samedi 13 juin 2009

Saterday night



(samedi 13 juin 2009 18:15:26)publié par : cébolapolitik

Le porte parole d'Elio monte sur les marches de l'Elysette."
...Sont nommés:

- à l'enseignement: Van Cau : il adore les salles de bain, il pourra ajouter un jacuzzi à la douche de Maria. Nu, il est vraiment bel homme! Il a un sacré coup de pinceau!

- à la santé: Anne Marie, Huy Huy! Elle gère bien la carte Visa, elle a connu des ennuis de coeur qui lui ont permis de comparer les hôpitaux Finlandais et Français. Elle reprend du poil de la bête. Elio doit être fort content! Il devrait lui demander ce qu'elle prend...au cas où...

- au ministère du conseil: Coëme et Donfut. On ne connaît pas encore les attributions précises (santé, environnement, hélicoptères?!) mais les 2 hommes seront bien rémunérés.

- à l'intégration et à l'immersion: Madame Milquet. Faut pas se voiler la face, elle travaillera main dans la main avec Van Cau pour ouvrir des écoles d'immersion "français-néerlandais-turc". Il y a du vent dans les voiles, et brasser l'air, elle sait, l'Esmeralda "humaniste".

-au ministère de la connerie: Daerden père, fils et fille. Pochetrons,idiots, profiteurs...ils ont tout pour faire le plein de voix, à défaut de bien entretenir les voies wallonnes.Ils ont juste besoin d'un bon coach.

Au ministère de la bonne gouvernance: Magnette. Il est resté en bons termes avec Van Gompel qui est "
toujours de bon conseil" SIC! Le bellâtre ne "s'attendait pas à un tel score" sic. Etonnant de la part d'un politologue habitué à manipuler le peuple.

Laurette, elle, passera le flambeau à son Uytendaele de mari : première mesure: installer gratuitement des éthylotests à la sortie des bars branchés fréquentés par son beau fils...18 ans, ça se fête dignement! Champagne! C'est la boisson des jeunes des cités...

-au ministère de la culture: Durant et Javau. Là, ils n'auront rien à dire. Pour le moment, Elio est embusqué. Mais dès qu'ils auront signé, il les enverra se faire voir au potager. Ils rempoteront de la Marie Jeanne pour Laurette, celle qui aimerait tester la cocaïne!

-au ministère de l'informatique:Rudy Demotte. Il aura pour bras droit le greffier de la province du Hainaut. Sujet du premier mailing du petit roi Rudy : "convaincre les écolos de "Wallonie Picarde" à l'utilité du démarchage publicitaire préélectoral.

Last but not least:
-au ministère du muselage de l'info: Elio. Il empêchera les vilains journalistes d'accuser à tort et sans preuves ces copains et copines. (C'est pas bien ça!)Première mesure de "bonne gouvernance": envoyer les journalistes délateurs au goulag! Ah, quelle belle équipe!

Vive le socialisme wallon, vive le roi Elio !



Lire aussi:
cdH et Ecolo: contacts informels pendant le week-end
A l'issue du week-end, Ecolo et le cdH réuniront leurs instances respectives lundi soir pour prendre une décision. On ne sait pas à ce stade si elles décideront du choix d'un partenaire en vue de la négociation ou si elles inviteront à prolonger la réflexion.

L'Open Vld ouvre la porte au sp.a …
A l'issue du week-end, Ecolo et le cdH réuniront leurs instances respectives lundi soir pour prendre une décision. On ne sait pas à ce stade si elles décideront du choix d'un partenaire en vue de la négociation ou si elles inviteront à prolonger la réflexion.Bruxelles (belga) - Ecolo et le cdH vont continuer à prendre des contacts "informels" durant le week-end afin d'éclaircir des "zones d'ombres" à la suite du travail exploratoire entrepris cette semaine en vue des négociations sur la formation des futures coalitions en Régions et à la Communauté.

Les jeux restent ouverts
Zen. Vendredi, CDH et Ecolo se sont retrouvés à Namur pour échanger leurs impressions sur les rencontres de ces derniers jours en vue de former les coalitions dans les entités fédérées. Et qu’en est-il sorti ? Eh bien, pas grand-chose...

Groen! Bruxelles reçoit un mandat de négociation du conseil politique
Groen! Bruxelles a reçu samedi l'approbation à l'unanimité du conseil politique du parti pour entamer des négociations dans le cadre de la majorité flamande au parlement bruxellois

Touchettes oranges-vertes

Revoilà Di Rupo: le miraculé
Insubmersible Elio Di Rupo. Le président du PS a contré les sondages et battu le MR, en Wallonie, où sa position dominante chancelait. Toujours maître du jeu, Di Rupo tentera d'imposer au centre et dans le sud du pays des coalitions de type « olivier », arrimant le PS au CDH et à Ecolo. A moins que les verts, sentinelles de la nouvelle gouvernance, ne soient effrayés par les vieux réflexes de l'appareil socialiste...

Revoir tous les résultats

Un sponsoring substantiel

« Le bourgmestre de ma commune m'a demandé (…) de chercher activement un sponsoring substantiel pour l'événement décrit dans le dossier ci-joint. (…) Espérant un effort financier de votre entreprise, je vous prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués »

Cette lettre adressée à plusieurs entreprises dont Electrabel, est signée par François Possemiers, président de la Creg.

Paul Magnette:
En matière de déontologie, la Creg n'est soumise à aucun contrôle externe et il appartient avant toute chose aux intéressés d'estimer s'ils sont en capacité d'assumer les missions qui leur sont confiées avec l'impartialité et l'indépendance requises.
« A ce titre, les dispositions réglementaires qui régissent la composition et le fonctionnement de son Comité de Direction visent explicitement à prévenir les conflits d'intérêts et les incompatibilités de fonctions et d'activités ».

Et si on confiait une mission d'évaluation de la situation à la CREG à notre expert énergie Number Ouane: Mister Donfut ?


Lire ausi:
Update
Ecomatin - CREG
Electrabel a artificiellement gonflé les prix de l'électricité pour les gros clients industriels en 2007 et 2008. C'est l'accusation lancée par la Creg, le régulateur du marché belge.

Vers un régulateur européen…
La Creg met la pression sur Electrabel depuis quelques semaines. Le régulateur fédéral a d’abord dénoncé des surfacturations que la filiale de GDF Suez imposerait à ses clients industriels en profitant de quotas de CO2 gratuit.

Nouvelle charge contre le monopole d’Electrabel
Le ministre de l’Economie Vincent Van Quickenborne estime, à l’instar du ministre de l’Energie Paul Magnette, qu’il faut s’en prendre au monopole d’Electrabel.

Lampiris porte plainte contre Electrabel
Le fournisseur d'électricité Lampiris a déposé en janvier dernier une plainte devant le Conseil de la concurrence pour abus de position dominante dans le chef d'Electrabel, indique samedi La Libre Belgique.

Régulation de l'énergie : l'exception allemande
La Commission européenne, qui cherche à définir une nouvelle politique énergétique pour l'Europe, s'est récemment insurgée contre la libéralisation ...

Au Parlement de se prononcer sur les écarts de la Creg
La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) étant indépendante à l'égard du gouvernement, c'est à la Chambre qu'il appartient de juger de l'opportunité de procéder à l'évaluation de son fonctionnement interne, a indiqué le ministre de l'Energie Paul Magnette après la révélation dans nos colonnes d'une série de pratiques interpellantes.

Politique énergétique : ECOLO et GROEN ! veulent un régulateur ...
Politique énergétique : ECOLO et GROEN ! veulent un régulateur fort et indépendant qui fixe les prix du gaz et de l'électricité.

La Creg accuse Electrabel d’avoir gonflé ses prix
La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg) revient à la charge. Elle accuse Electrabel d’avoir artificiellement gonflé ses prix sur le marché des grands volumes d’électricité en n’utilisant pas toutes les capacités de production disponibles. Ce mécanisme lui aurait rapporté « au moins 100 millions d’euros », selon le gendarme énergétique. L’électricien a contesté ces allégations.

Commission de régulation de l'énergie (CRE)
Autorité administrative indépendante chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés de l'électricité et du gaz en France.

Les "petits écarts" du gendarme électrique
(...)
Par ailleurs, un autre directeur de l'institution, Guido Camps, a assisté en février dernier à l'Open GDF Suez" à Paris, invité et logé par le premier sponsor de ce tournoi GDF Suez, qui est le principal actionnaire de Fluxys, gestionnaire du réseau belge de gaz.La CREG dit constater que ces révélations arrivent au lendemain du dépôt de son rapport critique sur Electrabel.Et Le Soir de relever encore que le comité de direction de la CREG a participé début juin à un séminaire organisé à son intention par Fluxys à Malines.En outre, des intercommunales flamandes ont intégré dans leur budget, soumis à la CREG, des postes de parrainage de clubs de football de 1e division, donnant droit en contrepartie à des places dans les loges des stades.Enfin, l'un des directeurs de la CREG a signé en 2007 avec plusieurs intercommunales flamandes - celles qui disposent de loges - un accord confidentiel prévoyant une révision des modes de calcul de la valorisation des actifs des intercommunales de distribution, coûteuse pour le consommateur. La CREG a obtenu en échange que ces intercommunales s'engagent à renoncer à toutes les procédures engagées contre la CREG devant le Conseil d'Etat et la cour d'appel.

La Transnistrie


Lire aussi:
Un ex-haut responsable russe tué en Ingouchie
Un ancien vice-Premier ministre de la république russe d'Ingouchie (Caucase), Bachir Aouchev, a été tué par balle dans la capitale Nazran par des inconnus, a indiqué samedi une source haut placée au ministère de l'Intérieur local.

