vendredi 20 novembre 2009

H. Van Rompuy au Conseil européen

Spéciale Matin Première: H. Van Rompuy au Conseil européen
Mr Nobody à la tête de l'Europe ?


Tine Van Rompuy :


"Het was heel spannend. Maar nu de beslissing genomen is, kan ik alleen maar zeggen dat het een hele eer is voor Herman, en voor onze hele familie"








Lire aussi:
Van Rompuy président européen : que va-t-il se passer en Belgique ?

Herman Van Rompuy: la presse européenne très critique

La presse européenne se montre vendredi très critique sur les nominations jeudi soir à Bruxelles du Premier ministre belge Herman Van Rompuy comme premier président de l'Union européenne et de la Britannique Catherine Ashton au poste de Haut représentant de l'UE aux affaires étrangères.


Europe : petites intrigues pour un président
Le nouveau leader politique de l’Union sera choisi demain par les 27 chefs d’Etat et de gouvernement du Conseil européen. Dans la plus grande opacité.

Pour nos lecteurs hispanophones, très engagés:
Nombres débiles para grandes retos en la UE

Desbloqueada la crisis institucional, Bruselas debe enfrentarse al ascenso de potencias emergentes, al aumento del paro y a la dependencia energética

Dos desconocidos sin experiencia representarán a la UE ante el mundo

Los Veintisiete han acordado nombrar a Van Rompuy Presidente permanente de la UE y a Ashton como súperministra de Exteriores.

jeudi 19 novembre 2009

Brussels sprouts

Lady first ou l'emblème de la féminité, version british : Catherine Margaret Ashton, baronne Ashton of Upholland, économiste née en 1956, remplaçante à la Commission européenne depuis le 3 octobre 2008 et désormais ... "ministre" des affaires étrangères de l'Union européenne.



Après parlons des belges, sauce british (Mint sauce ?)




Ecouter aussi:
Sarkozitude

La "Cellule de politique générale" de Laurette

Combien d'hommes, combien de femmes ?

Publication actualisée le 9 nov 2009 sur base de données communiquées le 15 sept 2009






Lire aussi:
La Ville entre épure et dessein

La Ville de Bruxelles, 11e commune de notre bilan à mi-mandat des majorités issues du scrutin d'octobre 2006. Plus propre et plus construit, mais pas assez.
S'il fallait retenir deux objectifs du programme de majorité « qui touchent le citoyen », ce seraient sans doute ceux-là : rendre Bruxelles propre et construire 1.000 nouveaux logements. Où en sommes-nous trois ans plus tard ? Si les avis restent partagés, même l'opposition salue, certes timidement, des avancées dans ces deux dossiers.
Ainsi, en matière de propreté, la chef de l'opposition libérale, Marion Lemesre, parle de bilan en demi-teinte, « car de toute évidence, des efforts sont faits », même si « la saleté reste endémique en particulier à Laeken et dans certaines rues du centre ». L'Ecolo Marie Nagy salue, elle, « la nouvelle gestion » de l'échevine Karine Lalieux (PS), « l'achat de matériel et les efforts fournis en matière de sensibilisation, même s'il reste pas mal de travail dans le centre et en ce qui concerne les dépôts clandestins ».

Knack ou le réveil de la presse rexiste
En deux coups de balai et autant de bruits de bottes, l'hebdomadaire flamand Knack qu'édite le groupe Roularta vient de s'illustrer comme digne successeur de cette presse catholique de droite qui il y a soixante ans se plaisait à traîner dans la boue l'establishment politique au nom d'une morale nauséabonde et d'une stratégie destinée à déstabiliser une démocratie trop dérangeante à ses yeux.

Délits d'initiés pour FORTIS

Brève: Alors que 600 personnes sont déjà interrogées/questionnées dans le cadre d'une enquête sur d'éventuels délits d'initiés dans l'affaire Fortis, la CBFA enquête sur les comptes et actions des membres du gouvernement Leterme I (mars 2008 - décembre 2008).
Il doivent répondre pour le 30 novembre.



Lire aussi:
La lettre de Christine Schurmans
La juge Schurmans a transmis un dossier au PG de Bruxelles. Extraits d’auditions et d’e-mails : la magistrate veut étayer le “faux en écriture”.

Fortisgate, nouvel acte. Tandis que le ministre de la Justice Stefaan De Clerck (CD&V) a confirmé jeudi au Parlement qu’il avait transmis un dossier aux procureurs généraux concernant le Fortisgate (lire ci-contre), il apparaît que la magistrate Christine Schurmans a porté à la connaissance du procureur général de Bruxelles, Marc de le Court, une série de nouveaux éléments - tirés de l’enquête du juge d’instruction gantois Henri Heimans.

