il est un autre moyen de l’éviter : réduire la pression fiscale, particulièrement élevée en Belgique. »

Reynders propose de relever graduellement le minimum imposable de 6.150 euros à 7.400 euros en 2013. Il propose également une modification des barèmes fiscaux.
Fonction des revenus, cinq taux sont applicables : 25 %, 30 %, 40 %, 45 % et 50 %, qui seraient réduits à trois, comme suit: 25 %, 40 %, 50 %.

Cette mesure aurait pour effet une hausse du pouvoir d’achat, ce qui fait faire la gueule au PS, paraît-il et annonce du bout des lèvres, via le au cabinet :

« Ce n’est pas faire preuve d’esprit d’équipe. »
« L’outil fiscal est effectivement un moyen de relever le pouvoir d’achat. Et toute mesure, d’où qu’elle émane, qui joue en faveur du pouvoir d’achat des bas revenus aura notre sympathie »


Joëlle Milquet : « S’il y a une urgence, c’est d’augmenter le minimum imposable, qui touche directement les bas revenus. Quant aux barèmes, tout sera à négocier. Sous l’ancienne législature, Didier Reynders a lancé une grande réforme fiscale qui a avantagé les hauts revenus, pas les moyens revenus. Cette fois, la réforme fiscale doit agir sur les bas et les moyens revenus.»



Lire aussi:
Le plan Reynders pour baisser les impôts
(06/06/2008)

vendredi 6 juin 2008

Blessent mon coeur d'une langueur monotone ...

6 juin 1944.
Une aube blafarde se lève sur les côtes normandes. Des nuages bas, une mer grise, agitée.
Une immense armada est à la mer. Des centaines de navires convergent vers les côtes de France.

Les investissements wallons

Priorité d'investissement dans les écoles ?
Non, c'est trop noble et bourgeois comme intérêt et puis surtout il faut une réelle compétence de gestion: à laisser de toute urgence au secteur privé, qu'ils ont dit.
Investissements dans le tarmac, alors pour refaire les routes wallonnes délabrées ? Oui et non. Rien à foutre des routes wallonnes du vulgus pecum (sauf si c'est pour les vignettiser ou imaginer des projets autoroutiers pharaoniques), mais Francorchamps, comme béton, cela semble très noble quand on a accès gratuitement aux parties VIP.
De plus, la F1 en Belgique jusqu’en 2012, c'est un bon hameçon électoral pour les victimes du sport-pognon-spectacle.

Nous avons droit à la dialectique verbeuse et lénifiante du camarade Marcourt:

« Notre objectif reste de prolonger encore ce contrat jusqu’en 2015, mais nous venons déjà de franchir un pas important qui va nous permettre d’amortir les investissements sur une plus longue durée.
Outre cette prolongation, nous avons sécurisé le volet financier en convertissant la valeur du contrat en dollars et en garantissant le risque de change. »
« Cela va dans le sens de nos nombreux projets qui visent à faire de Francorchamps un vrai pôle de développement économique. Autour du circuit bien sûr, mais aussi au travers du centre de formation et de la zone industrielle.»
Quelqu'un a-t-il une idée de ce que ce contrat a encore coûté à la Région Wallonne, suite à la dépréciation du dollar par rapport à l'Euro ?

Pourtant les investissements venus d'ailleurs semblent stables, car la Belgique garde sa 5e place en Europe (établi par le cabinet d'audit et de conseil Ernst & Young- qui insiste en priorité sur la diminution de l'impôt des sociétés pour le rapprocher de la moyenne européenne et sur le maintien et la promotion du système de déduction des intérêts notionnels) , mais l'emploi continue de trinquer. Mais que fait Milquet, à part s'occuper des titres-services ?

A noter également que le pays enregistre une légère baisse (- 5 pc), alors que la moyenne européenne progresse de 5 pc.
Si la Belgique fait toujours bonne figure, c'est en grande partie grâce à la bonne performance de la Région bruxelloise (42 projets/175 investissements (contre 185 en 2006)) qui voit sa part de marché en termes d'investissements étrangers s'accroître de 18 à 24 pc.

La Wallonie (44 projets) affiche sa stabilité avec 25,2 pc du montant total des investissements.
"Les performances aux plans européen et belge montrent que les investisseurs étrangers manifestent encore de l' intérêt pour nos contrées", déclarent les auteurs de l'étude. Mais cette croissance - ou cette relative stagnation - ne doit pas cacher la baisse du nombre d'emplois créés dans la foulée. La croissance de 5 pc des investissements se traduit par une baisse de 18 pc du nombre des emplois générés.