Un statut pour les assistants parlementaires.eu

Article dédié à un ami

Les assistants deviennent employés du Parlement. Le Parlement européen appliquera dans quelques semaines un tout nouveau régime d'indemnisation pour les assistants parlementaires. Ainsi, les contrats des assistants parlementaires travaillant dans la circonscription électorale de leur député devront dorénavant obligatoirement être gérés par des organismes payeurs agréés. Le recours à des experts ou consultants extérieurs ponctuels sera par ailleurs plafonné.

D'un autre côté, les quelques 1.500 assistants parlementaires basés à Bruxelles seront dorénavant employés -et rémunérés- directement par l'administration du Parlement européen, et non plus par leur député. Le prochain Parlement verra également l'entrée en vigueur de nouvelles règles pour la rémunération des assistants parlementaires:17.000 euros par mois pour ses assistants, alors que jusqu'ici, chaque député européen disposait d'une enveloppe mensuelle de près de 17.000 euros pour payer ses assistants.
Cette modification du régime assurera plus de transparence pour les deniers publics, mais également une plus grande clarté pour ces assistants, dont le statut et les rémunérations étaient jusqu'ici pour certains très précaires.
Le choix des assistants, la durée de leur contrat, le niveau de leurs rémunérations (balisés par des barèmes toutefois), ainsi que les tâches à leur confier, restera à la discrétion des élus.

Des eurodéputés tels, Alain Hutchinson ou encore Gérard Deprez avaient embauché leur fille respective au cours de la dernière législature ; cette pratique népotique ne poura également plus s'appliquer dans la pratique, telle qu'engager sa femme, son fils ou tout autre membre de sa famille comme assistant parlementaire, après le prochain renouvellement du Parlement européen.

Un audit interne au Parlement mené il y a deux ans avait montré que le système précédant n'était pas imperméable aux fraudes et abus. L'enquête avait révélé des pratiques douteuses dans le chef de certains députés laissant penser que l'argent destiné à financer leurs assistants ou experts leur revenait en réalité de manière détournée... d'où ces nouvelles règles afin de remédier à ces faiblesses.

vendredi 12 juin 2009

Fraude à la Loterie nationale

Brève: La Loterie nationale aurait détecté – et caché – en 2008 une immense fraude impliquant des vendeurs véreux gardant pour eux des billets gagnants du Lotto.


Updated
Lire aussi:
Scandale: la Loterie vous cache une méga-fraude!

Des gagnants grugés de millions d’euros. La Loterie s’est tue.
Incroyable! La Loterie nationale a détecté (et caché) en 2008 une immense fraude impliquant des vendeurs véreux gardant pour eux des billets gagnants du Lotto. Des dizaines de joueurs lésés sans le savoir de plusieurs centaines de milliers d'euros.

Le scandale, volontairement caché par le grand patron de la Loterie Yvan Pittevils, remonte à 2007, quand une employée de son service s'en va valider un billet de Lotto dans une librairie de la région de Gembloux. L'employée avait vérifié ses numéros, et sait alors le ticket gagnant. La somme est minime, certes, mais le gestionnaire du point de vente, après avoir passé le billet dans le terminal de la Loterie lui affiche une mine déconfite: rien, nada, zéro. L'employée ne demande pas son reste: elle a compris que son vis-à-vis a subtilisé son ticket pour valider devant elle un autre billet, perdant. L'arnaque est découverte.
L'employée avertit alors son patron, Yvan Pittevils. Dont les services pondent une note assassine: le système de contrôle de la Loterie est défaillant, l'amateurisme règne, il faut réagir. Mais le scandale est là, et la note reste dans un tiroir.


Loterie et gros gagnants: Reynders scandalisé par la pratique
Le ministre des Finances Didier Reynders a qualifié de scandaleuse et inacceptable l'attitude de la Loterie nationale qui a menti délibérément sur l'identité des grands gagnants. Il a demandé un rapport au président du Conseil d'administration sur cette pratique.
Le ministre a été interrogé jeudi à la Chambre par Georges Gilkinet (Ecolo), Bruno Tuybens (sp.a) et Valérie Déom (PS) sur l'information selon laquelle la Loterie a menti pendant des années sur l'identité des grands gagnants.
Didier Reynders s'est dit "scandalisé" par l'annonce faite par un ancien directeur du marketing que la Loterie avait délibérément menti pendant des années sur l'indentité des gros gagnants. "C'est inacceptable", a-t-il ajouté.
"Je comprends que la Loterie ait voulu préserver l'anonymat des grands gagnants mais alors on ne donne pas d'information mais en tout cas pas de fausses informations", a encore dit Didier Reynders.
Le ministre a indiqué qu'il avait demandé un rapport au président du Conseil d'administration afin qu'il lui fournisse toutes les informations sur cette pratique de la Loterie. Il veut notamment savoir si la décision d'utiliser ce mode de communication a été prise par le seul directeur du marketing ou si d'autres personnes ou instances étaient concernées.
Il a ajouté qu'il communiquerait ce rapport à la Commission ad hoc de la Chambre.
"Je crois aussi qu'il serait bon que la commission organise une audition du président du Conseil d'administration de la Loterie", a-t-il conclu.

Olivier Henin nommé à la Loterie Nationale
Olivier Henin, le chef de cabinet du ministre des Finances Didier Reynders a été nommé, par un arrêté royal du 4 mars 2009, commissaire du gouvernement auprès de la Loterie nationale. Selon le journal De Morgen il s'agirait d'une "récompense".
Olivier Henin a été auditionné ces jours-ci devant la commission parlementaire sur la séparation des pouvoirs. Son témoignage au sujet d’une réunion avec les autres chefs de cabinet a été contredit par les trois autres directeurs de cabinet. Le ministre Didier Reynders a réaffirmé ce mercredi qu’Olivier Henin n’a pas eu connaissance du contenu de l’avis qu’allait émettre le ministère public le 6 novembre.


Edmée De Groeve a pris ses fonctions à la présidence du Conseil d’administration de BSCA
Le conseil d’administration de BSCA s’est réuni ce vendredi 16 juin.
Désignée par le Gouvernement wallon en date du 8 juin, Mme Edmée De Groeve y a pris ses fonctions de Présidente du conseil.

"le petit prince de Waremme"

Updated 14 juin 09

video




Juillet 1991, assassinat d'André Cools et commencement de mise au grand jour d' "affaires" au PS, à n'en plus finir jusqu'à aujourd"hui, encore ...

"Un pour tous, tous pourris", comme dirait l'autre ?

En avril 1996, "le petit prince de Waremme" était condamné pour faux, usage de faux, escroquerie et corruption passive dans l'affaire Inusop, cet institut de sondage proche de l'ULB.
Alors ministre de la Défense à l'époque, il écopait de 2 ans de prison avec sursis et 5 ans de privation des droits civils et politiques.
En décembre 1998, il était acquitté dans l'affaire Agusta, mais épinglé dans le volet Dassault et était condamné une nouvelle fois à 2 ans de prison avec sursis et l'interdiction d'exercer une fonction publique pour une durée de 5 ans."

Il tirait visiblement une carte de chance, car il était donc condamné 2X avec sursis ... sans "passez par la case départ, allez directement en prison". De novembre 1981 à avril 1996, il avait été député fédéral et sa carte de chance était de le redevenir suites aux élections du 10 juin 2007.




Plus récemment, il s'illustrait à nouveau dans le cadre de "la crise libéraaale" Fortis en s'appuyant sur tout le poids de son intégrité légendaire et de sa fine connaissance de la finance :
Le 8 octobre 2008, Jean-Paul Servais, le président de la CBFA défendait longuement en commission de la Chambre et du Sénat, les actions de son organisme au long de la crise bancaire. "La CBFA a disposé des moyens suffisants pour réagir de manière correcte" affirmait-il, relevant qu'il n'était pas question d'un manque de budget ou de personnel. Il défendait également le système de contrôle financier belge - "un des meilleurs au monde d'après le FMI" - et la coopération étroite entre la CBFA et la Banque nationale.
Jean-Paul Servais soulignait le caractère fulgurant et exceptionnel de la crise.

Guy Coëme de son côté critiquait le "plaidoyer pro domo" de M. Servais, pointant du doigt le "mimétisme" qu'opèrait la CBFA sur un système ultracapitaliste !

Selon Actu24, de janvier 2008 à mars 2009, Guy Coëme aurait facturé 60 000€ à une ASBL financée par des intercommunales liégeoises. Une ASBL dont il était directeur jusqu'à fin 2007.
Le 12 mai dernier, Guy Coëme aurait mis un terme à la convention qui liait sa société de consultance (Canyon International) avec l'APRIL, l'association chargée de la promotion des intercommunales liégeoises.
De janvier 2008 à mars 2009, le député-bourgmestre de Waremme a donc été consultant pour une ASBL qu'il connaissait particulièrement bien: il en était le directeur jusqu'à octobre 2007. Pour l'ensemble de sa prestation, Guy Coëme a facturé 60 000€, à charge de l'ASBL qui est financée par les deniers publics des intercommunales.




"Que cette histoire sorte aujourd'hui n'est pas anodin, on veut déstabiliser le PS. Je n'ai rien à me reprocher."


En fait, on connait la chanson.