Dans une lettre "strictement personnelle" de onze pages datée du 10 novembre dernier, la magistrate revient avec de nombreux détails inédits, extraits de déposition et extraits d’e-mails, sur cette saga économico-politico-judiciaire qui fit chuter le gouvernement d’Yves Leterme (CD&V) en décembre 2008. Cette lettre est disponible intégralement sur le site Internet de "La Libre". Tous les faits avancés par la magistrate Christine Schurmans sont destinés à appuyer la plainte pour "faux en écriture" qu’elle a déposée et qui est actuellement traitée par la Cour de Cassation.

mercredi 18 novembre 2009

Dépucelé dans un bordel d’Alger …

Iron ladies

Found on http://www.timesonline.co.uk

Dalia Grybauskaite Lithuania’s female President, who took more than two thirds of the vote in May this year, has a black belt in karate

Wu Yi China’s Vice-Premier, who retired from government in 2007, was the highest-ranking woman in the Communist Party. She is credited with hammering out vital trade deals with the US

Ellen Johnson-Sirleaf Liberia’s President dismissed all finance ministry employees in her first months in office in 2006 in an attempt to curb rampant corruption. They were allowed to return only after screening

Golda Meir The fourth Prime Minister of Israel was the only woman among the state’s founders. She personally ordered the assassination of all the members of the Black September Palestinian terror group after their attack on Israeli athletes at the Munich Olympics

Indira Gandhi India’s President, and daughter of Nehru, refused to answer charges of electoral malpractice. Declaring a state of emergency during 1975-77 she arrested most of her opposition and ruled by personal decree

Margaret Thatcher The Tory leader was dubbed the “Iron Lady” by the Soviet media in 1976 because of her vehement opposition to Communism. It was meant to be a riposte to the Western concept of the “Iron Curtain”



Twitter Side:

kattebel
"It's a lie that we do not have qualified women around." The formidable Vike-Freiberga slams EU's male elite http://bit.ly/2x8fcv #gbc09 #eu

@JanSeifert: it's only Sweden that sent three women in a row so you can rest assured. *irony*

recommends reading the European Voice art. on the campaign for a Gender Balanced Commission: http://is.gd/4WY6j (via @genderbalance) #gbc09

RT @EurActivFR: Gender balanced Commission propose une liste de femmes pour la prochaine Commission européenne. http://bit.ly/3Oi5Bl #eu

Phineas_Barnum
@kattebel On aime tellement les femmes en Europe qu'on est prêt à en faire une gérontocratie ... comme en URSS http://bit.ly/44swN0

kattebel @Phineas_Barnum: personne posait ces Q avec De Gaulle, Adenauer, Silvio etc donc pq maintenant. Les femmes vivent plus longtemps en plus.

Phineas_Barnum
@kattebel #URSS 3 sont morts pendant leur mandat: Konstantin Tchernenko (74) , Youri Andropov (70), Léonid Brejnev (76)
@kattebel #URSS Vassili Kouznetsov 85 ans , Kliment Vorochilov & Andrei Gromyko 79 ans , Nikolaï Podgorny 74 ans
@kattebel #URSS Anastase Mikoyan 70 ans , Mikhaïl Kalinine & Nikolaï Chvernik 71 ans #gérontocratie

Qui a dit: "Ségolène Royal est un cas psychiatrique lourd" ?


Maitea6
La ministre suédoise aux Affaires européennes, Cecilia Malmström, a été proposée par la Suède pour un poste de commissaire européenne #eu

La Suède a décidé de montrer l'exemple et enverra une femme! RT @gh_eu: La Toile européenne soutient les femmes http://bit.ly/3Gze5L #eu

@genderbalance YES! Again, many congrats for this initiative!


LB2S
Vike-Freiberga :"J'ai quasiment une vénération pour les pères fondateurs" Euh, ah bon, bon...euh, d'accord. http://bit.ly/3lbqZn



Lire aussi:
Latvian's 'Iron Lady' slams EU's male elite
The leading female contender to be chosen as Europe’s first president yesterday challenged her male rivals to an open contest, and criticised the secretive carve-up of the EU’s top job.
Known as VVF, the formidable Vaira Vike-Freiberga is furious at the suggestion that there are no suitably qualified women to run the EU — and at the squalid selection process taking place behind the scenes.
Twice President of Latvia, she is one of the few openly declared candidates for the EU presidency and is well equipped to become the face of Europe among a field of grey men. Her remarkable early life, fleeing across Europe from the front lines of the Second World War, was followed by a distinguished academic career and eight years as President, steering Latvia into the EU and Nato.