Patricia Ceysens (la ministre flamande de l'Innovation), le dit un peu aussi:
"La Région wallonne a déboursé de gigantesques montants pour attirer Microsoft et Google en Wallonie. Mais l'achat de trophées n'est pas tenable à terme"
"Du point de vue politique, c'est merveilleux de pouvoir présenter ce genre de projets symboliques, mais pour une croissance durable de la région, cela ne signifie pas grand-chose, sinon rien"
"La Région wallonne a déboursé énormément d'argent pour attirer Microsoft et Google en Hainaut, ce que l'Europe accepte dans cette région, mais je pense que c'est là une erreur stratégique que d'investir autant d'argent dans si peu d'emplois.
Ce n'est pas tenable à terme." Mme Ceysens croit néanmoins dans la franchise économique du gouvernement wallon. "La Wallonie a assurément besoin de ces symboles, et toute sa démarche a pour but de stimuler la dynamique de la région, mais en Flandre, ce ne serait pas possible"

Focale sur le Musée de la Photographie

Après sa restauration en 1995, le Musée de la Photographie de Charleroi s'est étendu grâce à l’ouverture ce 1er juin, d’un nouvel espace jouxtant l’ancien carmel, devenant ainsi le plus vaste lieu de ce type en Europe.

L'excellent Jean-Yves Huwart nous en parlait déjà il y a quelques mois et commençait comme ceci: Un très beau musée à Charleroi… Vide…
Après 40 ans de déglingue et de prévarication, Charleroi est comme une ville d’ex-URSS au lendemain de la chute du mur. Entre les remparts de béton sale et les cités sociales, des ilots d’esthétisme survivent néanmoins. Même s’ils sont rares. Le musée de la photographie à Mont-sur-Marchienne de appartient à cette catégorie.

et se terminait ainsi:
Charleroi ne dispose pas de milliers d’actifs à mettre en valeur. Hélas, tant à la ville de Charleroi qu’à la Communauté française, la conception que l’économie et la culture peuvent se nourrir l’une l’autre bute encore sur les stéréotypes. D’aucuns considèrent encore qu’elles sont comme l’eau et le feu, la première éteignant la seconde. Quel dommage, à la fois pour la visibilité du musée, pour la ville de Charleroi et pour les finances de la Communauté française…

Lire le reste de l'article pour connaître l'avis complet de Jean-Yves et prendre connaissance des nombreux commentaires et avis, consultez l'embryon de site ouaib pour savoir quand et comment s'y rendre et prenons le pouls des curieux, via le reportage de RTL-TVI:

video

Le Quotidien, c’est fini

Place à La Meuse Namur! avec Expresso, le blog du déjanté Diederick Legrain


"L’insolence fait-elle partie des “mamelles du journalisme” ?


Avec également la présentation du programme de visite d'Yves à Dinant, aujourd'hui:





Lire aussi:
Le défouloir
Le blog insolent ou insolite

La Meuse à Namur
Le groupe Sud Presse revient en force sur la capitale de la Wallonie.

Il y relance son titre "La Meuse" qui se substituera au "Quotidien de Namur" dès le lundi 2 juin prochain. Cette cinquième édition de La Meuse s'ajoute donc à celles de Liège, Verviers, Huy-Waremme et Luxembourg.

Les colonnes de "La Meuse" se distingueront par une couverture originale de l'actualité namuroise et un ton volontiers plus incisif que par le passé. L'ambition est clairement d'investiguer des domaines de l'actualité peu explorés par les médias actuels. La complémentarité avec le web fera également l'objet d'une attention particulière.



jeudi 5 juin 2008

J'aime l'agriculture !


Etranges libéralités

Deux faits d'actualité liés à des ministres libéraux, m'interpellent:

  1. Charles Michel renvoie un membre du VB
    Le ministre de la Coopération au développement Charles Michel (MR) a empêché le député Bart Laeremans (Vlaams Belang) de participer à une réunion de la délégation belge, au sein de la résidence de l’ambassadeur belge à Rome, organisée dans le cadre de la conférence sur la sécurité alimentaire de la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, relatent Het Laatste Nieuws et Het Belang van Limburg. Bart Laeremans est le président de la commission de l’Economie et de l’Agriculture à la Chambre. Dans le cadre de cette fonction, il fait partie de la délégation belge à Rome.

    Les détails sont à venir, car ces faits sont pour le moins étonnants; quand on accepte démocratiquement l'existence de fascistes dans les rouages de l'Etat ... il faut assumer jusqu'au bout.


