lundi 31 décembre 2007

Happy New Year !








Beste wensen, Mijnheer Sarkozy


Source: http://www.edison.be/

Delvaux, what else ?

Faire peau neuve , édito de Béatrice Delvaux, rédactrice en chef du "Soir" du 31/12/07.

"Le Soir se promet dans les mois qui viennent d'être pourvoyeur d'idées, d'énergie, de créativité, d'inventivité pour nourrir ce destin commun qu'il faut réinventer."
C'est noté.

Bhutto Corp. Ltd.

La présidence du Parti du Peuple Pakistanais (PPP), principal mouvement d’opposition au Pakistan est reprise par Bilawal Bhutto (19 ans) qui succède à sa mère.
Asif Ali Zardari, l’époux de Mme Bhutto est nommé coprésident.

Portraits d' Asif Ali Zardari et Bilawal Zardari
Extrait:
Asif Ali Zardari occupa diverses fonctions, dont celle de ministre… de l’Environnement dans un gouvernement présidé par sa femme. Mais, surtout, il fut rapidement affublé du surnom de « M. 10 % », que lui valurent plusieurs affaires nébuleuses de chantage et de corruption. Ces affaires le menèrent deux fois en prison (onze ans au total), mais dans un régime carcéral que l’on dit pour le moins favorisé.

dimanche 30 décembre 2007

Soufflez, vous saurez !







Longue vie à Bhutto

Selon Safdar Abbassi, son principal conseiller politique, qui était assis derrière elle dans la voiture lors de l’attentat jeudi, ce seraient les derniers mots prononcés par Benazir Bhutto, juste avant de mourir.

Verhofstadt, futur vice-Blair

Ainsi titre PAN, en cette fin d'année.

De quoi s'agit-il ?

Tony Blair et Guy Verhofstadt auraient déjà négocié leur ticket en tandem pour occuper les deux plus hauts postes de l’UE en 2009 : à l’un la présidence de la Commission, à l’autre celle du Conseil…

Waarom willen ze geen 200 jaar België ?

, parlementaire flamand explique pourquoi la Flandre doit se séparer des wallons ....
C'est simple, simpliste, mais très clair.
C'est aussi simple et simpliste que les explications fournies par les "Maîtres de la Wallonie" depuis 20 ans - voir à nouveau pour l'illustrer, le débat entre Leterme et Di Rupo, lors de la campagne électorale pour juin 2007.
A propos de certains arguments foireux, consultez mes "vilains canards boiteux", mais les francophones ont intérêt à connaitre et surtout à comprendre ce que désirent un bonne partie de la population néerlandophone.

Mais Bruxelles , dans tout cela ?

Extrait:
Waarom willen we geen 200 jaar België ?

Solidariteit ? Of een diefstal van 11,3 miljard euro ?
België belast letterlijk en figuurlijk de Vlamingen. De jaarlijkse geldstromen van Vlaanderen naar Wallonië bedragen vandaag 11,3 miljard euro. Een bedrag dat veel groter is dan de totale Vlaamse onderwijsbegroting. Solidariteit móet er zijn, ook met de Walen, onze naaste buren. Maar geen solidariteit zonder soevereiniteit. Vandaag betaalt elk Vlaams gezin jaarlijks meer dan 5.000 euro voor de geldstromen naar Wallonië, terwijl de modale Waal daar niet beter van wordt.

Nouvelles rumeurs indiennes

Les Sioux déterrent la hache de guerre !

« Les indiens Lakota, véritable nom des Sioux, auxquels appartenaient notamment les grands chefs Sitting Bull et Crazy Horse, ont rompu les traités signés par leurs ancêtres avec les Etats-Unis il y a plus de 150 ans, ont annoncé mercredi des représentants de la tribu.
"Nous ne sommes plus citoyens des Etats-Unis d'Amérique et tous ceux qui vivent dans les régions des cinq Etats que comprend notre territoire sont libres de nous rejoindre", a déclaré leur représentant Russel Means, dans une conférence de presse à Washington.


Les traités représentent "des mots sans valeur sur du papier sans valeur" et ont été "violés maintes fois afin de voler notre culture, notre terre et nos coutumes", indiquent les responsables de la tribu. "Nous avons signé 33 traités avec les Etats-Unis qui n'ont pas été respectés", a indiqué pour sa part Phyllis Young, une militante de la cause indienne qui a aidé à organiser la première conférence internationale sur les droits indigènes en 1977.

L'Indien Wipro aurait des vues sur le Français Capgemini

L'un des leaders mondiaux du conseil en informatique, le Français Capgemini, est une nouvelle fois au centre de rumeurs venues d'Inde. Après des intentions de rachat attribuées l'été dernier à Infosys, la presse indienne se fait l'écho d'intentions similaires de la part d'une autre SSII du pays, Wipro, dont le siège social est basé dans la même ville de Bangalore souvent taxée de Silicon Valley à l'indienne.

The Hindustan Times parle d'une offre de rachat qui sera proposée pour Capgemini d'ici la fin janvier 2008 et d'une somme avoisinant les 7 milliards d'euros (48 euros par action) jugée faible par les spécialistes.

Un cartel CD&V-cdH-PPP ?

Obstacles en vue de la formation d'un gouvernement stable en Thailande

Les tractations en vue de la formation d'un gouvernement de coalition stable semblaient dans l'impasse vendredi en Thaïlande où les alliés de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra ont rejeté des conditions posées par deux plus petites formations.
Le Parti du pouvoir du peuple (PPP), où se sont regroupés les alliés de l'ancien homme fort de la Thaïlande, a remporté 233 sièges sur 480 aux premières élections dimanche dernier depuis le putsch ayant renversé M. Thaksin le 19 septembre 2006.

Rétrospective de négociation




Les suicidés d'Okinawa

Les livres d'histoire japonais vont rétablir les suicides "forcés" d'Okinawa
Le ministère japonais de l'Education a autorisé les éditeurs de manuels d'histoire à rétablir la référence au rôle joué par l'armée impériale dans les suicides collectifs de civils sur l'archipel d'Okinawa à la fin de la 2e guerre mondiale.

Okinawa, seule partie du territoire japonais sur laquelle se sont déroulés des combats terrestres pendant la 2e guerre mondiale, a été occupé par les Américains après la capitulation du Japon en 1945.
Selon les survivants de la Bataille d'Okinawa, la plus sanglante de la guerre du Pacifique, l'armée impériale a donné l'ordre aux civils de se suicider en leur fournissant des grenades, afin d'éviter qu'ils puissent donner des renseignements aux Américains.
Les combats, qui ont duré 83 jours, ont fait 12.520 morts dans les rangs de l'armée américaine et 190.000 morts côté japonais, dont la moitié étaient des habitants d'Okinawa. La plupart ont péri dans les bombardement américains.
Cette thèse est toutefois rejetée par certains historiens nationalistes, qui soutiennent que les habitants d'Okinawa se sont suicidés par patriotisme.


Histoire, toujours



70 ans après le massacre de Nankin, le Japon et la Chine tentent toujours d'améliorer leurs relations, mais les tensions liées au passé risquent de resurgir à tout moment, estime un historien japonais chargé de réexaminer cette période avec des homologues chinois.

Le massacre de Nankin a débuté le 13 décembre 1937 lorsque les troupes japonaises ont pénétré dans ce qui était alors la capitale de la Chine. Les atrocités, les viols, les exécutions et les pillages ont duré plusieurs semaines.


"Une majorité de Japonais toutefois éprouvent des regrets à propos du passé et plusieurs Premiers ministres ont présenté des excuses à maintes reprises. Le problème, c'est qu'il y a aussi des Japonais qui disent qu'il n'y a jamais eu d'incident tel que le massacre de Nankin", a-t-il souligné.
Et comme les révisionnistes japonais suscitent l'attention des médias, "les Chinois pensent que les Japonais ne se sont pas du tout repentis pour leur agression", a-t-il ajouté.
A leur tour, beaucoup de jeunes Japonais sont durs à l'égard de la Chine car "pour eux qui sont nés bien après la 2e guerre mondiale, c'est énervant d'être critiqués pour ce qui est arrivé il y a plus de 60 ans", a-t-il reconnu.
"Je voulais briser ce cercle vicieux de haine, c'est pourquoi j'ai proposé cette étude conjointe de l'histoire", a rappelé M. Kitaoka.
Les deux équipes doivent remettre leur rapport en juin.
"Je ne pense pas que l'on puisse complètement combler le fossé de nos perceptions sur l'histoire, mais je suis convaincu qu'on peut le réduire", a déclaré M. Kitaoka.
"J'espère que les politiciens vont se concentrer sur l'avenir des relations plutôt que de faire des remarques sur l'histoire qui ne peut être changée", a-t-il conclu. "L'histoire devrait être laissée aux historiens."

LadiesRoom : 100% filles

Le journal Le Monde, nous rapporte le mouvement de grève du site Ladiesroom.fr, qui se qualifie de "premier magazine féminin à lire et à écrire".