Où sont les femmes ?
Le « gouvernement de l’Union » va-t-il ressembler au gouvernement saoudien, dont le progressisme n’est plus à démontrer ? On en prend manifestement le chemin si l’on en juge par le peu de femmes pressenties pour occuper une fonction de responsabilité à Bruxelles.

BRITAIN RULED BY A BELGIAN? YOU MUST BE JOKING
A FURIOUS backlash was growing last night against the drive to anoint Euro fanatic Herman Van Rompuy as President of Europe.
The Belgian Prime Minister, who wants to impose sweeping Europe-wide taxes, is expected to be picked for the plum new job at a cosy dinner of the Brussels elite tomorrow.
But opponents of his crazed plans for building a European superstate and banning national flags and anthems were uniting yesterday after full details emerged of his ambitions for a massive new taxation offensive once he is installed in the £250,000-a-year post.

Milquet propose des quotas de femmes dans les CA d'entreprises
La ministre fédérale de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, déposera sur la table du gouvernement des propositions pour imposer des quotas de femmes dans les conseils d'administration des entreprises publiques autonomes et des sociétés cotées en bourse, a-t-elle annoncé mercredi.
Dans les sept ans qui viennent, ces organes devront compter un tiers de femmes. La ministre veut également lancer une réflexion sur des quotas de femmes dans les organes de direction de ces entreprises ainsi que dans les comités de direction des administrations fédérales. Même si le monde patronal se montre réticent, la ministre s'est dite déterminée à avancer dans cette direction.
"Si la FEB et le monde de l'entreprise ne sont pas heureux, je me retrancherai derrière l'initiative du chef de groupe de l'UMP, qui n'est quand même pas défavorable au monde des entreprises ni d'extrême gauche, et qui vient de déposer une proposition imposant 40 pc de femmes. Quand je vois que l'UMP bouge, je serais un peu gênée qu'on ne bouge pas non plus", a déclaré Mme Milquet.

mardi 17 novembre 2009

Fourest vs Ramadan




Watch Fourest vs Ramadan in Nouvelles View More Free Videos Online at Veoh.com


video





Lire aussi:
Voile et société : La liberté doit primer !
Le voile islamique (sic) et son pendant plus radical, la burka, pose problème en France et en Belgique. La France qui est bien plus laïque dans son essence et qui a imprégné dans l'esprit des plus jeunes certaines valeurs de la république ne se pose même pas de questions, l'interdiction va de soi. Enfin pour une grande partie de la population.
Je ne peux que déplorer cette façon de faire, prétextant la laïcité pour combattre ce fléau rétrograde qu'est le voile. Quand on sait que parmi ses valeurs figurent la liberté, on se pose des questions sur l'application effective dans la réalité de cette valeur qui passe bien après la laïcité dans ce cas, comme par hasard. Encore des valeurs à géométrie variable !
Quoi qu'il en soit, nous ne sommes pas français.
Le voile n'est pas plus islamique que la croix catholique comme on l'explique un peu partout, c'est une tradition très ancienne qui remonte à plus ou moins un millier d'années avant notre ère, soit plus de 3000 ans alors que l'Islam n'existait pas encore. Il n'est nulle part fait mention de voile dans le Coran.
On sait très bien que le voile est destiné à masquer la beauté, la sensualité de la femme au regard des hommes. J'ai beau cherché, je crois que l'explication est très simple, comme expliqué dans le père UBU de cette semaine, la femme n'a besoin de l'homme que pour procréer, comme lui elle a des désirs et n'est pas destinée à rester fidèle à un homme qui ne lui plait plus. C'est donc une façon de s'assurer que la tentation d'autres hommes ne les poussera pas à séduire l'épouse qui pourrait alors le tromper, oh crime ultime !
C'est donc une assurance de la soumission à vie de la femme à son homme. Mais d'autres mesures existent dans la pratique dans des pays très arriérés allant jusqu'à la lapidation de la femme infidèle, les crimes d'honneur, etc. Bref, le désir de l'homme de s'assurer que son objet ne soit jamais sali par le pénis d'un autre homme.