    .
  2. Rik Daems a été consultant pour Belgacom via un étonnant contrat conclu en avril 2007 entre Belgacom et la SPRL Proconsult, représentée par son directeur général, le député Rik Daems (Open-VLD), qui fut également, de 1999 et 2003, le ministre de tutelle de l’opérateur public.
    Selon les termes de ce contrat, d’une durée de six mois, Rik Daems devait assister Belgacom, en tant que consultant, pour la recherche d’opportunités d’affaires dans l’émirat du Qatar.
    NB: me fait penser à un autre d'expert dans un milieu connexe.

    Quant à la rémunération de l’ancien ministre des Télécoms, elle devait consister en un pourcentage sur l’ensemble de l’investissement réalisé par Belgacom au Qatar, avec un plafond de 50.000 euros. Tous les frais engagés par Rik Daems dans l’exercice de ce contrat devaient également être pris en charge par l’entreprise publique.

    Les parlementaires (et autres mandataires) qui exercent des activités complémentaires à l'exercice premier de la démocratie ... dans des entreprises à caractère public (et même privée, finalement) ...

Quel enseignement ?

L'actualité d'Alain Destexhe, c'est plutôt l'enseignement, avec un florilège de billets sur le sujet sur son blog.



Enseignement : libre versus officiel
L'enseignement libre, meilleur que l'officiel selon PISA.
Analyse des résultats de l'enquête.

video

2 +2 = 5 , PISA suite , Interview et débat & Langue de bois

mercredi 4 juin 2008

Calimélio

Marre des attaques injustifiées nous explique le Camarade-Président sur son blog, faisant suite aux différentes histoires rapportées de népotisme ou de politisation des processus de sélection et/ou de nomination.




J’entends ces derniers temps des attaques unilatérales sur les désignations dans la fonction publique wallonne. J’entends des gens qui ont raté les examens et qui se plaignent aujourd’hui que d’autres soient désignés. Sans aucune explication de fond, certains journalistes tombent dans la caricature de l’attaque infondée et pilotée par des adversaires politiques du PS.

Question déposée à ce sujet:

himself 2 juin 2008 à 13:03

• Attaché de Cabinet puis Chef de Cabinet adjoint du Ministre de la Région wallonne pour le Budget et l’Energie (1981-1985)
• Inspecteur général à l’Inspection de l’Energie du Ministère de la Région wallonne (1985-1987)

Il serait éminemment intéressant de connaître les conditions de recrutement de ce dernier poste.

Comme l'agnelle qui vient de naître


DATI: "laissons cette jeune femme tranquille!"

Interpellée à l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement, la Garde des Sceaux a défendu sa position initiale, déclarant penser
« à cette jeune femme qui est concernée par le jugement. C'est un sujet très grave qui concerne sa vie, qui concerne sa liberté, qui concerne son intimité ».
« A aucun moment, ni dans les conclusions des avocats, ni dans le jugement lui-même, il n'est fait mention d'environnement culturel ou religieux »

« Evitons la caricature, évitons l'amalgame, évitons la stigmatisation de certains de nos compatriotes », en référence à la confession musulmane des mariés.
« Aujourd'hui, nous avons le consentement des deux époux pour faire annuler ce mariage, c'était leur demande. Elle se fondait sur le rapport de confiance et de vérité au sein du couple. Demain, nous aurons d'autres cas, et peut-être sans le consentement de l'un des deux », a précisé Mme Dati. « Il n'est donc pas question d'admettre que la procédure en nullité soit utilisée pour le seul motif de la non-virginité », a-t-elle assuré.
Le tribunal a annulé l'union le 1er avril, au motif que l'époux l'avait conclue « sous l'empire d'une erreur objective » qui « était déterminante dans son consentement », l'épouse ayant menti sur sa virginité.

mardi 3 juin 2008

Foot, image, pognon et l'enseignement

Belgacom a obtenu les droits de diffusion de la première division de football en Belgique pour les trois prochaines saisons, pour un montant de 44,7 millions d'euros par saison.
Le montant des droits est supérieur de 25% à celui du contrat actuel, qui était de 36 millions d'euros par saison.


La RTBF et la VRT sont associés au contrat en ce qui concerne les résumés des rencontres et les magazines sur la 1ère division, rétribuant pour ces droits un montant de 8 millions à Belgacom.


Ces entreprises sont "publiques" pour l'essentiel.
Combien pour nos écoles ?