"Sur les 400 membres de Ladiesroom envoyant des contributions, une cinquantaine était en grève". Raison de cette rébellion ?
Une collaboratrice du site, plus curieuse que les autres, s'est interrogée sur l'instigateur du projet. Elle a découvert qu'il s'agissait d'une agence de communication, en l'occurrence la société Heaven. Or, dans la rubrique "A propos de Ladiesroom", espace consacré à la présentation du "qui fait quoi" d'un site, il n'en était pas fait mention. Ce manque de transparence a choqué d'autres contributrices. Elles se sont jointes à cette protestation qui a débouché sur une grève.



Deborah_mix
envoyé par ladiesroom

Ce manque de transparence n'est pas présent dans leurs articles, dont voici un des derniers publié: Foufoune fashion
Après le soutien-gorge à tétons intégrés, voici venue “la customisation de la minette“!
En gros, plus aucune partie de votre corps -même la plus intime- n’échappera désormais au monde impitoyable de la consommation! Marre d’avoir des poils pubiens bruns, châtains, blonds ou roux? Heureusement,
bettybeauty.com est arrivé!

Premières mosquées reconnues en Flandre

Le ministre flamand des Affaires Intérieures et de l’Intégration Marino Keulen (Open VLD) a officiellement reconnu six mosquées en Flandre. Il s’agit d’une primeur pour la religion musulmane officialisée en Belgique depuis 1974 déjà.



Adhan - L'appel Á La Prière


Les musulmans représentaient par ailleurs la seule communauté religieuse non subventionnée avec un culte reconnu dans notre pays. Grâce à cette reconnaissance, les mosquées bénéficieront dès 2008 de subventions des autorités provinciales et flamandes.
Quant aux salaires et pensions des imams liés aux mosquées reconnues, ils seront payés par le Service public fédéral Justice. Les imams devront au préalable faire preuve d’une connaissance suffisante du néerlandais et d’être intégrés dans notre société.

Les six mosquées reconnues:
Assounah (marocaine) à Desselgem (Flandre Occidentale)
Beraat (turque) à Diest (Brabant flamand)
Mehmet Akif (turque) à Anvers
Noor Ul Haram (pakistanaise) à Anvers
Selimiye (turque) à Heusden-Zolder (Limbourg)
Yavuz (turque) à Gand (Flandre Orientale)


Reportage sur le témoignage de Hind Fraihi



Source: Novopress

Alitalia et Air France-KLM

Le ministre italien de l'Economie a dit vendredi approuver la tenue de discussions exclusives entre Alitalia et Air France-KLM, ouvrant la voie à une reprise de la compagnie aérienne italienne par son concurrent franco-néerlandais. Ces discussions exclusives devraient durer huit semaines. Le conseil d'administration d'Alitalia avait désigné vendredi dernier le transporteur franco-néerlandais comme son repreneur favori, au détriment de la compagnie italienne Air One soutenue par les syndicats et plusieurs dirigeants patronaux et politiques du pays.

samedi 29 décembre 2007

Feue l'Orange-Bleue, selon Elio

On se souviendra de ces propos crétins d'Elio Di Rupo du 19 juin 2007 :
"Le vrai problème est l'à priori exprimé par l'informateur en faveur d'une coalition bleue-orange"
"M. Reynders s'est écarté de sa mission. Un informateur doit donner des indications au Roi pour la future coalition. Or, il a choisi dès le début pour un gouvernement antisocial bleue-orange"


Le péage urbain aux portes de Bruxelles

Le 20 novembre dernier, Inter-Environnement Bruxelles et le Bral organisaient un débat sur le potentiel d’un péage urbain en Région bruxelloise.




Autre méthode: la façon américaine en pays conquis



Ca se discute, comme dirait l'autre binoculariste.

Orgasmes séparatistes

La Gazet van Antwerpen se fait le relais d'orgasmes séparatistes dans son article
"Gezworen vijanden opnieuw dikke vrienden: De Wever en Dedecker ":


Jean-Marie Dedecker: Van de hel naar de hemel, nog altijd een langgerekt orgasme!

Bart De Wever: Bij mij was het de omgekeerde beweging, van 10 juni naar nu. De formatie was geen hemels parcours, helemaal niet. Neem het ‘lange’ werkjaar 2007... als ik mijn vrije dagen sinds september 2006 optel kom ik niet aan twintig. Tien juni, ja, het was ook een orgasme maar niet langgerekt."

Ben Laden Murdered

Updated

Nov 2007


A consulter:

"Celui qui est assassiné, c'est celui qui le dit"
Ben Laden accuse Washington de vouloir exploiter l'Irak


Oussama ben Laden a accusé samedi les Etats-Unis de comploter pour prendre le contrôle du pétrole irakien et il a exhorté les Irakiens à s'opposer aux efforts de reconstitution d'un gouvernement d'union nationale soutenu par les Etats-Unis.
Dans un enregistrement mis en ligne samedi sur internet, le chef d'al Qaïda affirme que Washington veut construire des bases militaires dans le pays et dominer la région.
Il invite les Irakiens à rejeter un plan qui reviendrait selon lui "à donner aux Américains autant de pétrole irakien qu'ils veulent" et il affirme que ceux qui participeraient à un gouvernement d'union s'excluraient de l'islam.
Il exhorte les Irakiens à ne pas participer aux patrouilles mises en place pour lutter contre l'insurrection. Il s'agit principalement de polices tribales sunnites financées par l'armée américaine pour combattre al Qaïda et mettre fin aux violences.
Le chef d'al Qaïda, lui-même d'origine saoudienne, reproche aussi au gouvernement de Ryad de soutenir la politique américaine en Irak.

Les tracts de Lizin

Updated 29/12/2007

Une échevine met Anne-Marie Lizin sur la sellette
Mauvaise journée, vendredi, pour Anne-Marie Lizin, sénatrice (PS) et bourgmestre de Huy. De son passage à la présidence du Sénat, on a retenu son dynamisme, sa grande connaissance des dossiers ainsi que son entregent, discuté par certains mais appliqué à beaucoup.
Lizin utilise sa ville pour le PS
C'est le secrétaire qui est envoyé au feu
Des attestations sur l'honneur
Lâchée par son échevine PS

Faudra-t-il aussi demander au Comité R, chargé du suivi des services de renseignement, de fournir au Sénat un rapport détaillé sur les événements et la qualité des informations qui ont mené à la surévaluation de la menace politique du 10 juin ?

Blogging the News, aborde cet article du Vif:

Tracts de Lizin distribués par employés communaux en service du 27/12/2007:
Des employés communaux de Huy ont distribué des tracts électoraux de la candidate PS Anne-Marie Lizin, bourgmestre de Huy, pendant leurs heures de service lors la campagne électorale de juin dernier, a rapporté jeudi soir la RTBF dans son journal de début de soirée.
et publie cette vidéo qui n'étonne vraiment pas/plus.




A l'heure où le cdH nous a fait le plaisir d'inviter le PS (rénové, peut-être ?) au gouvernement fédéral, il est intéressant de se souvenir par exemple du point 9 de leur programme du 10 juin:

9ÈME PARTIE :
Une meilleure gestion de l’Etat


A. Imposer de nouvelles règles d’éthique politique
Les récents scandales et dysfonctionnements ont
souligné l’importance de règles éthiques exigeantes.
S’inspirant notamment des réformes mises en place
en Région Wallonne, le cdH propose de moderniser le
cadre fédéral de l’exercice de mandats publics.


1. Adopter un code de déontologie obligatoire applicable à tous les mandataires publics
Les codes de déontologies divergent ou sont inexistants
selon les niveaux de pouvoir. Le Parlement Fédéral
n’a pas encore de code de déontologie alors que
différentes propositions existent.


Le cdH propose de :


  • Adopter, sur la base d’une concertation entre l’ensemble
    des niveaux de pouvoir, un code de déontologie
    identique applicable à tous les mandataires publics et
    aux services publics et régulant de manière uniforme
    le cumul des mandats, les confl its d’intérêts, etc. ;
  • Elaborer pour l’ensemble des décideurs publics un
    livre blanc de la gouvernance publique reprenant
    l’ensemble des principes et "bonnes pratiques" en
    la matière.
Les (toutes) dernières casseroles et crétineries de la dame:

Anne-Marie Lizin a rencontré Kadhafi - 12/12/07
La sénatrice socialiste Anne-Marie Lizin a rencontré mercredi après-midi le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, lors d'une réunion à Paris, a-t-elle indiqué, en défendant sa participation à cette rencontre malgré les critiques de la gauche ...

Le dossier de Mme Lizin jugé recevable par le tribunal de Huy - 07/11/07
Le tribunal du travail de Huy a jugé recevable le recours d'une allocataire sociale qui avait été aidée par la bourgmestre Anne-Marie Lizin pour introduire son action en justice

Lizin est intervenue auprès de Sarkozy dans la pénible affaire "L'Arche de Zoë" - 4/11/07
La sénatrice socialiste et bourgmestre de Huy Anne-Marie Lizin est intervenue personnellement auprès du président français Nicolas Sarkozy, en visite éclair dimanche à N’Djamena au Tchad, pour le sensibiliser au cas de Jacques Wilmart, le pilote belge retenu depuis une semaine au Tchad dans le cadre de la tentative de transport de 103 enfants vers la France par l’association Arche de Zoé.