Sex according to Oum Mohammad
A sexologist like no other is causing a stir in the Arab world. She may wear a niqab but Oum Mohammad has no qualms about giving her views on fellatio (entirely normal) and sodomy (absolutely no way!). Listen to what she has to say...
On fellatio and other sexual pleasures

Mahinur Özdemir dépassée quand ça l’arrange
Après le chat du Soir, l'interview de la Libre Belgique de la députée belgo-turque Mahinur Özdemir nous donne une nouvelle fois la désagréable impression d'être face à quelqu'un qui cache ses idées sur des sujets qui fâchent.
Durant le chat du Soir, la question du génocide arménien a été évoquée. Mais notre jeune députée a comme d'habitude esquivé cette question. Cette question lui a été posée plusieurs fois, et au vu de ses réponses évasives, on peut se dire qu'elle ne veut pas reconnaître ce génocide.
Dans l'interview de la Libre Belgique, on assiste de nouveau à cette langue de bois concernant cette fois-ci le créationnisme :
Etes-vous pour ou contre le créationnisme ?
C'est une question qui me dépasse. La théorie de l'évolution est enseignée à l'école. Et cela ne me pose aucun problème. Mais les gens peuvent y croire ou pas.
Madame Özdemir n'a pas donc d'avis sur le créationnisme. Elle remet en cause par cette phrase ce qui est la base de notre société : la raison. Comment peut-on remettre en cause la théorie de l'évolution ?


Port du voile et créationnisme vu par Jan De Troyer
Directeur-rédacteur en chef de TVBrussel -Chroniqueur à la RTBF

Comment aborder la question du port du voile et celle de la montée de courants anti-darwinistes sans faire le lit de l'extrême droite et celui de l'islamisme radical ?

L'interdiction du port du voile pour les fonctionnaires publics, instaurée d'abord à Anvers, ensuite à Gand, et maintenant à Lierre, démontre que la recherche d'un modus vivendi avec l'islam est difficile en Flandre, comme dans bien d'autres parties de l'Europe.
En Communauté française, on retient de ce débat surtout le fait qu'à Gand, le soutien du Vlaams Belang a été accepté pour obtenir la majorité nécessaire à cette interdiction. On peut y voir, en effet, une brèche dans le cordon sanitaire.
En même temps, on a tendance à oublier que cette interdiction est aussi soutenue par de nombreux progressistes.
Un risque pour la neutralité de l'Etat
Le professeur Etienne Vermeersch, proclamé récemment par l'hebdomadaire Knack l'intellectuel le plus influent du Nord, s'est, par exemple, formellement opposé à tout symbole religieux ou idéologique au sein du service public.
Il y voit un risque pour la neutralité de l'Etat et pour la séparation du droit et de la foi. Certains diront que - pour des raisons électoralistes - on est en train de faire une question de principe d'une simple question vestimentaire.
Il est même probable que l'interdiction rende le voile attirant pour celles qui ont besoin d'affirmer leur identité.
Néanmoins, on ne peut nier que l'esprit critique et l'approche scientifique subissent une pression religieuse en Europe. Quand on parle de créationnisme, il ne faut plus regarder d'un air hautain l'autre rive de l'Atlantique, où le lobby anti-darwiniste et les sectes fondamentalistes sont en plein essor.

À Vénissieux, terre d'expansion de la burqa

Dans cette ville de la banlieue lyonnaise, le port du voile intégral se développe sur les visages féminins en même temps que s'ancre le rigorisme religieux.

«Vénissieux, c'est le pays de la burqa !», s'esclaffe Mourad, 19 ans, tandis que passe un couple : lui, barbe et petit calot ; elle, toute en noir «ensevelie». Dans les allées du vaste marché de la cité des Minguettes, elles ne sont qu'une poignée, ce jour-là, à porter le voile intégral. Un mot d'ordre est passé pour qu'elles se fassent discrètes. Les religieux essaient d'éteindre le feu. «D'habitude, on en voit une trentaine», raconte Corinne, qui vend des légumes. Au total, dans cette banlieue de 60 000 habitants mitoyenne de Lyon, elles seraient «plus d'une centaine», selon le maire communiste
André Gérin. Une des concentrations les plus importantes de France. «La burqa est la pointe de l'iceberg. Dans certains quartiers, toutes les relations entre hommes femmes sont sous surveillance. L'islamisme nous menace réellement», explique l'élu, comme pour justifier le séisme qu'il a provoqué en réclamant une commission d'enquête parlementaire. Un pavé, un testament aussi. Après vingt-cinq ans de règne sur une ville autrefois érigée autour des industries de la région, le maire a décidé de passer la main avant la fin de son mandat. C'était la semaine dernière. Avant de partir, il a voulu alerter la République sur «l'intégrisme qui gangrène sa ville, et bien d'autres régions de France».