Updated
Lire aussi:
Didier Bellens indésirable chez Belgacom
Le gouvernement doit reconduire le patron ou désigner son successeur. Le CA favorable à la seconde option. Trois premiers noms circulent.

"Parmi les formations de la majorité, hormis le PS, Didier Bellens ne disposerait plus d'un réel soutien."

Mais il se murmure qu'un marchandage politique n'est pas à exclure. Un scénario passablement alambiqué prévoit qu'en échange d'un patron flamand pour Belgacom, les francophones recevraient un nouveau poste de commande à la SNCB.

Les salaires des grands patrons irritent l’Europe
Salaires exorbitants, pluie de stock-options, parachutes dorés, indemnisations records… Les chiffres à rallonge des salaires des patrons agace l’Europe.»

8 millions € pour Didier Bellens (Belgacom) en cas de licenciement
Hausse de salaire controversée à la SNCB

Que le Grand Cirque continue !

Je suis une femme politique


pas pilote de ligne.


video


Suite à une décision politique:


video


Un avion se brise en deux à Zaventem
Selon Jan Van der Cruysse, porte-parole de Brussels Airport, personne n'est mort ou n'a été blessé dimanche dans l'accident impliquant un avion cargo à l'aéroport de Zaventem. Cinq membres d'équipage se trouvaient à bord de l'appareil. L'un d'eux est en état de choc. L'avion, un Boeing 747 de la compagnie américaine Kalitta Air, est sorti de la piste au décollage.


http://www.belgocontrol.be/


Comparaison n'est pas raison

Il y a quelques jours à peine, beaucoup d'articles se déchaînaient sur les grèves des TEC, suite à une aggression: une “Prise d’otage” se positionne François (parlant de la grêve) et d'autres bloggeurs tel que Chaos Theory "Et une grève injustifiable de plus... ", se focalisant sur cet aspect des choses.

Pour ma part, c'est le sort du chauffeur qui m'a interpellé dans toute cette histoire; ma source première de cette information, étant le JT de la RTBF que je vous soumets ci-dessous.

Exercice de médias comparés. Il faut peut-être être un himself -avec ce sens du détail- pour tomber dans le panneau ?
Extrait de JT du 22/05/08 de la RTBF, à comparer avec celui de RTL-TVI, même jour et même sujet.


video


Extrait du JT du 23/05/08 de la RTBF sur le même sujet; sa suite, en fait.
Cfr les explications de la veille, la scène a été enregistrées sur support vidéo. Les témoignages sont pourtant étonnants de contradictions.


video

Journalistes en herbe ou émérites, médiaphiles ou médiaphages, faites-moi part de vos impressions.
L'exercice ne vise certainement pas à tirer des conclusions générales sur le traitement de l'info meilleure ici ou là.

Harcèlement moral "carolo", vu de France

"il serait bien étonnant que tout cela n’arrive pas aux oreilles du Gouverneur de la Province concernée, voire au Palais Royal de Bruxelles et particulièrement chez Son Altesse Royale le Prince Philippe de Belgique qui appréciera certainement"

Ceci est la conclusion assez surréaliste d'un article renseigné par Guillaume, un lecteur/réacteur régulier du Grand Barnum , avec qui je semble partager une même sensibilité à la problématique du respect des minorités (et d'autres choses encore, peut-être). Rien de tout cela ici, car

L'article trouvé sur le mage nous relate l'histoire actuelle d'une Affaire de harcèlement moral, "non loin de Charleroi". (Vu de Paris, rien ne doit être bien loin en Belgique de Charleroi, si l'affaire est un "chouia" glauque)

"Les autorités communales préfèrent détruire une personne en la harcelant moralement depuis de nombreuses années, avec des répits passagers pour mieux la finir ensuite. Ce personnel communal n’aurait pas la bonne couleur politique et surtout pas celle de la municipalité actuellement en place... ce qui énerve le Bourgmestre et sa clique d’Echevins un peu lèches-culs (pour ne pas dire beaucoup).
Ce Bourgmestre n’a visiblement pas grand chose dans la culotte puisse qu’il laisse faire et n’ose pas taper le poing sur la table, pour que ces querelles burlesques et d’un autre âge cessent enfin, tout en mettant un terme définitif à ce harcèlement politique et moral indigne d’êtres humains qui se prétendent évolués et sont aux affaires communales. Qu’attend-t-il ce Bourgmestre... qu’un de ses personnels de son Office du Tourisme face une grève de la faim pour alerter l’opinion publique et les médias, sur cette sombre affaire qui s’enlise (c’est son souhait !). Veut-il que ce personnel mette fin à ses jours. Des documents prouvent que le harcèlement moral est bien caractérisé et que les auteurs travaillent tous à la commune, à commencer par l’Echevin chargé du Tourisme. (...)
les deux collègues, de ce personnel communal, participent à sa descente aux enfers et à cette destruction morale en l’isolant totalement et en ne le faisant plus participer à rien. Ces deux collègues marchent dans les combines des dirigeants de la commune et de l’Office du Tourisme, en mordant la main qui les a maintes fois sauvée et boudent leur collègue qui est l’aîné qui leur a tout appris..."