Lizin se défend d'accusations de malversation à l'hôpital de Huy - 24/10/07

Not a "thing of beauty"

Le ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht (Open VLD) s’interroge ce samedi dans le « De Morgen »: De Gucht brandt eigen regering af

Hij heeft grote vragen bij de levensvatbaarheid van de pas gevormde regering.
De Gucht zegt dat in de regering 'politieke contradicties ingebakken' zitten en vreest hij voor een situatie waarin liberalen en socialisten elkaar voortdurend afblokken. Ook de 'grote staatshervorming' komt er volgens hem niet.

  • « La plus grosse prestation du CD&V et de Yves Leterme a été de bloquer le pays après 6 mois »
  • « Verhofstadt a formé un nouveau gouvernement qui n’est pas à proprement parler ’a thing of beauty’. Mais ce qu’il montre bien, c’est qu’il sait comment sortir d’une situation impossible. Alors que Leterme, dans une situation comme celle-là, fait plus de mal que de bien et dit que c’est la faute des autres »
  • « Bart De Wever est quelqu’un qui peut arriver à un accord, car il dispose d’un sens raisonnable du cynisme. Mais un Bourgeois, une Brepoels, ce sont des personnes qui, de manière congénitale, sont incapables de conclure un accord. Ils tiennent le CD&V dans leurs griffes »
  • « Le CD&V et la N-VA ont plongé le pays dans une situation telle qu’il est difficilement concevable de ne pas avoir de grande réforme de l’État. Mais est-ce que la Belgique a seulement besoin d’une grande réforme de l’État ? Est-ce qu’on va finalement commencer à m’expliquer à quoi cela doit effectivement ressembler ? »

Geneviève Mulmann dite de Fontenay a mangé son chapeau

Communiqué de presse lu par Sylvie Tellier en présence de Geneviève de Fontenay et de Valérie Bègue, Miss France 2008.



"Après une semaine d’intense agitation mais aussi de réflexion, Geneviève de Fontenay, avec le comité miss France et la société Miss France, a accepté de rencontrer Valérie Bègue pour mettre à plat tous les éléments d’une situation devenue intenable et essayer de lui trouver une issue raisonnable.
Valérie Bègue reconnaît à nouveau qu’elle a commis une faute en ne déclarant pas au Comité Miss Réunion qu’elle avait posé pour des photos que tout le monde connaît maintenant. Néanmoins elle confirme qu’elle n’a jamais voulu que les photos soient publiées mais admet qu’elles aient pu choquer.

Geneviève de Fontenay, pour sa part, considère ces photographies comme totalement contraires à l’image de Miss France et regrette que certains aient pu penser qu’elle pouvait en vouloir à Valérie Bègue ou à la Réunion, alors qu’elle n’a jugé que des faits qui auraient dû conduire à écarter Valérie Bègue de l’élection de Miss Réunion.Geneviève de Fontenay, le Comité Miss France et la Société Miss France ne souhaitant pas se substituer au public et juger seuls du maintien du titre de Miss France, ont pris en compte le fait que Valérie Bègue a été élue devant 9 millions de téléspectateurs et que le titre lui a été décerné suite au vote du public et du jury.

Valérie Bègue comprendrait qu’elle puisse être destituée, Geneviève de Fontenay a accepté qu’elle conserve sa couronne mais sous la condition qu’elle ne se présente pas aux élections internationales qui, compte tenu des publications lui seraient certainement interdites et que pendant un temps donné en tout cas, elle ne participe pas aux élections régionales et enfin que dans l’hypothèse où Valérie Bègue obtiendrait des dommages et intérêts suite à son action contre le magazine qui a publié les photos, cette dernière s’engagerait à reverser ces sommes aux deux associations qu’elle soutient (Vaincre la mucoviscidose et La Ligue contre le cancer du sein)."

Fait à Paris le vendredi 28 décembre 2007
Communiqué co-signé par Geneviève de Fontenay (présidente du Comité Miss France) et Valérie Bègue (miss France 2008)

Werkloosheid

Werkloosheid is de toestand die zich voordoet als er werklozen zijn, alsook de mate waarin zich dat voordoet. Een persoon is werkloos als hij zich wel aanbiedt op de arbeidsmarkt, maar geen betaald werk heeft.

La presse flamande se fait l'écho de chiffres avancés par le "Rijksdienst voor Arbeidsvoorziening": 11,6 pc des chômeurs contrôlés ont avancé une situation familiale qui n'était pas réelle; un chômeur sur dix aurait donc fraudé en 2007 en Flandre.
Un chômeur sur dix a fraudé l'année dernière afin de percevoir une allocation de chômage plus élevée, car un chômeur isolé perçoit une allocation plus importante qu'un chômeur cohabitant.

En 2008, quelque 22.000 chômeurs seront suspendus par le RVA et risquent de perdre leurs allocations pour une période allant d'une semaine à une année complète, pour la plupart parce qu'ils ont refusé un emploi ou de suivre une formation. D'autres subiront cette mesure parce qu'ils ont fait part d'une situation familiale qui n'était pas la leur.

La Belgique généreuse avec ses chômeurs, titre de son côté la DH
Travail, salaires, chômage : la FEB a dressé le tableau de l'année 2007

La Belgique reste championne du monde des charges sur le travail.
Parmi les pays membres de l'OCDE, la Belgique est le pays qui connaît le plus de charges : sur chaque tranche de 100 euros de coût salarial payée par l'employeur, il a été retenu 23,3 euros de cotisations patronales, 10,7 % de cotisations personnelles et 21,3 % d'impôt sur les personnes physiques.

Le travailleur isolé n'a donc perçu, au final, que 44,6 euros !

Les coûts salariaux belges dépassent donc toujours de 8 % ceux des pays voisins. Or, il a été prouvé au sein des pays qui ont fait baisser les charges, qu'un effet direct s'en est ressenti sur la création d'emplois.
Les salaires minimums des Belges comptent parmi les plus élevés du monde. En Belgique, il s'élève à 1.284 € et une augmentation est prévue en octobre prochain.
Autre point positif pour les demandeurs d'emploi : le travail temporaire ouvre la voie d'un emploi fixe dans 7 cas sur 10 en Belgique. Ces intérimaires ont en effet obtenu un contrat à durée indéterminée 3 ans après leurs débutés, chez le même employeur.


Si le Belge est un travailleur, il preste cependant moins d'heures que la moyenne européenne. La durée hebdomadaire effective du travail s'élève à 37,6 heures (temps plein), soit une heure de moins que la majorité des Européens.
Cet horaire light n'empêche cependant pas les abus en matière d'absentéisme, qui selon les calculs de la FEB, s'élève à 13 jours de travail en moyenne par an (98 heures). Les ouvriers comptent en moyenne 19 jours d'absence pour cause de maladie et les employés 9 jours.

Le câble wallon

Ferblatil ?
Non, Voo(doo?)

On est en droit de se demander qui se cache derrière, qui tire les ficelles (ou les cordes) où est la concurrence et la position dominante, où est le politique et où est le privé ...
On connait la marque, mais qui connait sa dénomination et statut juridique ?

Les câblos-opérateurs s’interrogent sur leur avenir. - 22 décembre 2004
Ils ont commandé au consultant McKinsey une étude sur l’état et les évolutions du secteur. Ils lui ont aussi demandé de leur faire des recommandations stratégiques.
Selon L’Echo, les télédistributeurs wallons pourraient opter pour l’intégration et la préparation d’un Telenet wallon.


Un câble wallon uni - 15 juillet 2007
Durant le premier semestre 2007, le regroupement des sociétés wallonnes de télédistribution a été conclu. ALE, devenu TECTEO, et BRUTELE, associées dans un Groupement d'intérêt économique dénommé VOO, ont racheté les parts d'Electrabel et des communes dans les huit autres intercommunales du Sud du pays (TELELUX, SIMOGEL, IGEHO, INTERMOSANE, INTEREST, INATEL, SEDITEL, IDEATEL). Un des objectifs principaux de l'ensemble ainsi constitué est désormais la généralisation d'une offre commerciale de type «Triple Play» et l'accélération de l'implémentation de la technologie numérique.


28/12/2007 Les câblos-opérateurs wallons et le consortium ALE-Brutele ont finalisé leur accord sur la cession du câble wallon, désormais réuni sous un seul opérateur pour toute la Wallonie, a annoncé vendredi le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt.


L'ÉVOLUTION POLITIQUE DU DOSSIER DES CÂBLO-OPÉRATEURS WALLONS
P.W. - C.R.A. 23 ( 2005-2006) - mercredi 21 juin 2006

M. le Président. – L'ordre du jour appelle les interpellations de MM. Kubla et Wesphael au Ministre-Président sur le dossier des câblo-opérateurs wallons.
M. Van Cauwenberghe souhaite également intervenirdans le cadre de cette interpellation.