Guy Cöeme était devenu directeur de l'Association pour la Promotion des Intercommunales Liégeoises en 1996 à l'époque pendant laquelle il était privé de ses droits politiques suite à sa condamnation dans l'affaire Inusop. D'où la légitime impression de certains de pouvoir se servir dans la caisse publique, bien qu’en ayant été écartés par la puissance publique - cela s'était passé de la même façon pour Jacques Van Gompel chez Igretec. On peut prendre la mesure de toute l'ampleur de ces Intercommunales, dont le seul but premier est de pouvoir fournir at libitum des postes rémunérés à des camarades.
L'ASBL APRIL est une association destinée « à promouvoir les intercommunales liégeoises » dont il avait été le directeur. Le comble du comble : le "machin" inutile qui doit faire la promotion de tous les autres "machins" inutiles ...

Le consultant "intéressé" évoque un mauvais procès. Il est vrai qu’en huise de « bons procès », guy Coëme en sait quelque chose …Il estime que certains cherchent à nuire au Parti Socialiste. Je crois que les Camarades s'en chargent tout seul.

Il aurait quitté la direction d'APRIL fin 2007, mais de janvier 2008 à mars 2009, il a continué à travailler pour l'ASBL, comme consultant indépendant. Cela me rappelle quelque chose ....

Il était chargé, dit-il, d’encadrer temporairement le nouveau directeur, l'ancien bourgmestre faisant fonction d'Ans, Fernand Gingoux, ou comment fabriquer des générations de parvenus, par des parvenus.

Un "Système Socialiste" ? Jamais !

Lire aussi:
Le passé e(s)t l'avenir de la Wallonie ?

Coëme : « Une attaque politique désolante »
Guy Coëme est l’objet d’accusations dans certains médias. On lui reproche d’avoir touché 60.000 euros pour une mission de consultance auprès de l’ASBL April. « Tout est clean, légal. C’est une attaque politique désolante », se défend le député bourgmestre de Waremme.

Vanbrabant (président de l'APRIL): 48 000€, ce n'est pas cher du tout pour un an
Éric VANBRABANT est président du conseil d'administration de l'APRIL, l'association financée par des intercommunales et qui a payé Guy Coëme comme consultant.
Lire aussi:
M. Vanbrabant, vous êtes président du conseil d'administration de l'APRIL, sur quoi portait le travail de consultance de Guy Coëme ?
Il s'agissait d'un travail préparatoire. La volonté est de donner une autre image à l'APRIL, de lui donner un travail complémentaire. Vu que les intercommunales sont très décriées, l'APRIL pourrait devenir une sorte de syndicat de défense des intercommunales.M. Coëme était chargé des relais avec les autres instances de pouvoir mais aussi avec les intercommunales. Il a organisé, entre autre, des sondages pour connaître la perception que les gens ont des intercommunales, des jeux...
Il remettait aussi un rapport annuel et avait pris des contacts avec des députés européens.
Et ce travail ne pouvait pas être réalisé par l'équipe de l'APRIL ?
Non car c'est une équipe de 4 ou 5 personnes qui doit déjà gérer les revues de presse, l'édition d'un magazine...
Mais 48 000€, ça fait quand même beaucoup, non ?
Ce n'est pas cher du tout. Cette somme est basée sur un barême mais je ne sais pas vous en dire plus car ça a fait l'objet d'une discussion lors d'un conseil d'administration avant que je ne devienne président (ndlr : le 1/1/2008). Il s'agit d'une consultance classique.
Pourtant les 48 000€ ont mis le compte 2008 dans le rouge...
Cette mission ne savait pas être faite en interne mais cela a un prix. Il fallait donc que les cotisations des intercommunales soient revues à la hausse. Mais toutes ne l'ont pas fait. On a donc décidé d'arrêter la consultance car ce n'est pas normal que certains paient pour d'autres.
Ha bon ! Ce n'est pas Guy Coëme qui a mis fin au contrat ?
Si, également. La convention entre l'APRIL et Guy Coëme portait sur 3 ans. Finalement, son travail arrivait déjà à terme. Et puis Guy Coëme ne voulait pas mettre en danger la survie de l'APRIL.
Comment Guy Coëme a-t-il été choisi comme consultant ?
Je ne sais pas vous dire, il faudrait voir avec l'actuel directeur Fernand Gingoux (qui ne savait pas non plus car il affirme n'être pas encore à l'APRIL lorsque cela s'est décidé)
Lorsque les comptes de l'APRIL seront assainis, vous repartirez sur une nouvelle consultance ?
Il n'est pas dit que nous ferons une nouvelle consultance.

Reynders aux Ecolos : "On n'attend plus que vous !" - 29/05/2009 09:00
Le président du MR, Didier Reynders, piaffe de virer le couple PS-CDH du pouvoir en Wallonie, voire d'éjecter le PS du fédéral. Didier Reynders formule sans ambages une demande en mariage à Ecolo. En s'impatientant du refus des Verts de se positionner... au mépris de leur propre programme électoral.
Le Vif/L'Express : La cuvée électorale 2009 est du même tonneau que le scrutin de 2007 : une guerre totale au PS ?
Didier Reynders : C'est l'aboutissement de l'effondrement d'un système englué entre camarades. Depuis vingt ans, ce parti est incapable de faire le ménage en son sein, il est sans cesse rattrapé par des affaires. Cela dure depuis l'assassinant d'André Cools (NDLR : en juillet 1991).
Ça suffit ! Le PS dérape chaque fois qu'il se sent dans son système de majorité absolue, sans contre-pouvoir. Je ne crois pas en la possibilité de ce parti de changer la Wallonie en profondeur. Une cure d'opposition serait la seule façon pour lui de se régénérer.
Les camarades sont-ils vraiment incorrigibles ?
Nous avons eu droit aux affaires INUSOP, Agusta, Dassault, avec à la clé de lourdes condamnations en Cassation pour corruption. Puis sont venues les affaires à Charleroi, et à présent le cas Donfut. Faut-il rappeler que c'est ce même Donfut, lorsqu'il était ministre régional de l'Action sociale, qui trouvait normal qu'il y ait des crèches étiquetées PS et d'autres CDH ? Jusqu'où va-t-on ? A chaque affaire, le PS clame : « plus jamais ça, nous allons remettre de l'ordre ! ». Ce n'est pas moi qui ai un jour décidé de vouloir « chasser les parvenus »...

Guy Coeme, une consultance à 60 000 euros pour l'asbl des intercommunales liégeoises
Entre 2008 et 2009, le socialiste Guy Coëme a touché 60 000 euros comme consultant à l'ASBL APRIL, une association destinée à promouvoir les intercommunales liégeoises dont il avait été le directeur . L'intéressé évoque un mauvais procès. Il estime que certains cherchent à nuire au Parti Socialiste. .
Guy Cöeme était devenu directeur de l'Association pour la Promotion des Intercommunales Liégeoises en 1996. Il était , à l'époque, privé de ses droits politiques suite à sa condamnation dans l'affaire Inusop. Il a quitté la direction d'APRIL fin 2007, mais de janvier 2008 à mars 2009, il a continué à travailler pour l'ASBL, comme consultant indépendant. Il était chargé, dit-il, d' encadrer temporairement le nouveau directeur, l'ancien bourgmestre faisant fonction d'Ans, Fernand Gingoux.
Il a également travaillé pou accroître le rayonnement d'APRIL en Wallonie et même en Europe. Ce travail lui a valu une rémunération brute mensuelle de 4000 euros.

Guy Coëme : des mesures drastiques ! - 18/04/2009
Les membres PS de la Commission "crise financière" s’expriment. Ils ont émis des recommandations avant le rapport d’experts.
Avant même que ne soit transmis ce samedi, aux membres de la Commission spéciale chargée d’examiner la crise financière et bancaire, le rapport reprenant les recommandations des experts, les membres socialistes de cette Commission ont tenu à diffuser leurs propres recommandations prophylactiques. Le député fédéral PS Guy Coëme nous en a exposé les grandes lignes.
Pourquoi devancer la diffusion des recommandations des experts ?
Parce que cette commission a travaillé à huis clos, ce qui lui a donné moins de portée médiatique malgré quelques fuites, mais surtout parce que ce qui y a été dit était prodigieusement intéressant ! Je tiens à souligner à ce propos la grande qualité du travail des experts qui ont rendu un rapport très lisible, vulgarisé. Enfin, nous voulions donner un éclairage spécifique pour nous positionner avant le débat sur la question en Commission.
Notamment sur la structure des institutions bancaires ?
Oui, nous sommes favorables à une mesure drastique: la séparation des activités bancaires de dépôts et de banque d’affaires.
N'est-ce pas une attitude révolutionnaire face à un secteur en grande difficulté?
Mais qu’est-ce qui est encore "révolutionnaire" aujourd’hui face à ce qui s’est passé dans cette crise? Les experts eux-mêmes évoquent une nationalisation des agences de notation. Ça ne vient pas du PS!
Vous avez aussi des propositions en matière de gestion financière et comptable?
En effet, nous souhaitons, comme en Espagne, que les banques provisionnent de manière dynamique en fonction de la capacité de crédits distribués. Nous voulons que la Commission relève les exigences européennes en matière de liquidité et de régulation.
Vous évoquez aussi les rémunérations dans le secteur financier?
Bien sûr, nous nous opposons à la rémunération liée purement et simplement à la performance: pas de bonus sans malus! Attention, nous restons favorables à la performance, mais il faut que la rémunération soit liée à la vie de l’entreprise. Nous faisons une distinction entre le gestionnaire et le trader, avec un cautionnement lié au risque financier et à celui d’une fraude éventuelle, avec le concours des partenaires sociaux dans les entreprises. Nous avons déposé une série de propositions de loi récemment en ce sens, qui seront amendées en fonction des résultats de ces travaux.
Quid des autorités de contrôle? Vous souhaitez notamment une intégration de la CBFA à la BNB?
Ici aussi, nous souhaitons une intégration technique de ces entités pour des raisons d’efficacité. En intégrant la Commission bancaire, financière et des assurances à la BNB, on redistribuerait aussi certaines compétences qui pourraient être exercées différemment. Mais nous voulons aussi intégrer les partenaires sociaux au conseil de surveillance de la CBFA. Nous voulons donner aussi aux autorités de contrôle la possibilité de refuser la mise sur le marché de produits trop complexes ou trop risqués à destination des investisseurs.
C'était déjà une prérogative de la CBFA que de valider ces produits, avant la crise financière?
Oui, mais nous insistons sur une plus grande transparence: nous avons, à cet égard, vu témoigner des patrons de grandes banques qui nous ont avoué ne pas avoir été capables de mesurer le risque lié à certains produits.