L'explication qui manquait et qui prépare à la conclusion servie en entrée chaude: "Ce personnel est authentique et sincère, ne mâchant pas ses mots et disant toujours la vérité qui dérange et dont personne ne veut dans ce monde de faux jetons où c’est le premier qui bande qui encule l’autre... comme chez les "bonobos", alors on fait tout pour se débarrasser de cette personne qui pourrait gêner les petites magouilles politiques entre amis du même bord de droite."

J'attends la suite avec impatience, car "LeMague.net n’hésitera pas à révéler le lieu et les noms des "bourreaux" (plus de 10.000 lecteurs uniques par jour) ... "

A bon lecteur, salut !

Un système bipartisan au sein du Parlement

A l'heure où la tendance actuelle de la politique vise à se médiévaliser, Jean Quatremer nous en propose une illustration à propos des projets des deux principaux groupes de l'Assemblée qui voudraient voter en ce début d'été une modification du règlement intérieur, à l’occasion de la mise en œuvre du traité de Lisbonne.
La proposition demande l’augmenter les seuils nécessaires à la formation d’un groupe politique (actuellement, 20 eurodéputés issus de 5 pays minimum; la proposition étant de modifier le seuil à 30 eurodéputés de 7 pays minimum, l'assemblée devant être également réduite à 751 membres).
Le but de la manœuvre serait de contraindre le maximum d’eurodéputés à rejoindre le PSE et le PPE-DE afin d’instaurer un système bipartisan au sein du Parlement qui compte actuellement 781 députés.


Lire aussi: La BCE fête ses dix ans

lundi 2 juin 2008

Les 3 bourgmestres doivent être nommés

Updated
Trois bourgmestres, six scénarios
Meeting de soutien aux bourgmestres en attente de nomination, ce soir, à Woluwe. Marino Keulen appréciera.(...)
Le ministre flamand Marino Keulen a toujours le sort des trois bourgmestres entre ses mains. Six possibilités s’offrent à lui maintenant…


1 Marino Keulen ne bouge pas. C’est le statu quo prolongé. Le ministre flamand ignore les nouveaux dossiers de candidature déposés en avril dernier par les trois élus francophones. Il élude également les récriminations du Conseil de l’Europe. Damien Thiéry, Arnold d’Oreye de Lantremange et François van Hoobrouck demeurent bourgmestres « faisant fonction ». Ils gouvernent, mais ils sont privés du « statut » de bourgmestre. Ils ne peuvent ceindre l’écharpe. Symboliquement, une tache. Politiquement, le problème reste entier.

2 Marino Keulen en rajoute. Le ministre flamand réitère explicitement son refus de nommer les bourgmestres francophones, cela après avoir examiné de près leurs arguments. Politiquement, une nouvelle gifle pour les francophones.

3 Marino Keulen craque. Il nomme les bourgmestres. Estimant que la sanction a assez duré (les élections communales remontent à octobre 2006), que l’image de la Flandre est en jeu, notamment après le rapport défavorable du Conseil de l’Europe, ou encore qu’il en va de l’unité de la famille libérale (lui est VLD, le pendant du MR-FDF au nord du pays), le ministre des Affaires intérieures se ravise. Il se mue en chantre de la pacification communautaire. On veut voir.

4 Marino Keulen attaque. Non seulement il repousse une nouvelle fois les candidatures des trois élus francophones, mais encore, il nomme lui-même les bourgmestres de Linkebeek, Crainhem et Wezembeek-Oppem, en dehors du conseil communal. Il en a le droit. Il doit choisir un habitant de la commune de plus de 25 ans. Il a juste besoin d’un avis conforme de la députation permanente de la province du Brabant flamand. Pour les partis francophones, ce n’est pas une gifle, mais un coup de poing.