M. Serge Kubla (MR). – Je reviens sur un dossier qui ne relève pas des compétences, au sens strict, de M. le Ministre-Président. J'ai posé de nombreuses questions sur ce sujet et je n'ai pas reçu de réponse. Je metourne dès lors vers le chef du Gouvernement pour lui demander quelle politique est menée dans ce secteur très important dans le cadre du Plan Marshall.
M. le Ministre-Président, notre Parlement est mis sur la touche. Nous prenons connaissance des dossiers dans la presse, il n'y a pas de débat, pas de communication.
Vous m'aviez déjà répondu, en Commission, au sujet de cette matière : « M. le Député, sincèrement, accepteriez-vous que je m'immisce dans un dossier que le marché doit régler ». Vous vous étiez volontairement mis sur la touche. Le lendemain matin, changement de casquette, vous deveniez Président du PS et vous discutiez de l'avenir du câble wallon au siège du parti, avec vos ouailles. Et là, subitement, vous saviez ce que vous alliez en faire. La Wallonie n'est donc plus gouvernée par un Gouvernement PS/cdH, mais par un parti
souverain, le PS, l'autre s'alignant sur sa position. Vous pouvez rire Monsieur Antoine .

M. André Antoine, Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial. – J'apprécie vos efforts vains.

M. Serge Kubla (MR). – Je cherche des décisions partagées et équilibrées en matière de câble wallon, mais je dois bien constater que le PS décide seul.
En Commission, M. le Ministre-Président, vous n'avez rien à dire puis, le lendemain, au parti, vous prenez en charge ce dossier, vous décidez. Le cdH est couché. Cela ne va pas sur le plan du fonctionnement politique.

M. André Antoine, Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial. – Vous me voyez couché, puis-je me relever ?

M. Serge Kubla (MR). – Ce n'est pas nécessaire, j'aime vous voir comme cela.

M. André Antoine, Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial. – MonsieurKubla, l'expression de notre différence, nous la livrons au Gouvernement.

M. Serge Kubla (MR). – J'aurais aimé que vous nous donniez votre position dans ce dossier, mais Madame Simonet ne répond pas. On peut continuer à jouer sur les mots, mais cela pose un problème politique. Le Ministre-Président ne dit rien, puis il décide seul, le lendemain, en tant que Président du PS et en votre nom !
On a perdu un an dans ce dossier. Nous ne savions pas ce qu'allaient devenir les câblo-opérateurs wallons. Il n'y avait pas de ligne directrice. Pourtant, le triple-play est une technologie qui doit s'imposer en Wallonie, dans un contexte de concurrence et non de monopole de Belgacom. Qu'avons-nous vu ? Deux publics s'unir : ALE et Brutélé, sous l'égide de M. Van Cauwenberghe qui est très impliqué dans ce dossier. Pas d'autres réactions. Les publics purs ont été écartés.
Une plainte a été déposé plainte tant au niveau du Conseil d'Etat qu'au niveau de l'autorité de tutelle. Nous sommes donc bien dans un processus illégal et, par conséquent, dans un conflit juridique majeur.
En d'autres termes, je suis inquiet, tant sur la main mise que vous vous réservez sur ce dossier, que sur les questions fondamentales auxquelles vous n'apportez qu'une réponse inadéquate. En effet, votre réponse se limite à ce que le public prenne tout en charge. De ce fait, nous retombons dans le même schéma, tant décrié, de la main mise et de la distribution de portefeuilles au sein d'une même famille politique et ce, en excluant tous les acteurs privés.
Je ne peux que déplorer ce schéma, d'autant plus que des alternatives intéressantes émanaient du secteur privé. Dès lors, plusieurs questions sont à poser.
Le GIE dispose-t-il de la compétence indispensable pour gérer le triple play notamment sur base de ses ressources humaines actuelles ? Ma réponse est négative. Par conséquent, le GIE ne disposera pas des compétences nécessaires et sera appelé, à terme, à sous-traiter ses activités au privé. Cette opération envisagée nécessitera beaucoup de moyens, soit 450 millions d'euros. Or, rien ne dit que cela sera rentable dès le début. De plus, qui va payer ? Qui disposera des ressources nécessaires pour faire face aux investissements nouveaux ?
Peut-on également penser que, sur l'ensemble du territoire wallon, vous serez capable de tenir dans le temps ?
Comme vous pouvez le constater, mon intervention n'est pas qu'une simple intervention technique. Elle se veut également politique et ce, à l'instar de votre réponse qui limite le plan Marshall à un schéma politique au sein de la seule famille Socialiste.
Nous ratons ici une étape de notre progrès.

M. Bernard Wesphael (Écolo). – Depuis longtemps déjà, le paysage médiatique francophone bruisse de l'unification possible des câblo-distributeurs wallons et bruxellois dans un seul ensemble à l'échelle de la Francophonie belge. En l'occurence, les télédistributeurs ALE et Brutélé mettraient la main sur les autres opérateurs existants.
Selon la presse, une rencontre aurait eu lieu, le 7 juin, « à l'initiative du PS » et donc, sans le cdH. Cette réunion aurait rassemblé, selon la même source, le Président du PS Elio Di Rupo, Jean-Claude Van Cauwenberghe et les Présidents de tous les câblos wallons.
La réunion se serait terminée sur un arbitrage du Président du PS en faveur du rachat, par ALE et Brutélé, des huit câbleurs mis en vente depuis un certain temps déjà. Dans la foulée, « les avocats des intercommunales concernées auraient reçu la consigne de tout mettre en oeuvre, dans le respect des procédures juridiques, pour faire émerger le tandem ALE-Brutélé en candidat idéal à la mainmise sur tout le réseau wallon ».
Élément complémentaire dans la presse écrite de ce mardi 13 juin, je cite : « sur intervention expresse d'Elio Di Rupo, le choix politique aurait été fait de marier — de gré ou de force — l'ensemble des câblo wallons.

Avec, croient savoir certains, le soutien des autres formations politiques ».
Ce n'est pas tout. On peut aussi lire que les postes dirigeants auraient déjà été attribués : MM. André Gilles à la Présidence, Stéphane Moreau à la Direction générale, Pol Heyse à la Direction financière et Jean-Michel Adant à la Direction technique. Pour faire bonne mesure, la Vice-Présidence serait attribuée à notre éminent Collègue, Jean-Claude Van Cauwenberghe.
Il est clair qu'il est temps, en Région wallonne, de sortir des baronnies, dans un certain nombre de secteurs, et notamment dans celui du câble. Mais sommes-nous sûrs que c'est de cela qu'il s'agit, alors que le Parlement wallon est mis hors jeu de tout débat sur le fond du dossier ?
Monsieur le Ministre-Président peut-il confirmer les dates, les faits, les noms et les fonctions rapportées dans la presse ? Au besoin, peut-il les corriger et nous en dire plus ?

Monsieur le Ministre-Président peut-il nous dire si d'autres membres du Gouvernement ont participé à cette réunion ?
Peut-il nous éclairer quant au contenu opérationnel de ce projet ? Qu'en est-il du schéma industriel de ce projet ? Quel est le montage juridique et financier qui sous-tend l'opération : quel débours de cash, quel échange de participations, quelle structure juridique ?
Quelle sera la stratégie du nouvel ensemble ?
Qu'en est-il des intérêts de la population ? Dans quelle mesure ont-ils été pris en compte dans cette vaste redistribution de cartes ? Face aux bouleversements en cours dans le secteur des Télécoms, et face à l'apparition incontournable des offres de « triple play », quelle est la garantie offerte aux ménages wallons de pouvoir disposer, à l'avenir, d'un accès au câble à un prix abordable et, dans ce cadre, à l'Internet à large bande ? Quels dispositifs seront mis en place pour veiller à contrôler les évolutions de l'offre et de ses tarifs ?
Enfin, je reviens à la répartition des « parts du gâteau » au sein de la famille socialiste. N'eût-il pas été préférable de commencer par ces vastes enjeux d'intérêt général, et donc, d'avoir un vaste débat politique significatif ?
Monsieur le Ministre-Président peut-il, en conséquence, nous indiquer quelles mesures ont d'ores et déjà été prises pour éviter tout cumul entre des fonctions à responsabilités importantes, dès lors que le câblodistributeur
unique pèsera près de 1,3 million d'abonnés et serait valorisé à près d'un milliard d'euros, si je
m'en tiens aux informations données dans la presse quant à la valeur de rachat d'une prise câblée ?
D'une manière plus générale, Monsieur le Ministre-Président peut-il nous expliquer en quoi la façon de procéder mise en oeuvre s'inscrit dans sa volonté de renouveler la culture politique et d'appliquer les pratiques de la bonne gouvernance en Wallonie ?
Faut-il être opposé à ce projet ? Pour y répondre, il faut distinguer la méthode et le fond. Quant à la méthode, je la déplore. Elle relève de pratiques anciennes du pouvoir au sein d'une même famille politique.
Quant au fond, fallait-il aller dans ce sens ? Je pense sincèrement que oui. Ainsi, si on considère que la réunification des câblo-opérateurs correspond à une logique de service universel aux citoyens, alors cette réunification est une bonne chose.
Ce qui m'inquiète également, c'est de savoir quel sera le mode de contrôle et de régulation public de ce regroupement en réseau des différents opérateurs publics.
Pour finir, et je me répète, je ne peux pas comprendre que le Parlement soit mis hors jeu à ce point.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Je souhaite juste faire quelques réflexions afin de rafraîchir la mémoire de certains.
Ce dossier n'est ni partisan ni politiquement marqué.
Il n'y a pas si longtemps, nous entendions un couplet classique du MR et d'ECOLO, à savoir que le mal wallon était symbolisé par un morcellement en intercommunales, par des baronnies qui tourne le dos à l'intérêt général.
L'action du Gouvernement était également fustigée.
Il aurait fallut bousculer l'autonomie communale, selon les interpelateurs eux-mêmes.