Coëme / Canyon International, une société bien pratique
Depuis 2005, les élus doivent déclarer les mandats, fonctions et professions qu'ils occupent. Idem au niveau de leur patrimoine. La déclaration 2008 de Guy Coëme pose question.
Lire aussi:
Rétro acte. En décembre 2006, après une longue traversée du désert, Guy Coëme redevient bourgmestre de Waremme. Il doit dès lors se conformer à la loi et déposer la liste des mandants qu'il occupe ; dont celui de directeur général de l'APRIL.
Ce qu'il fait : dans la déclaration de 2007, publiée en août, ledit mandat est clairement mentionné pour le mois de décembre 2006. Dans la case jouxtant, il est précisé que ce dernier est rémunéré. Bref, tout est en ordre d'un point de vue légal.
Une case vide en 2008
Malgré ses promesses (avant les élections communales d'octobre 2006) de choisir entre mayorat et gérance de l'APRIL s'il était élu et désigné bourgmestre, Guy Coëme reste finalement directeur général de l'APRIL les trois premiers trimestres de l'année 2007.Or, dans sa déclaration de mandats 2008 parue au Moniteur en août - celle qui porte sur l'année 2007 - on ne trouve aucune trace de ce poste qu'il occupait.
Curieux : en 2006, le mandat est mentionné en toute lettre, et en 2007, il n'y est plus.Par contre, est (toujours) mentionné une autre profession de Coëme : celle de consultant pour la société de son fils, Canyon International.
C'est donc probablement par ce biais que son salaire 2007 de directeur général de l'APRIL lui a été versé. Un système certes légal (à première vue) mais très pratique aussi : il permet à Guy Coëme de camoufler aux yeux du public un de ses mandats - celui de directeur d'APRIL.


jeudi 11 juin 2009

Une "namuroise" à la bruxelloise néerlandophone

Brève: A Bruxelles, l’Open VLD, le CD&V et Groen ! ont entamé des négociations pour la formation d’une majorité flamande en Région bruxelloise.
Le Sp.a, qui occupait encore un poste ministériel avec Pascal Smet dans le gouvernement bruxellois sortant, n’est pas impliqué dans les négociations, ce qui est une très bonne nouvelle.

Le métro en fonctionnera-t-il mieux ?

PS: au risque d'être un peu lourd (ce qui ne m'arrive absolument jamais, of course) j'écris "à la bruxelloise néerlandophone" et pas "à la flamande", car les bruxellois d'expression néerlandophone se sentent de moins en moins "flamands" et s'identifient clairement très peu aux bandes fascistes venues de leurs Flandres profondes et qui sévissent dans la périphérie flamando-brabançonne.


Updated
Lire aussi:
Pascal Smet et Citeo
Un des "Flamands de service" en charge de la mobilité à Bruxelles à quelques soucis.

Pascal Smet (SP.A) est l'invité de Matin Première

22/05 - Questions Publiques : Pascal Smet
22/05: Pascal Smet, invité de Matin Première (B. Henne)

BH - Alors vous vous êtes largement démarqué de votre parti et d'ailleurs de la classe politique flamande, justement sur cette question de Bruxelles et de sa périphérie, en ne vous montrant pas opposé, on ne va pas dire que vous êtes largement pour, mais en tout cas, vous n'êtes pas opposé à un élargissement de la Région, c'est toujours le cas ?
PS - Oui, moi, je crois, il faut regarder Bruxelles comme une Ville, une Ville-région mais je ne vais pas remettre en question, le caractère institutionnel mais Bruxelles est quand même d'abord une Ville et ça veut dire qu'une Ville a besoin d'espace pour mieux s'organiser, prendre la zone du canal, il faut délocaliser certaines entreprises, il faut faire toute une zone de récréation, mais là, il faut aller en dehors de Bruxelles. Mais je trouve que Monsieur Maingain, FDF, aborde cette question pour des mauvaises raisons.C'est pas une question linguistique, c'est une question de solidarité entre des gens, il faut restaurer la solidarité entre Bruxelles d'aujourd'hui et les Bruxellois de l'époque, qui habitent à Waterloo et Lasne. Et c'est pour ça que je dis, si c'est sérieux d'élargir Bruxelles, ok, commencez avec Waterloo et Lasne puisque là, habitent les,
BH - Pas avec les Communes flamandes ?
PS - Non, commencez avec Waterloo et Lasne parce que là, habitent les Bruxellois, avec de l'argent, qui refusent de payer leurs taxes à Bruxelles,
BH - A Wezembeek-Oppem, aussi ?
PS - Oui, ils refusent de payer leurs taxes à Bruxelles et si on a fait ça,dans ce mouvement, on va adhérer 1% du territoire flamand, moi, je ne trouve pas que cela fait du monde.
BH - C'est ça.
PS - Mais commencez avec Waterloo et Lasne et comme ça, on peut voir le sérieux puisque parfois, j'ai l'impression qu'il y a des Francophones qui ne veulent pas l'élargissement de Bruxelles, non plus, qu'ils aillent un peu faire la bagarre autour de ça, ces querelles et moi, je n'aime pas les bagarres. Dans la politique, il faut travailler pour les gens, donner une vision d'ambition, le réaliser et surtout pour le bien être des Bruxellois.
BH - Mais donc pour vous, l'élargissement éventuel, ce ne serait pas un élargissement, je veux dire, identitaire, pour faire revenir des gens qui sont proches de Bruxelles, qui travaillent à Bruxelles, qui sont culturellement proches de Bruxelles, c'est pour faire venir de l'argent, quoi, du fric ?
PS - Non, c'est les deux, je n'ai pas dit ça. Quand on prend une photo de Bruxelles, on voit la Ville morphologiquement, c'est clair, il y a la forêt de Soignes qui est dedans, qui entre, c'est surtout vers le sud, que Bruxelles élargisse dans les faits et c'est pour mieux organiser. Moi, je suis pour des Villes compactes. Ca veut dire, je suis contre les Villes qui s'étendent n'importe où, c'est mauvais pour la mobilité, c'est mauvais urbanistiquement, il faut quand même que les Villes aient des limites. Mais on a plus d'espace, besoin de plus d'espace et là, bon, je suis pas contre mais on commence avec Waterloo et Lasne.

Le marché bio dépasse les 300 millions d'euros

Brève: Les produits bio (alimentaires, non alimentaires, droguerie, cosmétiques) ont enregistré une augmentation de 25% pour atteindre un chiffre d'affaires de 304,6 millions d'euros en 2008, montre une enquête de GfK.

La préférée du Capitaine des Dragons

Le ministre bruxellois Benoît Cerexhe est en charge du SIAMU (Service de l'Incendie et de l'Aide Médicale Urgente) et actuellement négociateur cdH au cartel "melon" qui explore actuellement 3 axes : la solidarité, la gouvernance et le développement durable.

Alors qu'il est en place à l'Exécutif bruxellois depuis 5 ans et qu'il qualifie le bilan de la législature de très bon, il a rappelé qu'il demandait (ndlr : à qui ? à lui-même ? ) avec insistance une réforme en profondeur des législations linguistiques en vigueur dans la Région bruxelloise.
"Il en va de manière de plus en plus urgente du bon fonctionnement des institutions régionales bruxelloises, et dans le cas présent, de la sécurité du million de Bruxellois et des 500.000 navetteurs qui chaque jour passent par notre Région"


Il a dit également assumer la décision d'accorder une promotion à sept officiers du corps des pompiers bruxellois , alors que l'absence de cadre linguistique empêche actuellement toute nomination. Pour lui, il en va du bon fonctionnement des services de lutte contre l'incendie et de la sécurité à laquelle les citoyens de Bruxelles ont légitimement droit.


Constatons simplement le cocasse de la situation de ce négociateur, au delà de l'illégalité de l'opération, sans rapport direct ou indirect avec la sécurité de nos con-citoyens.