Incidents quotidiens aux guichets de la mairie

L'islam est probablement la première religion à Vénissieux, où plus de la moitié de la population est d'origine étrangère, principalement maghrébine selon Gérin. Et la plupart des salles de prières incrustées en bas des tours sont salafistes. Chaque jour, s'y diffuse un islam rigoriste. Près de la mosquée Essalem, bungalow enchâssé dans les bâtiments HLM, des adolescents commentent. «Une femme ne peut pas être près d'un homme sans que Sheitan (satan) ne rôde», dit un garçon. Son frère accompagne son épouse «partout». Dans la rue,
les femmes portant le niqab - voile noir intégral - circulent presque sans choquer. Beaucoup les connaissent. Elles ont grandi dans le quartier. Elles ne se heurtent aux règles de la République qu'aux guichets de la mairie. «Les incidents sont quotidiens», se lamente Hélène Mexis. Responsable de toutes les formalités administratives à Vénissieux, elle est en première ligne. Pour le renouvellement de la carte d'identité ou du passeport, la photo tête nue entraîne de violentes protestations : «Ils nous accusent de racisme, nous menacent de représailles.» Certaines femmes refusent finalement de se découvrir. Elles restent sans pièce d'identité. Mais c'est à l'occasion du dépôt des dossiers de mariage que les agents sont confrontés «à des hommes qui, bien souvent, monopolisent la parole et refusent que leur future compagne ne se découvre». Or les textes sont clairs : les fonctionnaires doivent vérifier l'identité des futurs conjoints et mener l'entretien à visage découvert pour mieux cerner si l'union n'est ni contrainte ni feinte. Enfin, la célébration doit se dérouler tête nue. De quoi crisper les obsédés de la règle islamique, des immigrées, mais surtout des «Françaises, souvent jeunes et d'origine maghrébine, ainsi que des converties, comme les maris», précise Hélène Mexis. Sans oublier les sans-papiers, car certaines unions sont arrangées par des gourous religieux entre les deux rives de la Méditerranée.

Deux écoles obligées de réengager une enseignante licenciée parce qu’elle portait le foulard
L'enseignante de religion islamique avait été licenciée parce qu'elle portait le foulard en dehors de sa salle de classe. Un licenciement non justifié pour le Conseil d'Etat, qui a annulé la décision des deux écoles.

La révolution de velours, 20 ans

Le 17 novembre 1989, le régime communiste réprime violemment une manifestation d'étudiants, organisée à l'occasion du 50ème anniversaire de la fermeture des universités tchèques par les nazis. En signe de protestation, la population sort dans les rues. Des manifestations et des grèves commencent un peu partout dans le pays.



Lire aussi:
Liberté.pl ! Pluralité.pl !


"l'UE fonctionne comme l'ex-Union soviétique"

La perestroïka se met en marche ...

"l'UE fonctionne comme l'ex-Union soviétique"

Vaira Vike-Freiberga, 72 ans et ancienne présidente de la Lettonie, est aussi candidate au poste de président du Conseil européen:


"Je suis prête pour ce travail",dénonçant les tractations menées
"comme toujours, dans l'obscurité et derrière les portes".
"Cela suffit que l'UE fonctionne comme l'ex-Union soviétique"



Lire aussi:
PSOE y PP cierran un pacto sobre la presidencia de la UE sin incluir Cuba

Socialistas y populares han acordado los objetivos que el Gobierno debe perseguir durante el mandato europeo en varios asuntos.

Vaira Vike-Freiberga for président! Yes, they can!
Alors qu’une « vingtaine de noms » circulent pour les postes de président du Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement et de ministre des Affaires étrangères de l’Union, selon Alexander Stubb, le chef de la diplomatie finlandaise, « il y a très peu de femmes nominées (…) si vous regardez la liste ».


Crisette au cdH : l’option préférée par Milquet et Lutgen rejetée

Benoit Lutgen est bien candidat à la présidence du cdH, mais à condition d’entrer en fonction après les élections fédérales de 2011 pour laisser Joëlle Milquet négocier les questions institutionnelles. Un scénario rejeté par une partie des humanistes. Une réunion d’urgence s’est donc tenue lundi soir pour trouver une solution.

Comme pressenti et relaté dans la presse ces derniers jours, Benoît Lutgen est bel et bien candidat à la succession de Joëlle Milquet à la tête du cdH … mais seulement pour rentrer en fonction après les élections fédérales de 2011, ce qui laisserait le temps à Joëlle Milquet de s’occuper des matières institutionnelles. Cette option, approuvée en comité restreint, n’a cependant pas passé le cap du bureau politique élargi. Le cdH s’en trouve donc divisé.


Les Anglais mettront-ils leur veto à Van Rompuy?