M. Serge Kubla (MR). – Nous demandons au Gouvernement de prendre attitude.
M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Nous assistons heureusement à la mise sur rails d'un grand câblo distributeur wallon. Cela se fait grâce à l'initiative des intercommunales concernées.
M. Serge Kubla (MR). – C'est faux ! Cela se fait à l'initiative du PS et les intercommunales n'ont pas été consultées.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Au niveau de Notélé et Brutélé, j'insiste sur le fait que les représentants cdH et libéraux ont voté unanimement cette stratégie.
Nous verrons ce que donnera la délibération dans les huit intercommunales mixtes.
Il s'agit d'un beau projet qui permet de maintenir l'expertise, notamment en ce domaine.

M. Serge Kubla (MR). – Vous n'avez pas l'expertise.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Vos propos sont humiliants pour les travailleurs et les ingénieurs,notamment de Notélé et de Brutélé !
Votre propos consiste à dire qu'il vaudrait mieux privatiser.

M. Serge Kubla (MR). – Je soutiens qu'il faut respecter les règles du jeu, sans plus.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Avec ce projet, nous pourrions avoir une intercommunale avec 750 emplois, des bénéfices pour les communes et un service universel pour le citoyen. Nous devons saisir cette opportunité.
En matière de privatisation, regardez ce qui s'est passé à Bruxelles. Il y a eu notamment une expatriation des centres de décision.

M. Serge Kubla (MR). – En matière de prix, vous allez être 50 % plus cher que le marché.
M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Notre projet a pour but de garder les centres de décision en Wallonie.

M. Serge Kubla (MR). – Ce projet est mal défendu.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Pour vous, tout doit simplement aller au privé !
Nous verrons bien ce que décideront les conseils d'administration des intercommunales. Ce n'est pas ici queles décisions seront prises.

M. Serge Kubla (MR). – C'est exact, elles sont prises au Boulevard de l'Empereur.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Le Président du PS peut encore concerter les administrateurs socialistes auprès des différentes intercommunales. Ce n'est pas encore interdit et vous n'allez pas nous donner des leçons à cet égard.

M. Michel de Lamotte (cdH). – Je dispose donc de minutes pour évoquer cette problématique importante.
L'unification des câblo constitue un processus nécessaire. Cela permettra ainsi notamment d'avoir des clients en suffisance. Il faut également pouvoir pratiquer un prix raisonnable.
Tout retard risque d'avoir des conséquences financières importantes.
Il y a eu, tout d'abord, une réaction à la percée d'un opérateur.
Il y a ainsi eu des mouvements dans le secteur et un GIE a été créé en mars 2006.
Nous pouvons considérer qu'il s'agit d'un avoir public. Le « club des huit » a mené des négociations par l'intermédiaire d'une banque d'affaires et un deal a pu être conclu.
Nous appuyons cette consolidation au niveau des différents opérateurs.
Cependant, au-delà de cette étape, à savoir une unification préalable, il nous semble opportun d'en avoir une seconde.

Il ne faut, en effet, pas faire l'impasse dans un second temps sur l'apport qui pourrait être fait par un opérateur privé.
Il s'agit d'un marché en pleine expansion.
Du point de vue de la concurrence, il pourrait donc être fait appel, dans un second temps, au secteur privé.
Je répète que l'apport d'un opérateur privé nous semble important.

M. Serge Kubla (MR). – C'est, en effet, inévitable et cela contredit surtout les propos de M. Van
Cauwenberghe.

M. Elio Di Rupo, Ministre-Président du Gouvernement wallon. – Je tiens à remercier celles et ceux qui ont interpellé le Gouvernement.
Je ne porterai pas de jugement.
Je tiens simplement à faire part de mon étonnement, tant sur le ton que sur la forme des débats
parlementaires sur ce sujet, ce jour. Les Wallonnes et les Wallons méritent mieux que cela.

M. Serge Kubla (MR). – C'est très léger. Nous pouvons encore prendre le ton que nous souhaitons, sans devoir être montrés du doigt par « le professeur ».

M. Elio Di Rupo, Ministre-Président du Gouvernement wallon. – Le Gouvernement n'excerce aucune compétence en ce domaine. Il n'a donc à décider de rien en propre dans le dossier qui nous occupe.
Je pourrais donc me contenter de dire cela puis de quitter la tribune, mais cela serait discourtois et ce n'est pas dans mes habitudes.

M. Serge Kubla (MR). – Vous n'avez pas procédé de la même manière lorsqu'il fut question de la fusion des intercommunales !

M. Elio Di Rupo, Ministre-Président du Gouvernement wallon. – Un certain nombre d'intercommunales ont décidé d'entamer une procédure, actuellement en cours. Une fois cette démarche menée à son terme, dès que des pistes auront été dégagées, sous l'égide d'une banque d'affaires, chaque assemblée générale d'intercommunale décidera du sort à réserver à cette procédure.
Il est vrai que des intercommunales pures ont fait savoir qu'elles déposeraient une offre qui pourrait — je cite — intervenir à un certain moment. Lorsque l'offre sera confirmée, les assemblées générales des intercommunales concernées décideront de ce qu'il conviendra de faire.
Sur le plan de la technologie et des aspects qui touchent à l'évolution des marchés, nous pourrions gloser à perte de vue. Je suis d'ailleurs impressionné par la compétence démontrée par mes Collègues en la matière.
Quant à moi, en tant que modeste docteur en sciences, je m'abstiendrai de dire mon estimation de la capacité technologique de telle ou telle intercommunale.
Bien entendu, des compétitions et des discussions sont menées entre les uns et les autres. Il faut
impérativement laisser les intercommunales décider du sort à réserver à leurs projets.
Quant à l'attaque virulente lancée à l'encontre d'une famille politique bien précise, je la considère, en tant que Ministre-Président de ce Gouvernement, incroyablement excessive et désobligeante. Permettez-moi, à cet égard, de rappeler que, sur les neuf intercommunales concernées, quatre sont sous présidence PS, deux sous présidence cdH et trois sous présidence MR. Dès lors, il va sans dire qu'il faut relativiser les choses, quatre par rapport à neuf, cela représente une minorité.
La position du Gouvernement est que le travail entamé par les intercommunales doit être achevé dans le respect des règles établies.
Il convient que ces intercommunales puissent offrir à nos concitoyens le meilleur service possible au moindre coût. Les moyens financiers importants engagés doivent être investis en faveur du développement durable des communes.

Voilà où nous en sommes dans ce dossier, les procédures menées étant les plus transparentes et les plus correctes qu'il soit.
Il me plait à penser que, si des commentaires fusent de toutes parts, cela témoigne du dynamisme et de la bonne santé de notre démocratie.

M. Serge Kubla (MR). – Quelques fragments de vérité commencent à apparaître, me semble-t-il.
Quand il s'agissait d'obliger les intercommunales à fusionner, vous n'étiez pas sujet, Monsieur le Ministre-Président, aux mêmes états d'âme ! Votre position était définitive et péremptoire.
Par ailleurs, je ne suis pas très heureux de vos airs supérieurs quant aux compétences des intervenants en cette matière. Certes, je ne suis pas un spécialiste du secteur, mais je suis en contact attentif et rigoureux avec les opérateurs concernés.
Il conviendrait que les partenaires de la majorité puissent trouver, entre eux, un terrain d'entente car il paraît manifeste que les opinions sont quelque peu divergentes.
Vous avez évoqué la complexité du dossier. Je note que, dans cet esprit, vous vous entourez de multiples spécialistes juridiques, des sommes considérables étant engagées à titre d'honoraires.
Il est évident que ce ne sont pas les Présidents d'intercommunales, mais bien les assemblées générales qui détiennent le pouvoir de décision. La force du PS n'est pas contestée, ni contestable dans bon nombre d'entre elles.
Par conséquent, le vrai problème politique qui est posé, c'est qu'au Parlement, vous tenez un langage mesuré, modeste, ténu, mais que, lorsqu'il faut décider, c'est le PS qui se positionne de façon directive et sans appel, à l'appui d'abondantes déclarations à la presse.