Lire aussi à propos d'un autre négociateur éthique "du melon" :
Gestion de réputation : Une etude de cas
En matière de gestion de réputation en ligne, quand votre «marque» est attaquée, il y a bien sûr certaines choses à mettre en œuvre pour se défendre, mais il y a également des actions qu’il est préférable de ne pas entreprendre sous peine d’aggraver les conséquences de « l’attaque ».Dans l’actualité politique toute récente, le ministre belge André Antoine (CDh) nous a donné malgré lui un exemple concret de ce qu’il ne faut pas faire.
Rappel des faits :Le 15 mai 2009, le site «
Mister Antoine » est mis en ligne. Fondé par une dizaine de fonctionnaires anonymes travaillant sous la tutelle d’André Antoine (Ministre du logement, de l’énergie, des transports et du développement territorial), ce site entend mettre en lumière les méthodes voire les « dérapages » du ministre dans l’exercice de ses fonctions. Les auteurs du site reconnaissent cependant eux-mêmes qu’ils ne reprochent rien d’illégal au ministre. Ils dénoncent seulement certaines méthodes et une manière de faire jugée parfois autoritaire, contradictoire ou encore non démocratique.
Plutôt confus et avec une ergonomie générale largement perfectible, le site se compose essentiellement de liens vers des articles de presse, des déclarations officielles, des comptes rendus de réunion, des sites d’associations citoyennes, etc.
Après quelques minutes de navigation, les fenêtres ouvertes s’accumulent dans le navigateur et même les lecteurs les plus courageux renonceront face à l’énorme quantité de textes à lire.
Réaction du principal concerné:La réaction du ministre Antoine ou de son entourage va s’opérer en plusieurs temps.Le premier mouvement se fera par voie de presse, dans
une interview accordée à la DH le 17 mai, soit 2 jours après la mise en ligne du site.Le ministre déclare « C’est puant. Leur site qui appelle à la délation est irrégulier tant sur la forme que sur le fond. » Il qualifie le site de « campagne la plus odieuse que j’ai jamais connue» et n’hésite pas à considérer ses détracteurs comme « adeptes de méthodes dignes d’un passé que l’on croyait révolu » gagnant au passage un point Godwin. Et monsieur Antoine de surenchérir : « preuve du courage dont font preuve ces personnes, toutes les informations communiquées à l’autorité de gestion des noms de domaine en Belgique afin d’enregistrer le nom de domaine du site web litigieux sont entièrement fausses ».

Jean-Pierre Detremmerie débouté en référé à Tournai
Exclu du groupe cdH du conseil communal de Mouscron et ayant perdu par conséquent ses mandats, dont la présidence de l'intercommunale d'études et de développement de la région de Mouscron (IEG), Jean-Pierre Detremmerie avait lancé en référé une action en justice.

mercredi 10 juin 2009

Un retour-aller-retour simple ?

Invité de 7h50 sur Bel RTL, Paul Magnette est revenu sur son score remarquable de 37.503 voix de préférence à Charleroi
« Jamais je ne me suis attendu à un score pareil. Même la moitié ça m’aurait paru très bien. »
Updated:
11.06.09 - 07:25 - himself

"Aller à la région aurait une vraie logique à partir du moment où j’étais tête de liste pour les élections régionales et il y a des matières qui vraiment me passionnent. Etant au fédéral, je vois bien que les vrais leviers du développement durable sont à la Région donc je serais évidemment très heureux de pouvoir le faire"
Ce sont les propos de l'actuel Ministre fédéral du Climat et de l'Energie, qui reconnaît que son "Plan Climat" ne vaut pas grand chose et qu' 'il ne fallait surtout ne rien faire à cause des prochaines élections".Les élections régionales sont passées et on espérait qu'il allait interrompre sa sieste à la météo fédérale, mais non, il veut retourner là où il n'avait aussi rien fait.
Quand va-t-on arrêter ce cirque ?
37.503 voix de préférence à Charleroi pour ça !?
répondre

Il incarne de cette manière la nouvelle génération de politiciens carolos, à l’inverse de Van Cau qui, d’après le ministre socialiste, s’est réellement retiré de la vie politique.
« Je pense que la page est tournée. Jean-Claude Van Cauwenberghe n’est plus conseiller communal, n’est plus député, n’a plus aucun mandat dans le parti. Je crois qu’il est retiré de la vie politique … ce qui ne l’empêchera sans doute pas de continuer à faire des commentaires de temps en temps mais ça c’est sa liberté d’expression »,
L’actuel ministre fédéral du Climat et de l'Energie n’exclut pas de quitter le fédéral pour la Région :
« On verra si le parti socialiste est ici ou là et puis moi je verrai en fonction de ce qu’on me propose. Aller à la région aurait une vraie logique à partir du moment où j’étais tête de liste pour les élections régionales et il y a des matières qui vraiment me passionnent. Etant au fédéral, je vois bien que les vrais leviers du développement durable sont à la Région donc je serais évidemment très heureux de pouvoir le faire»


Lire aussi:
Paul Magnette dans "L'invité" de Bel RTL le 25 mai 2009

Paul Magnette le reconnaît : son "Plan Climat" n'est qu'un premier pas
Celui-ci doit mener, après les élections, à l'élaboration d'une loi "climat".
Le CFDD a remis un avis critique sur ce plan national qui synthétise les mesures belges pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, déplorant notamment son manque de vision stratégique. "Je partage les conclusions de cet avis", a déclaré M. Magnette.
Le ministre a rappelé le lent processus qui a mené à l'élaboration du plan. Il concrétise un accord de coopération entre le niveau fédéral et les entités fédérées signé en 2002 et n'est jamais que la compilation des mesures adoptées au fédéral et dans les Régions pour atteindre les objectifs du Protocole de Kyoto. "C'est déjà un pas mais je ne l'ai jamais caché: il faut aller plus loin", a ajouté M. Magnette.

Une amende de 20 millions d'euros à Electrabel

Brève: La Commission européenne inflige une amende de 20 millions d'euros à Electrabel.
La Commission européenne a décidé d'infliger une amende de 20 millions d'euros au producteur et fournisseur d'électricité Electrabel pour l'acquisition du contrôle de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), un producteur d'électricité, sans en avoir reçu l'autorisation préalable en vertu du règlement européen sur les concentrations.

Où en est Peeters ?

Brève: Le CD&V, la N-VA, Open Vld et sp.a seraient prêts à former le prochain gouvernement flamand.
Le Vlaams Belang, Groen! et la Lijst Dedecker opteraient eux pour l'opposition, même si les deux derniers disent vouloir contribuer positivement à une nouvelle étape de réforme de l'Etat.

Kris Peeters:
quatre coalitions sont mathématiquement possibles, avec, en premier lieu, la "grande coalition" CD&V, N-VA, Open Vld et sp.a.
Les autres possibilités concernent une tripartie classique CD&V, sp.a et Open Vld, une coalition CD&V, N-VA et sp.a, ou encore une majorité CD&V, N-VA et Open Vld.

Kris Peeters n'a pas voulu dire pour quelle solution il penche, ni avancer de date butoir pour un futur accord de majorité.


Lire aussi:
Franstalige UF grootste in Halle en Zaventem
In het Brussels Gewest loopt het aantal stemmen op Nederlandstalige lijsten achteruit. In de Vlaamse rand rond Brussel stemmen meer mensen op Franstalige lijsten. Zo haalt de Union des Francophones in Vlaams-Brabant zeven procent van de stemmen. Die hebben ze te danken aan de kantons Halle en Zaventem, waar ze de grootste partij zijn.

Bruni snobe Obama

Suspension de l’AG Fortis de Gand

Brève :Le cabinet d’avocats Modrikamen va demander la suspension de l’assemblée générale de Gand qui avait vu les actionnaires de Fortis holding approuver la vente de 75% de Fortis banque à BNP Paribas.


Lire aussi:
Michel Tilmant administrateur de BNP Paribas

L'ancien patron d'ING Michel Tilmant sera l'un des deux administrateurs envoyés par l'Etat au Conseil d'Administration de BNP Paribas. C'est ce qu'a confirmé mercredi le Premier ministre Herman Van Rompuy en réponse à une question posée en Commission de la Chambre par Georges Gilkinet (Ecolo).
Le nom du deuxième administrateur, néerlandophone, n'est pas encore connu. La procédure suit son cours, a précisé le chef du gouvernement.

Une situation claire ...

Updated
En pouvait lire dans la Libre, hier que:

L’après-midi, le team Ecolo (Javaux, Nollet, Cheron et Doulkeridis) et le team CDH (Milquet, Lutgen, Antoine et Cerexhe) avaient donc rendez-vous (dans le Salon vert du Parlement de la Communauté française, cela ne s’invente pas...) en vue de pointer les lignes de convergence.




Les discussions ont porté sur trois thèmes : la solidarité, la gouvernance et le développement durable.

Vaste tout cela. Concrètement ? L’école, bien sûr, "LE" dossier du CDH, (les bassins de vie et la différenciation positive de même que la petite enfance). L’école bien sûr, mais aussi les économies d’énergie, les énergies renouvelables et, rayon éthique et bonne gouvernance, l’avenir des provinces (que les verts veulent supprimer), le cumul des mandats (qu’Ecolo veut limiter de manière drastique : un homme = un mandat) et la bonne coordination des institutions francophones.
La phase suivante sera de proposer cette trame commune aux deux autres partis, le PS et le MR, afin de voir qui se calquera de la manière la plus évidente avec les propositions des deux partis "du centre".


Si j'ai bien compris (updated: j'avais bien compris) les propos de Jean-Marc Nollet à Matin Première, une demande de radioscopie financière complète a été réclamée pour la Région Wallonne et pour la Communauté Française, avant de s'avancer plus ... au vu des signes inquiétants qui percolent ...


Situation budgétaire
Jean-Marc Nollet a terminé l'interview sur la situation budgétaire des régions et communautés. Il dit s'inquiéter car
"la situation est encore pire que ce qu’on annonçait".
Il veut faire une
"radioscopie de la situation réelle" avant même de s’engager.