Ils lui reprochent son profil fédéraliste. Reinfeldt a repris les négociations.
L’histoire européenne va-t-elle se répéter? On sait qu’à deux reprises déjà, les Anglais ont empêché la nomination d’un Belge à une haute fonction européenne. En 1999, Jean-Luc Dehaene faisait l’unanimité des gouvernements de l’Union européenne pour le poste de président de la Commission il se heurta finalement au veto de John Major. Rebelote en 2004: tandis que Guy Verhofstadt recevait le soutien enthousiaste du même cercle, toujours pour la direction de la commission européenne, les Britanniques refusèrent de lui accorder leur "nihil obstat". Motif de cette opposition catégorique et répétée: les Belges ont une vision trop fédéraliste de l’Europe. Ce qui est vécu ici comme un atout est considéré, outre-Manche, comme un irrémédiable défaut.


lundi 16 novembre 2009

Stop Nuclearms.org

A la suggestion de Pamina , je suis passé sur le site du PS:



Lire aussi:
Les armes propres et les autres


"Mon but, c'est l'intérêt général"

Rudy Demotte qui s'était déjà justifié de son bon droit au motif qu'il avait été reconduit à la tête d'une majorité, avait annoncé jeudi avoir délivré à nouveau les licences d'exportation vers la Libye pour le solde des armes que la FN-Herstal devait encore livrer:
"Cette décision permettra la pleine exécution des obligations contractuelles de l'entreprise wallonne"

Le comble de l'hypocrisie
Désireuse d’annoncer au PS un heureux événement, la naissance de la Belgosphère, je me suis rendue sur le site du susdit parti. Quelle n’a pas été ma surprise d’être accueillie par une pacifique publicité, contre les armes nucléaires. Peace and love, quoi.
D’ailleurs une fois l’accès accordé à la page d’accueil, on continue sur le même ton: “Love in Respect day” c’est dire oui à l’amour mais en respectant son compagnon de jeu... Traduction, si un PS vous entube, citoyen, il prendra des précautions. Ça rassure, car pour ma part si je suis persuadée d’être saine, j’ai quelques raisons de craindre l’irresponsabilité morale de l’un des partenaires de la coalition. Toi aussi, Josy?

"La suspension de la licence de FN ne peut faire jurisprudence"

La CSC Métal déplore l'arrêt du Conseil d'Etat qui suspend la licence d'exportation d'armes vers la Libye accordée à la FN, a indiqué vendredi le secrétaire principal du syndicat, Gabriel Smal. Selon lui, la décision risque d'être lourde de conséquences pour l'entreprise et pour ses travailleurs. Il espère qu'elle ne fera pas jurisprudence.

"Si cet arrêt faisait jurisprudence, ce serait dramatique pour l'avenir de la FN Herstal et l'emploi", a souligné M. Smal.

L'arrêt rendu par le Conseil d'Etat porte en effet sur un contrat d'environ 12,18 millions d'euros, déjà partiellement exécuté. Mais un autre contrat plus important avec la Libye, portant sur quelque 110 millions d'euros, pourrait être soumis au gouvernement wallon pour obtenir une licence d'exportation. "Au total, 400 emplois sont en jeu", a affirmé le syndicaliste.

M. Smal en appelle à la Région wallonne et en particulier au ministre-président, Rudy Demotte, qui a octroyé le licence le 8 juin, au lendemain des élections. "Le ministre-président nous avait assuré que toutes les garanties avaient été prises pour que cette décision rendue en affaires courantes ne pose pas de problème. Nous demandons qu'il prenne ses responsabilités à bref délai", a-t-il dit, sans donner d'autre précision.

M. Smal insiste également sur la destination des armes qui ont été exportées. "Il n'y pas lieu d'opposer l'éthique et l'activité économique, c'est trop léger. On sait ce que fait la FN mais les armes ne servent pas seulement à tuer mais d'abord à protéger des vies humaines. Dans ce cas-ci, elles étaient destinées à sécuriser l'acheminement de convois alimentaires vers le Darfour", a-t-il souligné.

Liberté.pl ! Pluralité.pl !

video


Lire aussi:
"SolidarShnock"

Mur de Berlin: Marzi au pays de Solidarnosc
Marzena Sowa et Sylvain Savoia content, sur papier, la Pologne communiste.

Entretien
Lorsque le mur de Berlin tombe, le 9 novembre 1989, la Pologne est déjà à moitié libre : le 4 juin, s’y sont tenues les premières élections démocratiques d’un pays du bloc de l’Est. "Les Allemands savaient ce qui se passait en Pologne et en Tchécoslovaquie depuis le printemps. C’est aussi pour ça qu’ils sont descendus dans la rue", rappelle Marzena Sowa. En 1989, elle avait dix ans. Le souvenir de ces mois historiques, elle le conte à travers ses yeux d’enfant dans "Pas de liberté sans solidarité", le cinquième tome de "Marzi", la bande dessinée autobiographique illustrée par son compagnon Sylvain Savoia.