M. Bernard Wesphael (Écolo). – J'ai entendu dire que le Gouvernement n'avait aucune compétence en cette matière. Toutefois, c'est bien le Président du PS qui réunit ses troupes pour décider, haut et fort, quel sera le montage de la restructuration des câblo-distributeurs.
Se pose ici le problème évident de la double casquette du Ministre-Président.
Il n'y a que lui qui puisse se permettre d'agir de la sorte, tout au moins en Région wallonne : la modestie dans un sens et poser des décisions non consensuelles dans l'autre.
Par ailleurs, il semble évident qu'un certain nombre de mandats sont déjà répartis.
Sur le fond, il est clair qu'Écolo était favorable à l'approche proposée. Il convient de dissocier la méthode et le fond. Certes, des garanties importantes restent à obtenir et le caractère universel du service rendu à la population est à assurer. Mais, franchement, ce que je regrette, c'est que, dans un dossier aussi important, M. le Ministre-Président ait tenu une telle langue de bois. Et cela, sur la forme, c'est inacceptable.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – On a beau essayer de faire de ce dossier un dossier politique,
il ne l'est pas. Un grand opérateur intégré wallon devrait s'appuyer sur toutes les forces politiques wallonnes.
Nous essayons de créer une structure publique dont les aspects liés au financement, au caractère universel et aux ressources humaines restent à poser. Pourquoi essaie-t-on de saper les bases d'un édifice qui reste à bâtir par la Région ?

M. Serge Kubla (MR). – Parce que les décisions ont été prises brutalement par le PS, sans concertation.

M. Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS). – Nous essayons, dans notre famille politique, d'avoir la meilleure cohérence possible. Demandez donc à M. Destexhe qu'il vous donne quelques conseils à ce sujet.
Quand toutes les familles politiques auront une vision claire, nous pourrons enfin concentrer nos énergies sur l'aboutissement d'un grand projet wallon.

M. Michel de Lamotte (cdH). – Il y a un grand projet wallon à mettre en place, avec le triple play qui réunit Internet, la télévision et la téléphonie mobile ou fixe. C'est un développement très important pour la Région wallonne. Tout ce qui a été décidé doit être programmé et mis en place, en collaboration avec les câbloopérateurs et d'autres acteurs qui pourraient fournir un apport en matière de marketing.
Toutes les décisions ont été prises au sein de conseils d'administration dans lesquels toutes les familles politiques étaient présentes.

M. Serge Kubla (MR). – Non, ce n'est pas le cas.
M. Michel de Lamotte (cdH). – Si, toutes les familles politiques y étaient représentées. Nous avons ici un véritable projet politique wallon, nous devons le mettre en oeuvre.
M. le Président. – Ceci termine le débat relatif aux câblo-opérateurs wallons. Il fut parfois vif mais cela peut être toléré tant que cela reste dans les limites du respect des personnes.

La mort éteint toutes les procédures

Dans un précédant post, je relatais l'assassinat de Benazir Bhutto, aussi crapuleux que celui d’André Cools, organisé par ses pairs.

Il ne faut pas oublier que madame Bhutto fut deux fois Premier ministre de la République Islamique du Pakistan, de 1988 à 1990 et de 1993 à 1996. Mais chaque fois, elle fut démise de ses fonctions pour "corruption" et "mauvaise gouvernance".

Internationale socialiste, quand tu nous tiens …
Le PPP, parti de madame Bhutto est un des membres actifs de l'Internationale Socialiste (IS).
M. Di Rupo l'avait rencontrée à plusieurs reprises lors de réunions de l'IS.

Le PS du camarade « Di Rupo », après toutes les casseroles qui continuent à tinter, n’est-il pas revenu aussi « aux affaires », pour sauver la Belgique ?

L’enquête de corruption contre Bhutto close
L’enquête ouverte en Suisse contre l’opposante pakistanaise Benazir Bhutto pour soupçons de blanchiment d’argent est désormais close. L’ancien Premier ministre a été inhumée ce vendredi dans le mausolée familial dans le sud du Pakistan. Al-Qaïda serait derrière cet attentat.

Une enquête parallèle contre son mari se poursuit néanmoins. Depuis 2004, une procédure est enclenchée en Suisse après une demande d’entraide judiciaire d’Islamabad visant l’ancien Premier ministre pakistanais, son mari et d’autres personnes soupçonnées d’avoir placé en Suisse de l’argent provenant de la corruption.
Benazir Bhutto, assassinée jeudi, avait démenti ces accusations. Fin octobre, le procureur général du canton de Genève, Daniel Zappelli, avait déclaré que l’enquête du juge d’instruction était terminée. Il s’agissait alors de décider s’il y aurait poursuite ou si la procédure devait être abandonnée.
L’avocat à Genève de Benazir Bhutto, Alec Reymond, a précisé vendredi que « l’affaire était close, la mort de la suspecte éteignant toutes les procédures ». Il a toutefois précisé que la procédure suivait son cours contre son mari, Asif Ali Zardari, et une autre personne, dont il a refusé de dévoiler l’identité.
Le couple a été condamné par contumace pour blanchiment d’argent en juillet 2003 à Genève. Il a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis et d’une amende 9,1 millions d’euros à verser au gouvernement pakistanais. La condamnation avait été annulée lorsqu’il avait fait appel.
En 1997, un montant de 20 millions de dollars avait été bloqué sur des comptes suisses supposés appartenant à Benazir Bhutto et sa famille. « Mme Bhutto a toujours affirmé que ce n’était pas son argent. Les comptes n’étaient pas en son nom », a déclaré Alec Reymond.

Dans la foulée de l'annonce de l'assassinat, le journal Le Soir publiait (d'autres aussi) un curieux encart intitulé "Verhofstadt et Di Rupo condamnent l’attentat" ... aussi curieux, qu'étrange.

Un Premier qui s'exprime sur un acte barbare ET le président du PS, d'autre part, certes.

Mais pourquoi diable avoir emmelé dans un même article les déclarations de l'un sur les lignes paires et de l'autre sur les lignes impaires ? Est-ce le nouveau couple de l'année ? Est-ce une faute de goût, une erreur journalistique, un coming out politique ?

Reprenons les déclarations du chef de file des rouches:
  • "acte de barbarie insupportable"
  • "odieux assassinat"
  • "acte de barbarie insupportable"
  • « Le terrorisme doit être combattu partout et à chaque instant. Cette lutte contre le terrorisme doit s'accompagner de l'avènement général de démocraties qui permettent à chacun de vivre dignement et qui créent les conditions de vie sereines garantissant le respect général des uns et des autres »
  • "L'horreur de la disparition de Mme Buttho doit aussi nous faire réfléchir à la nécessité de conforter nos démocraties occidentales et de tout faire pour que nos sociétés soient prospères, tolérantes, ouvertes et multiculturelles"
Maintenant, je comprends mieux les événements.

No Comment:

"« Al-Qaïda n’a pas tué Mme Bhutto »
samedi 29.12.2007: Baïtullah Mehsud, chef présumé d’Al-Qaïda au Pakistan, dément avoir fait tuer jeudi l’ex-Premier ministre et opposante Benazir Bhutto. « Il n’est pas impliqué dans cet attentat », a déclaré le porte-parole.
« C’est un complot du gouvernement, de l’armée et des services de renseignements » pakistanais, a-t-il accusé. Le gouvernement avait accusé vendredi Al-Qaïda, par l’intermédiaire de Baïtullah Mehsud, d’avoir perpétré l’assassinat de l’ex-Premier ministre, en diffusant le verbatim d’une conversation téléphonique interceptée par les services de renseignement, au cours de laquelle Mehsud en félicitait les auteurs. "

vendredi 28 décembre 2007

L'aile ou la cuisse ... ?

Le cdH a aussi une aile droite ... , nous affirme le jeune Cédric Cheneviere, Vice-Président et Secrétaire politique du cdH de Liège.

(to be continued, stay tuned ...)

Crise immobilière


De l'Inde, où à Bombay des centaines d'habitants de bidonvilles manifestent depuis mercredi contre le gouvernement qui a fait raser leurs habitations pour y implanter de nouveaux projets de développement urbain.
Les manifestants réclament un relogement et une compensation pour la perte de leur logement

... à Cleveland, dans l'Ohio, USA:

En wallonie, pour mémoire: Communiqué du 3 Juillet 2003 par Michel DAERDEN, Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre en charge du Logement ...
qui précisait que :
« ma volonté historique de privilégier la rénovation, enfin partagée publiquement en juillet 2002, confirmée par tous les acteurs début 2003, débouche aujourd’hui sur une décision qui fera date dans l’histoire du logement social en Wallonie »
La programmation de ces travaux était prévue en cinq ans, mais La Carolo et tout le toutim en matière de scandales divers liés aux habitations sociales allaient être mis au grand jour quelques années après. M. Daerden est non seulement toujours en place, mais ses compétences ont été complétées ... En avant la rénovation !