En effet, on pouvait lire hier dans le Soir: « Un changement de centre de gravité »
Ecolo a pris l'initiative de rencontrer les autres formations politiques en commençant par le CDH, qui s'est stabilisé en Wallonie et a gagné un siège à Bruxelles. Le choix des centristes n'est pas innocent.
Aux yeux des Verts, c'est avec eux qu'il est possible d'identifier le plus de convergences. Et tant Ecolo que le CDH ont vécu parfois avec amertume leur participation dans un exécutif avec les poids lourds PS et MR enclins à étouffer leurs partenaires plus petits. En procédant de la sorte, les Verts et les centristes espèrent établir un autre rapport de force au sein d'une future coalition. Le CDH dit avoir accepté « avec plaisir » l'invitation d'Ecolo. « C'est un changement de centre de gravité qui s'opère », a souri la présidente du CDH, Joëlle Milquet.
Autour de la table étaient assis, pour Ecolo, Jean-Michel Javaux, Marcel Cheron, Isabelle Durant et Christos Doulkeridis et, pour le CDH, Joëlle Milquet, André Antoine, Benoît Lutgen et Benoît Cerexhe. La réunion s'est déroulée au parlement de la Communauté française… dans le « Salon vert ».

Le PS prend des « contacts informels »
Lundi, le président du PS Elio Di Rupo avait annoncé son intention de lancer également des invitations pour se concerter entre francophones. Finalement, il s'est contenté d'entreprendre une série de « contacts informels » ce mardi, sachant qu'Ecolo et le CDH se voient entre eux pendant 2 jours. » Une initiative que l'on comprend », dit-on au PS.

Les discussions avec le PS risquent d'être plus âpres, en termes de gouvernance notamment.
Certaines personnalités socialistes posent aussi de sérieux problèmes aux écologistes, soucieux d'imprimer la marque du changement, en particulier Michel Daerden. Certains de ses projets également : Ecolo ne veut ainsi pas entendre parler d'un dossier comme celui de la liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux-Beaufays.


Nollet a expliqué dans les réponses aux questions des auditeurs que concernant Daerden, ce serait un signe de la part du PS de venir à la table des discussions avec ou sans lui ... Je ne peux ici que le souligner à nouveau, mais le clan Daerden me semble être la chose la plus nuisible qu'il puisse exister à la bonne gestion de la francophonie. Je redoute furieusement les cimetières que l'on va ressortir immanquablement des placards ...

Extraits de questions intéressantes (ce n'est pas pour autant que j'en partage les vues) du site de Matin Première:

10.06.09 - 09:33 - Martine
Monsieur Nollet,
Comment allez-vous vous y prendre ...
Dans le journal "La Dernière Heure " :.... cumulards , au MR Armand De Decker, le bourgmestre d'Uccle, élu avec 28.359 voix, est l'arbre qui cache mal la forêt des maïeurs libéraux au Parlement, dix au total.Didier Gosuin, le maïeur d'Auderghem, élu avec 17.516 voix, est suivi d'Olivier Maingain de Woluwe-Saint-Lambert, Bernard Clerfayt, le bourgmestre empêché de Schaerbeek et des bourgmestres Martine Payfa à Watermael-Boitsfort, Vincent De Wolf à Etterbeek, Willem Draps à Woluwe-Saint-Pierre, Cécile Jodoigne, bourgmestre faisant fonction à Schaerbeek, Philippe Pivin, bourgmestre de Koekelberg et le suppléant Gaëtan Van Goidsenhoven, d'Anderlecht....

10.06.09 - 09:04 - Olivier (Liege)
Excellent :
Les conseils de M. Cohn-Bendit aux Verdi italiensDans un article du 21 avril, le quotidien italien Corriere della Sera relate un dialogue entre Daniel Cohn-Bendit et les dirigeants des Verdi (Verts italiens) lors d'une réunion publique de soutien à la candidate du Nord-Ouest, tenue la veille à Rome.
Le député européen attaque : "Les Verdi continuent à regarder seulement du côté de la gauche. Mais ils doivent se rendre compte que, pour au moins quatre ans, elle ne sera pas au pouvoir. Et entre-temps ? La transversalité est utile. Si on veut être influents, il faut regarder toute la société." Grazia Francescato, la porte-parole des Verdi, tente de s'opposer : "Mais Daniel, tu sais quelle droite nous avons en Italie ?" M. Cohn-Bendit répond : "Et la gauche italienne alors ?" Puis continue : "Les Verdi ont un train de retard parce qu'ils ont peur d'être aspirés par Berlusconi. Il faut se risquer, se mélanger, on ne peut pas rester toujours seulement du même côté."

10.06.09 - 09:01 - Yves Dupont
Bonjour,
Beaucoup de gens ont voté Ecolo pour ne pas voter PS. J'espère que vous n'allez pas décevoir vos électeurs. Que ceux qui ont voté Ecolo ne puissent jamais dire que PS et Ecolo c'est idem. Vous avez l'occasion de vraiment changer la société par toute la problématique du développement durable, les écoles à renover, les bâtiments publics , le renouvellement de toutes les intercommunales ...Si vraiment on souhaite un changement il faut choisir pour le MR.

10.06.09 - 08:52 - B. Voglet
Si l'on critique l'arrogance de M. Reynders, je n'oublierai personnellement jamais l'arrogance réitérée de M. Daerden à l'égard de MM. Cheron et Wesphael (sorry pour l'orthographe de ce dernier) ou encore M. Di Rupo traitant ce dernier de "minus" il y a quelques années. D'un côté ou de l'autre, Ecolo doit s'attendre à une "chaude réception" de la part des deux "grands", mais l'histoire récente démontre que le MR a montré bien plus de respect à l'égard des verts que le PS.

10.06.09 - 08:33 - D. DE VREESE
Mr. Nollet, priorité au décumul dites-vous. Dans le même temps vous critiquez le MR en ce que Louis Michel et G. Deprez se sont exprimé contre le cumul de leur Président et vous donnez priorité à la négociation avec Mme MILQUET qui ne se pose même pas la question et qui est toujours Présidente de parti et vice première ministre ; où est la cohérence ?!

10.06.09 - 08:32 - Anonymous
Je vous ai écouté attentivement ce matin quand vous précisez que votre parti c'est le développement durable mais ni la gauche, ni la droite et qu'il convient de réorienter l'économie vers le green deal. Concrètement, comment allez-vous assurer cette transition dans une économie en crise ? financer les investissements verts sans augmenter les impôts ? Et faire du social sans l'appui des syndicats et du MO ? Comment allez-vous gérer ces contradictions ?


Lire aussi:
Un hallali sous les oliviers?
Comme bien tu penses, ami lecteur, la rue de la Loi bruit ces heures-ci de 1.000 rumeurs.

Tiens, comme on se retrouve...
The place to be. Le Parlement de la Communauté française semble devenir l’endroit le plus "tendance" de Belgique pour négocier...Jugez plutôt. Dans la matinée, le président du PS Elio Di Rupo a rencontré... Didier Reynders. Le patron du MR et celui du Parti socialiste se sont vus, à l’invitation de Di Rupo, entre quatre yeux, aux abords de l’Hemicycle francophone.

Ecolo et le CDH font languir PS et MR
Ecolo et le CDH se sont longuement rencontrés ce mardi dans le salon… vert du parlement de la Communauté française. Leurs travaux, qui se poursuivront mercredi, ont pour objectifs d'identifier des points de convergence avant de négocier avec les autres partis. Pendant ce temps, le PS prend des « contacts informels » et le MR bruxellois attend une réponse aux invitations lancées hier aux deux partenaires fort convoités.

Edito: Jeux de pouvoirs

Donfut ne siégera pas à Namur

« Les acteurs doivent trouver une solution »
Nous avons posé la question de la dévolution des mandats à Daniel Grasso, l'attaché de presse du ministre Philippe Courard.
La situation à Villers est-elle compliquée ?Non, le dossier est assez facile, et il ne devrait pas poser de problème.La procédure est bien rerspectée ?Oui, dans la mesure où il appartient au conseil de se prononcer sur chaque mandat lors d'un vote à bulletin secret.Il semble que l'on soit face à une situation de blocage. Existe-t-il dans le code de la démocratie locale une mesure contraignante qui oblige le conseil à voter ? Non. Les acteurs doivent trouver une solution.Et les mandats, qui les remplit en attendant ?Ils sont automatiquement perdus, et normalement, les anciens titulaires ne peuvent plus siéger, même si faute d'une information officielle, il arrive que des invitations leur parviennent encore.

Updated
J.-M. Nollet: "Les écologistes doivent être au centre du jeu"
10.06.09 - 09:29 Jean-Marc Nollet (Ecolo) était ce mardi l'invité de Matin Première pour évoquer le succès du parti vert aux élections et les coalitions qui sont en train de se négocier. Selon lui, un signal très clair a été donné pour le changement et les écologistes sont porteurs de ce changement.

Xavier Desgain (Écolo)
Député wallon élu en 1995, le leader historique des verts carolos a été reconduit en 1999. Mais il avait été privé de mandat à la suite de la débâcle d'Ecolo en 2004. Au point de s'être retrouvé au chômage quelques mois, sans plus de mandat, stricte interdiction de cumul oblige... Le revoici de retour, avec un scrore personnel plus que doublé, avec 5 672 voix.

mardi 9 juin 2009

"The King of the World"


Le clip qui déchire 2
par leclipquidechire




Voir aussi:
Ce reportage sur Sarkozy ne sera pas diffusé en France - le 09-06-09
Ah les journalistes Suisses !! Ils sont couillus et surtout ils ont l’avantage de ne pas être Français… Cela leur permet de faire de jolis petits reportages avec comme trame de fond la pression exercée par notre super président sur les journalistes… ou comment en France tout le monde la ferme petit à petit par crainte de représaille.


Plus d'éthique: merci Didier !

Au MR, suivant l'excellent article de Francis Van de Woestyne de la Libre, on s’étriperait à fleurets mouchetés, Didier Reynders devant faire face à des critiques internes légitimes.