5 Marino Keulen s’efface. Un accord politique intervient dans la majorité gouvernementale, par lequel l’on s’engage à modifier à l’avenir le mode de nomination des bourgmestres. Problème : depuis 2001, la compétence est régionale. Il faudra donc modifier le décret flamand, de juillet 2005, réglant cette matière. Vous imaginez le parlement flamand faire le geste ?

6 Marino Keulen temporise. On se trouve ici dans l’hypothèse où les trois bourgmestres introduisent un recours devant le Conseil d’Etat, ce qu’ils n’ont pas fait jusqu’à présent. Leur avocat, Me Frédéric Gosselin, n’est pas convaincu. La décision incomberait à une chambre flamande du conseil d’Etat, la même qui avait soutenu jadis les circulaires Peeters. En plus, le conseil d’Etat tranche en moyenne après quatre ans de réflexion. Ce qui permettrait probablement aux partis flamands de geler la situation jusqu’au prochain scrutin communal, en 2012. Les trois bourgmestres n’auraient plus qu’à se faire réélire et, cette fois, à envoyer leurs convocations électorales en néerlandais…



"Tous les francophones sont concernés"

Meeting de soutien aux trois maïeurs de la périphérie bruxelloise, ce lundi soir. On y attend des représentants des quatre partis francophones. Pour Damien Thiéry, la nomination est un préalable au round institutionnel.
Entretien
Ce lundi soir, on vous met le feu. Un meeting de soutien aux trois bourgmestres non nommés de la périphérie bruxelloise (Linkebeek, Wezembeek, Crainhem) est organisé, ce lundi soir, à Woluwe-Saint-Lambert dans le fief d'Olivier Maingain. Damien Thiéry (FDF, Linkebeek) dresse un état des lieux de cette situation explosive.
Pourquoi organisez-vous ce meeting ?
Il y a énormément de gens qui viennent nous trouver, nous, les trois bourgmestres, en demandant s'ils peuvent nous aider. Ils nous disent qu'ils sont ennuyés, qu'on leur impose de voter, mais qu'une fois que les urnes ont rendu leur verdict, on ne le respecte pas. Plutôt que de voir la population descendre manifester dans la rue, il est plus constructif de faire une manifestation organisée dans un bâtiment. Nous avons toujours évité les débordements, malgré que nous, francophones, soyons victimes d'agressions constantes.
Des représentants des quatre partis francophones sont attendus...
Oui. La population francophone de la périphérie en a marre : pas seulement celle qui a voté pour nous, mais aussi celle qui a voté pour le PS, les Ecolos ou le CDH... Nous avons, dans les trois communes, des majorités où les quatre partis francophones sont présents. Le combat pour la nomination des bourgmestres dépasse les clivages des partis. Tous les francophones sont concernés. Comme les trois bourgmestres sont MR, il était logique que nous nous occupions de la logistique du meeting.


Notre démocratie est en danger: la pieuvre continue à politiser nos administrations qui se métastasent en entités privées d'intérêts publics et de plus en plus de discussions d'ordre juridique, ne retiennent que les éléments politiques ou partisans.

Le rapporteur du Conseil de l’Europe s’est penché il y a quelques jours sur la situation des trois bourgmestres non nommés de la périphérie bruxelloise (Damien Thiéry à Linkebeek, Arnold d’Oreye à Crainhem et François van Hoobrouck à Wezembeek-Oppem) et a constaté dans ce dossier cinq « manquements » à la Charte européenne de l’autonomie locale.






Damien Thiéry, le bourgmestre de Linkebeek :

« Le rapporteur a tout compris. Il est grand temps que l’Europe entière constate ce qui se passe en Flandre, je suis certain que ce rapport l’éclairera mieux sur la situation. Ensuite, il est fondamental de comprendre que, le jour où la convention-cadre sera ratifiée, il n’y aura plus de problème institutionnel en Belgique. C’est ce qu’a également compris le rapporteur breton. Dans son rapport, il parle d’ «infractions reprochées».
Pour nous, il n’y a aucune infraction. Nous avons tous trois respecté la loi. »


Lire aussi:
Il faut désormais parler néerlandais afin d’obtenir un terrain à Zaventem …
Ce lundi 26 mai, le conseil communal de Zaventem a voté, 22 voix contre 6 [les 6 conseillers minoritaires de l'Union Francophone], l’application d’un règlement indiquant que les terrains communaux ne pourront plus être vendus qu’à des candidats pouvant parler le néerlandais ou s’engageant à l’apprendre.
L’échevin du logement et député régional, intoxiqué au plus haut point par la flamingite-aiguë, Eric Van Rompuy a expliqué que de toute manière « tous les candidats respectaient les critères de vente ». Il a ajouté dans une interview accordée à la RTBF que « les francophones devaient cesser de les insulter » et aussi qu’il « n’était pas raciste » [sic! Franse ratten, rol uw matten !, c'est amical je présume ?]. Du coté du l’Union Francophone on estime bien entendu que ce règlement est « tout a fait discriminatoire ».