Sécuriser, rénover et assainir le logement social de Wallonie
Sur proposition de Michel DAERDEN, Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre en charge du logement, le Gouvernement wallon de ce jeudi 3 juillet 2003 a adopté l’arrêté autorisant la Société Wallonne du Logement à réaliser un emprunt, sous la garantie de la Région wallonne, à concurrence d’un montant maximal de 1 milliard d’euros, destiné à financer le programme exceptionnel visant à la sécurisation et à la salubrité du parc social locatif en Wallonie.
Pour rappel, conforté par sa prise de conscience de la nécessité de rénover et de sécuriser efficacement l'ensemble du parc locatif de Wallonie, Michel DAERDEN, dés juillet 2002, sollicite la Société wallonne du Logement afin qu'elle mène une large enquête sur ce thème.
En décembre 2002, recevant la confirmation de ce qu'il avait pressenti, Michel DAERDEN, Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre en charge du Logement, confie à la Société wallonne du Logement la mission de dresser un inventaire précis sur l’état de salubrité des 102.000 logements que compte le patrimoine locatif des sociétés de logement de service public en Wallonie.
Fin avril 2003, l’inventaire constate des déficiences techniques importantes dans plus de 35% du patrimoine locatif social en Wallonie (35.874 logements sociaux).
L'action décidée par Michel DAERDEN se concrétisera par l’intervention de la Région wallonne dans le financement des travaux de sécurisation, de stabilité, d’étanchéité ainsi que d’équipement des logements sociaux.
La programmation de ces travaux est prévue en cinq ans.
(...)
Enfin, Michel DAERDEN rappelle, outre l’assainissement du parc locatif social, les effets positifs de cette mesure à plus d’un égard.
Ainsi :
- sur un plan économique :F Les travaux permettant la concrétisation de cette grande opération vont garantir 3200 emplois pendant 5 ans dans le secteur de la construction.
- sur un plan financier :F L’amélioration de la qualité des logements sociaux aura pour effet de réduire substantiellement le nombre de logement inoccupés (+ de 2.000).
- sur un plan social :F L’amélioration de la qualité des logements se fera sans impact sur le montant des loyers des logements concernés par les travaux et, en outre, sera de nature à diminuer les charges locatives des logements.
Michel DAERDEN souligne encore que ce vaste plan de rénovation rencontre pleinement les objectifs fixés par le contrat d’avenir pour la Wallonie actualisé visant notamment à l’accroissement de la qualité des logements et à la lutte contre l’inoccupation.
Michel DAERDEN tient à préciser que : « ma volonté historique de privilégier la rénovation, enfin partagée publiquement en juillet 2002, confirmée par tous les acteurs début 2003, débouche aujourd’hui sur une décision qui fera date dans l’histoire du logement social en Wallonie ».

Happy Kwanzaa !



Du 26 décembre au 1er janvier, les Afro-Américains célèbrent Kwanzaa le troisième pilier de la saison des fêtes après Hannuka et Noël.

Instituée en 1966 par l’activiste politique Maula Karenga, elle célèbre l’héritage particulier de la communauté noire, autour de sept principes :
  • Umoja (l’Unité)
  • Kujichagulia (Auto-détermination)
  • Ujima (Travail collectif et responsabilité)
  • Ujamaa (Coopération économique)
  • Nia (le But)
  • Kuumba (la Créativité)
  • Imani (la Foi).

    Les habits et les décorations sont d’inspiration africaine et les cadeaux qui sont donnés aux enfants doivent en principe toujours comprendre un livre.
(source et article plus complet: Ma grosse pomme )

Web 2.0


Tout est dit ou presque ...

Les meilleures blogo-références pour se retrouver dans ce boui-boui 2.0 ?
Blogging the News , Au fil du Web ... et

La Reine Elizabeth II, Reine d’Angleterre 2.0

Qui a dit que la Reine d’Angleterre était “has-been”? De tous les monarques vivants, elle est probablement l’une des plus modernes, des plus réactives. Elizabeth II diffuse ses traditionnels vœux de Noël sur YouTube.
Le cas Elisabeth II
Elle a connu en tant que chef d’État tous les présidents français depuis Albert Lebrun. Elle était déjà sur le trône depuis sept ans quand Fidel Castro est arrivé au pouvoir. Elle règne officiellement sur 28 pays dans le monde.Elle, c’est Elisabeth II, reine d’Angleterre, mais également d’une ribambelle d’États souverains partout dans le monde, héritage du grand empire britannique. On citera parmi les plus importants l’Australie, le Canada, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée… Des Bahamas à Tuvalu, des Bermudes à Sainte-Hélène, de Guernesey aux Grenadines, Elisabeth est reconnue partout comme le chef d’État officiel.Alors bien sûr, montée sur le trône le 6 février 1952 – et manifestement pas encore disposée à abdiquer –, elle bat tous les records de longévité au pouvoir, même si celui-ci, comparé à un Fidel Castro ou à un Omar Bongo, demeure symbolique.Le véritable exécutif, on le sait, est en Grande-Bretagne aux mains du Premier ministre.
En la matière, le record
revient à Margaret Thatcher, qui occupa l’exécutif britannique de 1979 à 1990. Onze ans, c’est un record outre-Manche.

48 ans
C'est Fidel Castro, à Cuba, qui détient le record de longévité, pour un président actuellement en exercice, selon le palmarès publié par la revue américaine Foreign Policy sur son site. En 2e position, Omar Bongo, président du Gabon depuis 39 ans. Les suivants sont moins notoires, tel Ali Abdullah Saleh, président du Yémen depuis 29 ans (d'abord président du Yémen du Nord avant la réunification de 1990) ; Maumoon Abdul Gayoom, président des Maldives depuis 28 ans ; Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée Equatoriale depuis 28 ans. Hun Sen, lui, est premier ministre du Cambodge depuis 22 ans. Tous ont été « réélus » après l'année 2000.

Les royaumes de la longévité
L’Europe se caractérise justement par la présence à la tête de l’État d’un certain nombre de rois et reines à la longévité remarquable.
Certes loin d’Elisabeth, la reine Margaret II du Danemark affiche tout de même 35 ans de règne, le roi de Suède Charles-Gustave 34 ans, le roi d’Espagne Juan-Carlos 32 ans, la reine Béatrix des Pays-Bas 27 ans.
Dans le monde, seule la monarchie thaï fait mieux avec les 61 ans de règne du roi Phumiphon.

Fourons

Les élus francophones de Fourons ont quitté jeudi soir la séance du conseil communal parce qu'ils ne pouvaient plus s'exprimer en français.

« Ici à Fourons, on traite les Francophones comme des personnes de seconde zone,
puisque quand vous parlez français, on vous refuse la parole »
s'est indigné M. Droeven au micro de la RTBF.

Le bourgmestre de Fourons, Huub Broers, a dénoncé une manœuvre politique du camp francophone.

jeudi 27 décembre 2007

Bhutto buttée !

Updated

L'ex-Premier ministre pakistanais et leader de l'opposition Benazir Bhutto a été tuée ce jeudi dans un attentat suicide qui a fait au moins 16 autres morts à l'issue d'un meeting électoral dans la banlieue d'Islamabad, à deux semaines des législatives.
L'ex-Premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto a reçu une balle dans le cou tirée par le kamikaze avant l'attentat-suicide qui l'a visée jeudi et est morte à l'hôpital des suites de ses blessures, ont indiqué des hauts responsables de la police.
Plus sur le sujet:
Biographie de Benazir Bhutto
Benazir Bhutto tuée dans un attentat-suicide
L'ex-Premier ministre pakistanais et leader de l'opposition Benazir Bhutto a été tuée jeudi dans un attentat-suicide qui a fait au moins 16 autres morts à l'issue d'un meeting électoral dans la banlieue d'Islamabad, à deux semaines des législatives.
Quel impact sur le futur du Pakistan ?
Un mortel retour de flamme

Sharif appelle Musharraf à démissionner
Les vives réactions de la communauté internationale
Les Etats-Unis condamnent l'attentat contre Bhutto
L'actrice : Benazir Bhutto
Benazir Bhutto se réveille
La procédure contre Bhutto est classée

Verhofstadt, what else?


J'adore ! "Verhofstadt, what else?", proposé par lePan !
Merci, Johan.


Le Chat d'à côté

Vous aimiez l'humour, moi aussi.
Vous aimiez le Chat, moi aussi.
Vous appréciez Geluck, moi plus.


Il y a comme quelque chose de vicié, après s'être prostitué chez Drucker auprès du public français, pendant ces dernières années.

Les "anciens" resteront certainement fidèles (pour un temps), comme Jacques Mercier (et sa bande) ou Le Soir qui proposait en marge de la crise : "Les dix solutions pour sauver la Belgique".

M'est d'avis que c'est un flop, non seulement parce que les articles sont arrivés "juste trop tard" et donc "décalé dans le temps", mais parce que j'ai le sentiment que c'est "tout le bonhomme", qui est maintenant "décalé" en dehors de son temps et plus seulement son humour qu inous faisait rire.

J'ai mal au cœur pour lui, quand il annonce que finalement "cette rubrique est presque aussi palpitante que Prison Break, ou que 24 heures chrono."
Et d'ajouter à juste titre: "Il paraît d'ailleurs que la presse ne s'est jamais aussi bien vendue (ni les journaux télévisés n'ont été autant regardés) que depuis que notre patrie traverse une crise sans précédent."
De fait, et les belges ne se sont pas trompés: Ils se sont rués sur le livre de Kroll
Cette année, "Au pays des Oranges bleues" a fait un véritable carton. Sorti dans un premier temps à 65.000 exemplaires, le livre a fait l'objet de nouvelles commandes durant le week-end.
Au total, ce sont donc 73.000 livres qui ont été mis sur le marché. On estime que les ventes tourneront entre 50.000 et 60.000 bouquins.