Je tiens en préambule à le préciser encore une fois pour les esprits chagrins et belliqueux, je ne suis ni membre ni militant du MR, ni d'aucune autre formation politique ou politisée, hier aujourd'hui et plus que vraisemblablement demain aussi.

Depuis le temps que le cirque des affaires existe et continue dans une relative indifférence politiquement correcte des acteurs et observateurs politiques, il fallait bien qqun pour faire le sale boulot. Didier. Who else ?
Les "deux autres" de "la bande des quatres" étant liés (avant on disait "scotchés") dans des majorités exécutive, soit en Wallonie, soit à Bruxelles. Fallait-il que cela "continue durer" ?



video


Si on prend un peu de recul, en envisageant que l'on fait de la politique pour "le citoyen" et non pour soi, le résultat ne sera-t-il pas immanquablement plus éthique ou niveau de la gouvernance du bien commun et pour le mieux de notre démocratie et de notre Société ?
On peut comprendre les frustrations de certains devant la nigauderie des électeurs, la perfidie de leurs tentateurs et la pâleur des éléments ostensibles qui font que la valorisation semble difficile à ceux qui se sont certainement investis corps et âmes dans un combat qu'ils pensaient juste.
Mais quelles que soient les formules de concrétisation des forces exécutives, demain un changement en matière de gouvernance sera en marche - petit ou grand, l'avenir nous le dira-, mais il existera et pour cela, un peu à l'image des fantassins parti à la conquête des plages normandes en quête de Liberté: merci, Didier !

Le comble de cette histoire, c'est que le chevalier bleu de la gouvernance périra peut-être sur la plage de la gouvernance. Comme le précisait Gérard Deprez, ce matin à la RTBF, il convient également de voir si, en des temps difficiles, il était bien idéal que le président du MR cumule la fonction présidentielle avec un haut poste ministériel ...


PS: Francis Van de Woestyne signe également une remarquable analyse de la Méthode Javaux: Ecolo et CDH, le petit Olivier :

Il semble évident qu’une négociation avec le MR, dirigé par Didier Reynders, sera délicate, voire vouée à l’échec. Pour le CDH en particulier. Et si le MR tombait entre les mains de Louis Michel ? Certains ont CDH se sont posé la question. Trop tôt pour y répondre.
Donc, à l’heure actuelle et même si le MR semble prêt à faire d’énormes concessions pour être dans la majorité bruxelloise, il semble que la préférence des écologistes et des humanistes soit de tenter de constituer une majorité de type Olivier avec le PS, à tous les niveaux de pouvoir.
Cela dit, ce choix met Ecolo face à un terrible dilemme. Car beaucoup d’électeurs ont, sans conteste, voté Ecolo dans l’espoir qu’il s’allie, in fine avec le MR et CDH et constitue ainsi une "Jamaïcaine’". Car une partie du progrès Ecolo, dans plusieurs endroits, résulte d’un vote anti-PS. Le MR et Ecolo ont été le réceptacle de suffrages anti-PS. Les électeurs Ecolo ne seront sans doute pas ravis de voir que les verts pourraient ramener le PS à la Région wallonne. Certains de ces électeurs en votant Ecolo, ont marqué leur réel désir de voir du changement en Région wallonne. Prendre les mêmes partenaires en ajoutant un peu de vert dans le programme gouvernemental et le Plan Marshall..., il risque d’y avoir des déçus chez les verts.
La difficulté, pour Ecolo, vient du fait que d’autres électeurs ont dû choisir Ecolo pour la raison inverse: sanctionner le PS tout en gardant l’espoir qu’Ecolo constitue quand même une majorité à gauche. C’est bien là une des ambiguïtés du vote Ecolo.



Lire aussi:
Une forme de “cartel” Ecolo - cdH?- 8 juin 2009
Tant pour faire jouer un effet de levier que pour se prémunir contre toute mauvaise surprise, Ecolo et cdH ont maintenant intérêt à s’encorder l’un avec l’autre. Ne cherchez pas ailleurs la raison pour laquelle Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant
ont annoncé une rencontre avec les humanistes ce mardi, pour donner le coup d’envoi des “consultations” préalables à la formation des gouvernements régionaux et communautaires.

Une grosse baffe pour Reynders 8 juin 2009
Je reviendrai demain sur les résultats des élections européennes et régionales en Belgique. Là, je reviens de RTL-TVi, où j’ai vécu une fort instructive (et bien sympathique) soirée électorale que je vous raconterai bien sûr.
A cette heure, contentons-nous d’en retenir l’essentiel: alors que toute l’Europe vire résolument ou consolide
à droite, Bruxelles et la Wallonie restent globalement “à gauche“, avec un gros rééquilibrage de celle-ci au profit du pôle écologiste.

«Président ? C'est pas une vie»

C'est ce qu'affirmait Daniel Cohn-Bendit à «Libé» dans une interview à lire aujourd'hui.


Lire aussi:
Daniel Cohn-Bendit : « C'est le D-day de l'écologie »
La claque du PS, la percée d'Europe Ecologie, le Front de gauche devant le NPA… Revivez la soirée électorale des européennes.

(3) Europe Ecologie vante son "D-day" (16,01%)
Le grand gagnant du scrutin est Europe Ecologie (avec 16,01%), des listes conduites par Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové. Pour Daniel Cohn Bendit, cette élection serait le "D-day de l'écologie"… Sous les vivas de ses partisans, à la Belleviloise, une salle parisienne, il déclare :
« Cette journée peut être un grand moment si nous savons faire. C'est comme une histoire d'amour : les premiers temps, c'est formidable. Et puis au fil du temps, on s'y habitue et c'est là que ça devient difficile. Il faut imaginer une manière d'être ensemble qui nous permette d'avancer. »
Un peu plus tôt, Eva Joly, deuxième de liste, a ainsi salué la coalition d'Europe écologie :
« Un tel score, c'est du jamais vu. C'est une transformation profonde du paysage politique français. C'est la récompense d'une campagne qui avraiment porté sur l'Europe. »

Groen! mist zijn afspraak
Overal is men rijp voor groene 'change'. 'Maar in Vlaanderen nog niet', bekent Groen!

Grâce à Dany le Rouge, les Verts sont la 3ème force en France
En homme providentiel des Verts, Daniel Cohn-Bendit, réélu dimanche à 64 ans député européen pour la quatrième fois consécutive, a été le principal artisan du rassemblement hétéroclite Europe-Ecologie jusqu'à en faire la troisième force aux européennes en France.

Commission : M.Barroso se garde de crier victoire
Une condition nécessaire mais pas suffisante : la large victoire du Parti populaire européen (PPE), dimanche 7 juin, peut favoriser la reconduction de José Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne.

Is fascism on the march again?
Leading historians on what we can learn from recent successes for the far right at home and abroad

"La gauche doit trouver un nouveau modèle"

Barroso candidat à sa réélection à la tête de la Commission européenne
Le Portugais, actuel président de la Commission, a annoncé qu'il briguerait un deuxième mandat.

Chacun compte ses points et avance ses pions
Reprenons à tête reposée, les résultats du scrutin européen. En tenant compte du fait qu’il y avait moins de sièges à se partager - 785 pour la législature 2004-2009 pour 736 aujourd’hui, en attendant la possible (probable ?) entrée en vigueur du traité de Lisbonne, qui fera passer leur nombre à 754.

L’Iran, la démocratie et la nouvelle citoyenneté
Résumé de l'article
Trois mouvements sociaux caractérisent la société iranienne d’aujourd’hui. Le premier est le mouvement des étudiants, qui combine des revendications culturelles pour une société plus ouverte avec des demandes politiques pour une société plus libre, dans laquelle la participation active des citoyens à la scène politique devrait être reconnue. Le second mouvement est celui des femmes, par lequel des femmes d’âge moyen ainsi que la nouvelle génération expriment leur demande pour une société moins discriminatoire vis-à-vis des femmes. Le troisième mouvement est celui des intellectuels, par lequel de nouvelles interprétations de l’islam mettent en question la nature théocratique du régime politique en vigueur. Contrairement aux mouvements des années 1970, qui débouchèrent sur la révolution islamique de 1979, les nouveaux mouvements sociaux en Iran ont une forte dimension démocratique. Ils sont « protodémocratiques » dans le sens où ils revendiquent l’ouverture du système politique au nom d’une nouvelle version de l’islam, moins holistique, plus individualiste, séparant le registre de la spiritualité religieuse de celui du politique. Mots-clés : Mouvements sociaux protodémocratiques, Mouvement des intellectuels, Mouvement des femmes, Mouvement des étudiants, Théocratie islamique, Société postislamique. Three social movements characterize today’s Iranian society. The first is the students’ movement which combines cultural demands for a more open society with a political one, for a freer society in which the citizens’ participation to the political system should be recognized. The second is the womens’ movement, through which middle-aged women and the younger generation express their claim for a less gender-discriminating society. The third movement is the intellectuals’ movement, in which new interpretations of Islam put into question the theocratic nature of the political regime. Contrary to the movements of the 1970s that ended up in the Islamic Revolution of 1979, the new social movements in Iran have a strong democratic dimension. They are « protodemocratic » in the sense that they ask for the opening of the political system in the name of a new version of Islam, less holistic, more individualistic, separating the realm of religious spirituality from the arena of the politics.Keywords : Proto-democratic social movements, Intellectuals’ movement, Womens’ movement, Students’ movement, Islamic theocracy, Post-islamic society.
La protodémocratie
On entend par protodémocratie un régime politique qui présente certains traits démocratiques et la probabilité de s’acheminer, dans un avenir plus ou moins prévisible, vers des formes sensiblement plus démocratiques. Les critères les plus pertinents pour l’accès à la protodémocratie sont un espace politique de plus en plus influencé par le vote populaire, des institutions qui donnent au suffrage universel un poids important dans les processus politiques, la constitution de nouvelles élites cherchant leur légitimité non pas dans les hiérarchies traditionnelles ou bureaucratiques, mais dans leur capacité d’agrégation des voix populaires en relation au verdict des urnes, la marginalisation progressive des élites antidémocratiques, la constitution d’un espace public de plus en plus articulé et l’apparition, dans la société, d’un état d’esprit fait de tolérance et de définition non substantive de la vérité

lundi 8 juin 2009

Elio quitte brutalement la table ...

