jeudi 29 mai 2008

«le libéralisme est le mot de nos adversaires»


«Je ne pourrai jamais dire comme a dit Bertrand Delanoë : «je suis libéral» a déclaré Ségolène Royal dimanche, critiquant le credo «libéral et socialiste» revendiqué par le maire de Paris.

1 commentaire:

Chaos Theory a dit…

On a chacun nos convictions dans le domaine.
Je ne veux pas plagier L. Michel...

Mais soyons clair Ségo...
-Un socialiste ne sera pas souvent libéral...
-par contre, le Libéralisme (je veux dire, le vrai, pas le capitalisme ou l'espèce de droite que nous avons en Belgique) est socialiste par essence et par ces buts.

Oui, le libéralisme est imparfait tout comme le socialisme peut l'être. Certes, il faut le corriger. Mais celui des deux qui se préoccupe le plus de l'homme reste le libéralisme (mais ça n'engage que moi).

Le socialisme n'aide pas les gens à sortir de la dèche, il les y maintient pour s'en faire de loyaux et reconnaissants serviteurs. L'aide qu'il fournit est délibéremment destiné à les maintenir. Surtout, il ne faut pas qu'ils coulent, ils deviendraient extrémistes... mais pas non plus qu'il s'en sorte.

Alors, moi Ségo, ça ne me dérange pas que Delanoe se dise à tendance libérale. Je pense qu'il aura un but socialiste... mais des moyens de libéraux...