L’obsession linguistique


L’obsession linguistique de la Flandre est bien connue, même à l’étranger. Dès lors, faut-il une nouvelle fois en parler, vous bassiner avec cette histoire belgo-belge ridicule et mesquine à l’heure de l’Europe ? Bien sûr que oui ! On n’en parlera jamais assez car cela va bien au-delà du ridicule et du mesquin.

Drie burgemeesters en de Raad van Europa
De Raad van Europa heeft zijn rapport gepubliceerd en de Rapporteurs hebben hun bevindingen medegedeeld. Hier onder kan je het commentaar horen van Luc Vanden Brande over deze aangelegenheid.

La Flandre est-elle "lisible"?
Il y a de l’eau dans le gaz entre la rédaction de Flanders Today et son “actionnaire”, le gouvernement flamand. En cause: une erreur de détail mais lourde de sens dans le traitement de l’info sur les 3 bourgmestres francophones non nommés de la périphérie bruxelloise. FT a écrit que ce que le gouvernement leur reprochait était d’avoir envoyé à leurs administrés de la propagande électorale en français…

Un an ferme pour l’ex-président du FN

Le tribunal correctionnel de Namur a condamné l’ex-président du Front National, Daniel Féret, à un an de prison ferme et à une amende de 100 euros, pour faux et usage de faux. Son arrestation immédiate a été ordonnée.

Les premiers procès des affaires à Charleroi vont arriver bientôt devant les tribunaux. Espérons le "même courage judiciaire" pour les mêmes types de délit.

Please remember:
Far-right boss to help immigrants

A Belgian court has sentenced the far-right National Front leader, Daniel Feret, to 250 hours of public service helping immigrants to integrate.
Mr Feret, 61, was found guilty of publishing racist pamphlets.
He will face 10 months jail if he does not accept the ruling. The Brussels Appeals Court also barred him from standing in elections for 10 years.
The party's webmaster, Georges-Pierre Tonnelier, was fined and also barred from standing for public office.

Décrocher la lune


Communiqué trop tôt

C'est dans la culture du PS: esbroufe de l'image (Avanti Camarades, leblogdelio, jesuissolidaire, ...) et de la communication.

Marianne Thyssen le souligne également en se montrant critique sur la façon de communiquer de M. Magnette à propos d'Electrabel.
"J'inscris cela dans la nouvelle culture politique qui est née dans la période post-Dehaene et où il faut communiquer le premier sinon quelqu'un d'autre annoncera la bonne nouvelle. Il a fait tout ce qu'il pouvait pour être le premier et a, vraisemblablement, communiqué trop tôt"
Plus fine Laurette Onkelinx précise:
"Ils ne doivent pas essayer de jouer avec nos pieds parce que sinon, ils vont payer"

Congo et Belgique

Une délégation de responsables congolais est arrivée en Belgique. La délégation est emmenée par Olivier Kamitatu, ministre du Plan du gouvernement congolais, et Antoine Gonda, ambassadeur itinérant du président Kabila.
Les discussions auraient déjà commencé, notamment, avec le ministre de la Coopération au développement Charles Michel.

Vont-ils rencontrer Marino Keulen et Eric Van Rompuy, pour leur expliquer les bases d'une bonne démocratie et le respect de la démocratie locale et es minorités ? Ou Jean-Marie Happart et Michel Daerden, pour leur expliquer ce qu'est le népotisme ? Ou encore Jean-Claude Van Cauwenberghe pour lui expliquer le vade mecum de l'Etat de Droit ?
Et quand une délégation de responsables "belges" arrivé au Congo, cela donne quoi ?


dimanche 1 juin 2008

"le PS est devenu le Parti Séparatiste"

C'est celle qui le dit qui l'est ...
Il faut peut-être tout doucement penser à l'enfermer ... à Zaventem, par exemple, pour avoir la garantie que ce soit vraiment flamand, voire flamingant.