Hier, 7 juin 2007, lors de l'annonce des résultats au siège du Parti Socialiste, Elio Di Rupo a affirmé en 3ème point, l'obligation du P$ de se rénover en matière d'éthique politique ... dès le lendemain.



Le lendemain de la veille, soit ce lundi 8 juin, lors d'un JT spécial matinal à la RTBF, le camarade-président Elio Di Rupo a quitté la table des échanges, suite à une séquence qui reprenait l'intervention de José Happart, d'une part et de Didier Donfut, d'autre part (le tout commenté par Marcel Cheron - visible ici) quand il a été question d'application d'éthique politique au sujet du cas concret Donfut.


video


Lire aussi:
Exclure Donfut ? 17 088 euros -19/05/2009
Se priver de Donfut sur la liste, c'était voir s'envoler 17 088 euros de subsides... Alors le PS a-t-il feint de vouloir l'évincer ? "Non", assure aujourd'hui le parti.
Money time. Cinq jours après que le Parti socialiste eut affirmé avoir tout entrepris pour rayer Didier Donfut de la liste PS Mons-Borinage pour les élections du 7 juin, il apparaît que le désistement de l’ex-ministre wallon de l’Action sociale aurait eu une répercussion négative de 17 088 euros en terme de comptabilisation des dépenses électorales.


Voix de préférence : Michel et Daerden font le plein
353.000 personnes ont noirci la case Louis Michel sur la liste européenne du MR. En Wallonie, 63.580 électeurs ont donné leur voix à Michel Daerden. Un score « historique » se félicite-t-on au PS liégeois. En Flandre, le match des ex-Premier a vu Verhofstadt s’imposer sur Dehaene.

Verhofstadt écrase Dehaene aux voix de préférence
Guy Verhofstadt (Open VLD) a largement remporté dimanche, lors du scrutin européen, le test de popularité politique en Flandre avec 600.000 voix de préférence. Il devance ainsi nettement son homologue et rival CD&V Jean-Luc Dehaene. En troisième position figure l'éphémère Premier ministre Yves Leterme.

Le président gabonais Omar Bongo est mort
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 41 ans, est mort à l'âge de 73 ans, a annoncé dimanche une source proche du gouvernement français.

PS : le même score qu'en 2004 : « on s'en tire bien »
Avec 13 345 voix de préférence, Paul Furlan peut se réjouir, « à titre personnel, mais aussi pour le PS »

PS« La Ruche » en feu devant son roi
Ils ont chanté, crié, sifflé, applaudi et acclamé surtout leur tête de liste , Paul Magnette. Les militants PS étaient déchaînés hier soir.

Le passé e(s)t l'avenir de la Wallonie ?

Le PS reste en tête et aurait 30 sièges
Selon un première projection en sièges fournie par le SPF Intérieur à 86% du dépouillement, le PS aurait 30 sièges dans la nouvelle assemblée (-4) et le MR 18 (-2). Le cdH (statu quo) aurait 13 sièges et Ecolo 14 sièges. Le FN perdrait sa représentation. Il disposait de 4 sièges.


video
Didier Donfut : 3700 votes, soit 3,65 %

Update: ce lundi 8 juin, lors d'un JT spécial à la RTBF, ELio a quitté la table, quand il a été question d'application d'éthique politique au sujet du cas concret Donfut.
A paraître dans un prochain post ...


Les affaires ou dossiers chauds qui ont touché le parti socialiste semblent n'avoir eu que peu d'effet dans les arrondissements où elles ont eu lieu, sauf à Huy.
Dans le canton de Frameries, dont est issu Didier Donfut, le PS ne perd que 2,43 % pour passer de 46,14 % à 43,71 %, selon des résultats partiels.
Dans le canton de Saint-Nicolas, la perte du PS n'est que de 0,64 %. C'est de ce canton qu'est issu Patrick Avril, bourgmestre de Saint-Nicolas et député wallon sortant dont l'immunité parlementaire a été levée à la suite d'accusations qui ont été portées contre lui. Il est suspecté d'avoir utilisé de la main-d'oeuvre et du matériel communal dans le cadre de sa campagne électorale de 2004. M. Avril ne s'est toutefois pas présenté à ces élections.
Dans le canton de Charleroi, très marqué en 2007 par les affaires, le PS ne recule que d'1,16 % et recueille toujours 41,69 %, selon des résultats partiels.


Analyse du Prof Cheron et le daerdenland ...
Là sera le véritable enjeu démocratique.

video


Le ministre socialiste Michel Daerden a réalisé une véritable performance ce dimanche en obtenant 63 580 voix de préférence, soit 2000 de plus que lors du scrutin fédéral en 2007.Le président de la fédération liégeoise, Willy Demeyer, a qualifié ce score d'"historique". En 2004, le meilleur score avait été réalisé par José Happart, qui avait obtenu 29 514 voix de préférence.Michel Daerden devance de plusieurs longueurs ses poursuivants, Christine Defraigne (19 769 voix) et Didier Reynders (17 422 voix), respectivement en tête et queue de liste MR.


Lire aussi:
7.687.849 électeurs ...

Wallonie : Ce sera l'Olivier, le FN disparaît

Les résultats semblent se confirmer au fur et à mesure que la soirée s'avance. Si Ecolo est sans conteste le grand gagnant de ces élections en Wallonie, le PS ne subit pas la catastrophe qui lui avait été prédite. Le CDH limite la casse, et le MR, en perdant plus d'un pour cent, ne tire pas profit de sa cure d'opposition ni es affaires qui ont touché le PS. Un grand perdant aussi, il ne faut pas oublier de le souligner : c'est le FN qui, avec moins de 2,5%, disparaît de l'échiquier wallon.

Viviane Teitelbaum (MR) : "Je ne comprends pas les Wallons"
Candidate à Bruxelles, députée régionale sortante et chef de groupe MR au conseil communal d'Ixelles, Viviane Teitelbaum commente le résultat de son parti, moins bon qu'espéré.
« Franchement, je ne comprends pas bien les Wallons, déclare Viviane Teitelbaum. J'ai l'impression qu'en Wallonie, les hommes politiques peuvent faire ce qu'ils veulent, commettre les pires actes... De toute façon, les électeurs continuent à voter pour les mêmes. Pour moi, c'est un grand point d'interrogation. »

Lettre ouverte au Président Di Rupo
Monsieur le Président,Cher monsieur Di Rupo,
Jusqu'à ce jour, nous aurions pu vous croire.Croire que votre parti -et surtout ses mandataires- allait défendre celui qui n'avait pas eu la chance de faire des études, celui que les hasards de la naissance n'avait pas gâté, celui qui travaillait dur pour un salaire ingrat, celui dont l'existence avait basculé subitement le laissant sans filet, celui dont l'employeur abusait de la crédulité pour bénéficier au meilleur coût de son travail...
Mais voilà...Aujourd'hui nous découvrons que vous nous avez trompé, vous nous avez menti, vous avez abusé de notre crédulité pour bénéficier au meilleur coût de nos voix.
Non, Monsieur le Président, il n'est pas honnête que le greffier de votre belle province se fende d'un courrier -fut-il électronique- à tous les agents provinciaux, à la veille des élections, pour les intimider. Oui, les intimider. Car menacer d'une perte d'emploi en cas d'accession au pouvoir d'un parti autre que le votre, c'est de l'intimidation.
Non, Monsieur le Président, il n'est pas honnête que devenant ministre, un de vos proches collaborateurs, ingénieur de gestion peut-être compétent, utilise son fils, licencié en sciences politique, comme prête-nom pour d'éventuelles missions d'expertise... en énergie.
Non, Monsieur le Président, vous n'êtes pas de parole lorsque vous confirmez le retrait -volontaire- de ce ministre hennuyer de tout mandat et que l'on retrouve son nom sur votre liste.
...

Parlement Wallon : Tsunami or not Tsunami ?
A 19h00 ce dimanche d’élection, le PS reste toujours premier parti en % avec un score de 32.70 %, Le MR second à 23.50 % et Ecolo grimpe à 18.40 % talonné par le CDH à 17.50 %
Pas de tsunami, ni anti PS, ni raz de marée Vert, mais ces résultats sont partiels et ne tiennent pas compte des résultats en siège qui seront déterminés ultérieurement.
Premières perles de l’après-midi, un José Happart qui affirme que l’écrasement du Front National a profité aux Ecolos (fallait oser, mais Happart n’est plus à une provocation près).
Conseil à Mr Di Rupo, faire bailloner vos Happart et Donfut, parce que Ecolo ne gouvernera pas avec des prévaricateurs pareils.
On notera qu’au niveau des épiphénomènes politiques (RWF, Lidé, MS, FN) plus un seul n’atteint le seuil des 5% à cette heure.
A noter aussi des informations selon lesquelles l’abstention n’aura jamais été aussi forte (de 10 à 20%) selon les cantons, un autre signal dont il faudra tenir compte à l’avenir…