Depuis 2005, le tandem signe cette série remarquable. Un heureux accident, quand on sait que Marzena (prononcez : Marjena) Sowa ignore tout de la bande dessinée lorsqu’elle s’installe en France en 2001. "Encore aujourd’hui, la BD reste quelque chose de très confidentiel en Pologne", précise-t-elle. "Quand j’ai rencontré Sylvain et qu’il m’a dit que c’était son métier, c’était très abstrait pour moi. Un an après, j’étais auteure. J’ai un peu honte quand on sait que d’autres galèrent parfois des années. En somme, on peut dire que j’ai couché !", rigole-t-elle C’est Sylvain Savoia qui a eu l’idée de mettre en images les souvenirs d’enfance de sa compagne. "Elle m’avait raconté l’histoire qui ouvre le premier tome, celle des carpes que ses parents et leurs voisins achetaient chaque année pour le repas de Noël et qu’ils gardaient jusqu’au 25 décembre. J’ai tout de suite visualisé ces immeubles avec les carpes dans les baignoires. Je lui ai proposé de coucher sur papier d’autres souvenirs de son enfance." "Au début, j’écrivais pour moi et pour Sylvain, précise Marzena. Et pour ne pas oublier, dans l’idée que je ferais peut-être un jour lire ça à mes enfants." Sylvain propose le concept à Laurent Duveau, directeur éditorial chez Dupuis. "Il a été tout de suite superemballé."



Le premier ennemi du libéral, c'est le libéral

Après quatre années d'expériences au sein d'Alternative Libérale, voici une première observation que je voudrais partager : le premier ennemi du militant libéral en France, ce n'est pas l'anti-libéral (certes ils sont en pagaille, ceux qui déforment notre courant de pensée) mais c'est le libéral lui-même. En effet, quelle cohérence y aurait-il dans la pensée, si les libéraux se contentaient de dire "ah... si nous n'avons pas un parti libéral au pouvoir aujourd'hui en France, c'est la faute des idéologies marxisantes qui tiennent le haut du pavé". Oui, il y a de ça. mais c'est finalement trop simple de rejeter la cause sur les autres et surtout pas très libéral....

Certes, l'histoire n'a jamais joué en notre faveur (j'ai lu quelque part que le si le socialisme avait infusé ainsi notre culture, c'est qu'à la fin du siècle dernier, le bibliothécaire de Normal Supérieur avait rempli les rayons d'ouvrage marxistes, ce qui avait eu pour conséquence de convertir toute une génération d'intellectuels). Mais un libéral doit assumer un maximum la responsabilité de ses actes. Partant de ce principe, je me suis donc interrogé pour savoir si l'erreur ne venait pas en premier lieu de notre camp.


"Mon but, c'est l'intérêt général"

Rudy Demotte qui s'était déjà justifié de son bon droit au motif qu'il avait été reconduit à la tête d'une majorité, avait annoncé jeudi avoir délivré à nouveau les licences d'exportation vers la Libye pour le solde des armes que la FN-Herstal devait encore livrer:

"Cette décision permettra la pleine exécution des obligations contractuelles de l'entreprise wallonne"

Invité ce dimanche de l'émission Citoyen Citoyenne et du 7ème jour, il a défendu cette position de délivrer à nouveau des licences d'exportation d'armes vers la Libye, ... après et malgré la suspension des licences par le Conseil d'Etat le 29 octobre, au motif légitime qu'elles ont été délivrées alors que le gouvernement wallon était en affaires courantes.

"Mon but, c'est l'intérêt général"
"J'ai mis onze mois à prendre une décision en m'entourant de différents avis"

Son intérêt personnel, surtout, sa tête étant sur le billot pour cette bévue magistrale; en guise d'avis, celui du Parlement était fondamental. Pour les aspects économiques et l'éthique, que connait à ces matières le parti défenseur de Francorchamps et qui héberge et protège toujours en son sein le Donfutgateur ?


Lire aussi:
Contrats libyens : décryptage d'un marchand d'armes

Nicolas Sarkozy l'a dit dimanche aux Etats-Unis en abordant la vente, pour 168 millions d'euros, de missiles anti-char à la Libye : « Ce contrat, ça fait dix-huit mois qu'on en discute, la transparence, elle était totale. » Totale ? Pas vraiment, si l'on en croit les confidences d'un ancien du milieu des armes.