Si vous ne savez vraiment pas quoi faire chez vous :

Le « Sarko circus »

Il faut bien parler de la concurrence et du « Sarko circus » en tournée, dont parle et titre le journal Le Soir ....
qui explique que la médiatisation à l’Elysée a augmenté de 450 % avec Nicolas Sarkozy, qui met les journalistes à la remorque.

Vous avez suivi Nicolas Sarkozy sur un yacht à Malte, aimé Nicolas Sarkozy sur un canoë à Wolfeboro (États-Unis), vous allez adorer Nicolas Sarkozy devant les pyramides avec Carla Burni.

Ou redoubler la crise de foie de fin d’année, c’est selon.
Car, si le Président fait feuilletonner sa vie, livrant chaque jour un nouvel épisode à l’opinion, celui-ci, qui a démarré mardi, c’est du premier choix. La France peut suivre en temps réel les activités du couple star, comme en téléréalité.


et le journal Le Monde d'ajouter que le porte-parole de l'UMP, Yves Jégo, défend la transparence et la modernité que traduisent selon lui les vacances du président Nicolas Sarkozy.
Le déplacement privé du chef de l'Etat en Egypte, partiellement payé par son ami le chef d'entreprise Vincent Bolloré, a déclenché une salve de critiques de l'opposition.

L'ex-candidate du Parti socialiste à l'Elysée, Ségolène Royal, a ainsi estimé que "le comportement de Nicolas Sarkozy met en cause l'indépendance et la dignité de la fonction présidentielle".
Pour Yves Jégo au contraire, "le président de la République a voulu là aussi jouer la rupture et ne rien cacher. Ce qui ne se disait pas, ce qui ne se montrait pas, aujourd'hui fait l'objet d'une volonté de transparence".
"Cette forme d'authenticité, de transparence, est plutôt la marque d'une démocratie qui se modernise", a ajouté le député de Seine-et-Marne au micro d'Europe 1.
"Les Français apprécient la franchise et l'idée que l'on est sorti d'une époque où les choses se faisaient mais étaient dissimulées est une idée qui va plaire aux Français", a-t-il poursuivi.
Le député de la majorité a souligné que le chef de l'Etat se déplaçait avec "une trentaine de personnes (...) une cohorte de personnalités qui ne me semble pas très compatible avec l'usage d'un vol régulier d'une compagnie aérienne".

Propagande islamiste terroriste sur Internet

Updated
Je suis assez étonné par les déclarations faites aux médias par des personnes interpellées, interrogées vendredi dernier, puis relâchées quelques heures après, dans le cadre de l'enquête sur un éventuel plan d'évasion de Nizar Trabelsi.

Ce n'est pas tellement le fait que ces personnes s'expriment qui m'étonne, mais le fait que la presse repoduise "texto" les propos -sans grand esprit critique- et cite divers acteurs avec beaucoup de désinvolture, sans beaucoup recadrer l'ensemble de cette "affaire".


Lors de la condamnation de Trabelsi, en 2003 on notera :"Seuls 5 des 23 prévenus ont été acquittés, dont Malika E.A., l'épouse de Dahmane, un des deux hommes qui a commis l'attentat suicide qui a coûté la vie au commandant Ahmed Shah Massoud, le chef de l'Alliance du Nord tué en Afghanistan le 9 septembre 2001. Dahmane avait été envoyé en Afghanistan par la filière belge.
La complicité de Malika n'a pu être établie avec certitude, a estimé le tribunal qui souligne néanmoins que son radicalisme a pesé sur son mari et qu'elle conserve un mépris évident pour le monde occidental."


Malika El Aroud s'exprime sur son forum (que je n'ai pas réussi à trouver):


"il y avait des raisons justifiant ces perquisitions"
Maintenant j'en viens aux raisons qui ont poussé la Belgique à toutes ces perquisitions [...] Je vais sans doute vous étonner mais pour une fois je pense
que la police n'est pas vraiment en tort. Il y a eu certainement de l'exagération mais dans le fond il y avait des raisons justifiant ces perquisitions [...] Effectivement, des paroles évoquant une future prise d'otage ont été véhiculées par téléphone si le régime strict de Nizar Trabelsi ne change pas. Ceci a été dit et répétée plusieurs fois vers mon téléphone par une des personnes arrêtée (la police sait qui), une personne avec laquelle j'ai pris mes distances depuis un moment déjà car je la trouvais assez dangereuse par son imprudence à faire allusion à des choses qui n'existent pas alors qu'elle sait que je suis sur écoute. Imaginez un instant ce que la police à ce moment-là peut imaginer aussi [...]". Et Malika El Aroud de conclure qu'elle a rompu tout contact avec cette fameuse personne lui demandant par SMS de "sortir" de sa vie.

Mais aussi, quelle ne fut pas ma (demi) surprise de trouver ceci à propos de Malika El-Aroud, belge d'origine marocaine, veuve d'un des assassins du commandant Massoud

Publié le 6/21/2007 par le journal marocain AlbaYane
Le premier procès en Suisse pour propagande islamique terroriste sur Internet s'est ouvert mercredi devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone, dans le canton suisse du Tessin. Les accusés sont un Tunisien et une Belge d'origine marocaine, veuve d'un des assassins du commandant Massoud.
Moez Gersallaoui et Malika El-Aroud sont notamment accusés de soutien à une organisation criminelle, d'incitation publique au crime et d'avoir aidé, par le biais de sites Internet, à la fabrication et l'emploi d'explosifs devant servir à des fins criminelles. A 9h locales, lorsque l'audience a commencé, les deux accusés n'étaient pas là. Le tribunal a alors accordé un délai de 30 minutes au couple qui a fini par arriver. La femme portait un voile noir.
Cette affaire a eu des échos à l'échelon international car l'accusée, âgée de 49 ans, est la veuve d'un des deux hommes qui avaient tué le commandant afghan Ahmed Shah Massoud, deux jours avant les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Cette femme, qui passe pour une salafiste convaincue, gérait sa propre page Internet appelant à la guerre sainte quand elle vivait en Suisse.
Rentrée en Belgique en 2006, elle était depuis interdite d'entrée en territoire helvétique. Elle est mariée, selon les rites islamiques, au principal accusé, un Tunisien de 39 ans, domicilié à Guin, dans le canton suisse de Fribourg.
Ce dernier a exploité plusieurs sites Internet avec forums de discussion qui ont été utilisés, avec son accord, comme «vecteurs de l'information par des groupes terroristes», selon l'accusation. Il lui est reproché d'avoir utilisé ces sites en vue de favoriser la propagande de la violence interraciale et d'inciter à la haine et à la violence interraciale. Le site du Tunisien a aussi diffusé des images et des séquences filmées d'exécution et de mutilation d'êtres humains. La femme est accusée d'avoir conseillé, inspiré, encouragé et aidé son époux dans son entreprise criminelle.
L'enquête avait conduit à leur arrestation le 22 février 2005.
Le Tunisien a passé 23 jours en détention préventive et la femme dix jours. Le procès est prévu sur deux jours au maximum et le jugement devrait être rendu ultérieurement.

Updated 27/12/07

De fait, je trouve (seulement) un CV un peu plus complet à la RTBF:


Menace terroriste: Malika el-Aroud interpellée 21 déc 2007
La veuve d'un des assassins du commandant Massoud, Malika el-Aroud, qui a été interpellée dans le cadre de l'enquête sur un projet d'évasion de Nizar Trabelsi, avait été acquittée en Belgique en 2003, mais condamnée en Suisse en juin dernier pour soutien au terrorisme.

Cette Belge d'origine afghane ferait partie des quatorze personnes arrêtées vendredi matin dans le cadre de l'évasion déjouée de Nizar Trabelsi.

Agée de 48 ans, Malika el-Aroud est la veuve d'Abdessater Dahmane, l'un des deux hommes qui ont assassiné, le 9 septembre 2001 dans un attentat-suicide, le commandant Ahmed Shah Massoud, chef de l'Alliance du Nord qui s'opposait aux talibans.

Elle avait été acquittée en 2003 par le tribunal correctionnel de Bruxelles qui jugeait une filière d'envoi de candidats au jihad en Afghanistan.

Partie en Suisse aux côtés de son nouvel époux, la Belge avait été jugée en juin dernier à Genève pour soutien au terrorisme islamiste sur des sites internet. Elle avait été condamnée à six mois de prison avec sursis "pour soutien à une organisation terroriste et complicité de représentation de la violence".



Lire aussi:

Haute surveillance anti-terroriste en Belgique
Bruxelles en état d’alerte
Les mesures dans les transports en commun
Tentative d’évasion de Trabelsi
Nizar Trabelsi : un ancien footballeur passé au terrorisme
Noël sous haute surveillance à Bruxelles
Pas de panique générale sur la ville
Vigilance maintenue jusqu’au 2 janvier
« Nous ne sommes pas terroristes »