Brigitte Grouwels affirme dans une interview que :

"Les partis du Sud, et surtout le PS, sont dans l'après-Belgique. Ils se basent sur une caricature de l'attitude flamande". (...) "Le PS n'écoute plus les Flamands. Il ment aux gens"

"la Flandre veut plus d'autonomie, mais pas la fin de la Belgique"
"le partenaire du CD&V, la N-VA , a permis au cartel de gagner les élections, "sans jouer sur le séparatisme".

"le PS est "schizophrène": "Demotte est bilingue, il s'entend bien avec son collègue flamand Kris Peeters, mais Di Rupo est séparatiste. Le PS pratique le repli et est dans un logique de guerre".
"Charles Picqué, c'est peut-être un séparatiste caché! Ainsi, il plaide pour un corridor entre Bruxelles et la Wallonie: a-t-il oublié que la guerre est finie ?"


Après avoir mené une politique fascisante qui commence plus qu'à inquiéter la communauté internationale, les flamands sectaires commencent à perdre pied et visiblement complètement la raison.

Elio 1er, roi des Shadoks

Dieu, que ce garçon est pompant !
Elio 1er, roi des Shadoks voudrait se retirer du gouvernement, mais avant il aimerait pouvoir "pomper le plus rapidement possible".


video

Il avait déjà été le 1er Mai, le roi de la pompe à Gosselies & Lodelinsart:


video


Le professeur Shadorupoks nous explique comment pomper 999% des cosmogogols:

video

Pas du tout !

Qui se souvient de cette campagne ?

Il y a peu de temps, pour 5 minutes d'opérations, je faisais 1H30 de file le long de cette affiche :





Cela m'a donné un peu de temps pour quelques réflexions, telles qu'à propos du W de "Région Wallonne", qui finalement me semble extrêmement machiste.

De l'autre côté du couloir, il y avait une vieille affiche qui trainait, qui disait encore ceci:
"Fini les files: suppression du contrôle de pointage
Vous ne devez plus vous présenter au contrôle communal. Aucun contrôle communal ne sera plus organisé à partir du 15.12.2005."


C'était en 2008, car en 2009 et vivement 2009 ...

Objectif 2009 : une administration forte de ses fonctionnaires
Les usagers externes de l'administration, citoyens, associations, entreprises, n'ont pas été les seuls à prendre part au processus (*) de modernisation de l'administration wallonne. Cette modernisation, pour ne pas dire cette révolution, n'aurait pu s'opérer sans la totale implication des fonctionnaires wallons. Chacun a contribué à sa manière, du supérieur hiérarchique à l'agent de base en passant par le webmestre passionné ou encore le spécialiste des marchés publics soucieux de partager ses connaissances.
Le fonctionnaire, à l'horizon 2009, est heureux d'être acteur du service public. Les mots «service» et «public» ont, d'ailleurs, au fil des ans réaffirmé pleinement tout leur sens. L'amélioration constante de la qualité des services rendus, de même que l'attention accrue aux besoins des usagers, font désormais partie intégrante de sa façon de travailler. L'agent ne peut désormais s'empêcher de sourire en repensant aux exigences tâtillonnes ou à la lourdeur bureaucratique qui entouraient son travail il y a quelques années. L'informatique a trouvé pleinement sa place dans son quotidien, le rendant plus simple et plus convivial.
Indiscutablement, les nombreuses réunions, les formations ou la mise à plat des façons de travailler n'ont pas été inutiles, bien au contraire. Elles ont permis à tous, usagers et fonctionnaires des différents services, de se connaître et de se comprendre mais, au-delà de ce dépassement des clivages, elles ont aussi favorisé la transparence.


Le grand "+", le lien avec explication du mot processus qui vaut de l'or. Pour ceux qui datent de l'ère Arena est qui ne comprennent donc pas la signification du mot, c'est tout de suite plus clair.



Lire plus:
Yves Leterme a inauguré hier la nouvelle version du portail fédéral
“Le portail
Belgium.be donne un accès simple, rapide et convivial à l’ensemble des informations et services proposés en ligne par les services publics en Belgique.” Tel est la description que l’on peut lire sur le site, nouvelle mouture, mis en ligne hier matin et présenté par le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) et par le ministre de la Simplification Vincent Van Quickenborne (Open VLD).



Prier moins pour travailler plus
«Prier moins pour travailler plus», c'est le sens d'une fatwa du célèbre cheikh égyptien Youssef al-Qaradawi pour remettre les pendules à l'heure dans les administrations et entreprises. Publié en mai sur son site internet, la fatwa du prédicateur fondamentaliste, vedette de la chaîne al-Jazira, souligne que prier au travail est «une bonne chose», mais que «dix minutes pourraient suffire».