Jean de Quengo de Tonquedec a l'apparence d'un vieil Africain blanc. La jovialité, la rudesse et la dose de cynisme qui sied à celui qui a vu et fait beaucoup de choses –pas toujours avouables– dans une vie de baroud. Ancien commandant d'une harka pendant la guerre d'Algérie, puis membre actif de l'Organisation de l'armée secrète (OAS), il a ensuite passé trente ans à négocier la vente de véhicules blindés et de bateaux de guerre. D'abord pour le compte d'une filiale de Renault, la Société des matériels spéciaux, puis pour les Constructions mécaniques de Normandie, aujourd'hui propriété du Franco-Libanais Iskandar Safa. Retraité depuis peu, il détaille volontiers les grandes règles et petits arrangements du système français. Selon lui, l'un des « plus contrôlés au monde ».



Josy Dubié dit non à la solidarité gouvernementale

“J’attends toujours un communiqué d’Ecolo concernant la décision du ministre-président wallon d’accorder de nouvelles licences pour les armes de la FN à la Libye.” Josy Dubié y va fort, très fort, dans le mail envoyé, vendredi, aux membres du bureau politique d’Ecolo. Il avait déjà transmis oralement le même message, lundi dernier, lors de la réunion des barons Verts, sans résultat. D’où son courriel.

Dubié parle en connaissance de cause : il a été pendant 8 ans vice-président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, après 20 années passées comme correspondant de guerre. Selon lui, “des armes légères sont à destruction massive car elles causent la mort de 500.000 personnes par an, selon l’Onu.” Et de se défendre d’être contre toute arme.


Rudy Demotte, Ecolo, et le choix des armes 11/06/2009

Le n°1 wallon a attendu le lendemain des élections pour dire oui à la vente de fusils d'assaut au colonel Kadhafi. Il étouffe ainsi le feu de la polémique. Pour preuve: ce n'est que ce jeudi qu'Ecolo a réagi par voie de communiqué.

Fallait-il vendre des armes à Libye? Bien sûr, l'Union européenne a levé l'embargo militaire, en octobre 2004, après que le colonel Kadhafi eut accepté le démantèlement de tous ses programmes secrets d'armement.

Pieter De Crem est l'invité de Matin Première
Le ministre CD&V de la Défense est l'invité de Bertrand Henne. Il viendra défendre ses projets de réforme et d'économies dans la gestion des bases militaires belges ainsi que le retour du service militaire sur base volontaire.


Twitter Side:
Michel_Peters Flahaut râle sur la réforme de la Défense alors même que "sa" vice-première n'a pas moufté lors de la présentation... http://fb.me/3w1lisO

dimanche 15 novembre 2009

Digitalism - Zdarlight

#töeeeeng-töeeeeng

Sarko Infos



L'image présidentielle française

“Qu’y-avait-il à gagner à part brouiller l’image présidentielle au niveau international”

Vu de l’étranger, c’est plus l’image de la France que celle de votre Président qui est écornée, perdue dans des éternelles polémiques stériles et destructrices.
C’est à peine des oppositions de projets de Société ; des querelles de personnalités malheureusement qui s’exportent chez nous, comme votre schisme gauche/droite qui n’a pas de sens historique chez nous (Belgique).
Siouplait, arrêtez vos conneries que nos compatriotes demeurés s’empressent d’imiter.
Merci.

Rédigé par : himself | le 14 novembre 2009 à 16:05 | Alerter



Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo




Sarkozy qui abat le mur de Berlin... photo truquée ?
par franceinter



Lire aussi:

Elio Di Rupo: “J’étais poussé, je devais y être”

Elio Di Rupo se souvient de la chute du mur, chute qu’il a vécue… à Berlin
Est-ce que vous vous souvenez de ce que vous faisiez le 9 novembre 1989, quand le mur de la honte est tombé ? Elio Di Rupo s’en souvient très bien. Et pour cause : il était à Berlin.

“C’est la première fois qu’on vivait un événement majeur presque en direct. Grâce aux radios libres, on avait des infos pratiquement heure par heure et tout le monde a compris qu’il allait se passer quelque chose. J’étais parlementaire européen à l’époque et, quand je me suis rendu compte de ce qu’on allait vivre, c’eut été impossible de rester à Mons. J’étais comme poussé par une force invisible. Je me devais d’y être.”

Et le président du PS a rejoint (difficilement) ce qui est aujourd’hui la capitale de l’Allemagne réunifiée.

“Tous les avions étaient pleins, j’y suis donc allé en train. J’étais accompagné de quelques amis, mais pas d’autres mandataires politiques. Nous logions dans un hôtel à 14 ou 15 kilomètres du centre-ville mais ça nous importait peu. Je suis resté quatre jours là-bas.”

C’est la victoire de la liberté sur le régime communiste qu’on vivait alors. Avec des scènes parfois un peu surréalistes.