vendredi 17 octobre 2008

Justice et Promocy

Créée fin 2001 par la société qui gère l'aéroport de Charleroi et la compagnie Ryanair, Promocy avait pour but d'organiser les campagnes publicitaires pour Ryanair et pour l'aéroport de Charleroi.
Pour chaque passager transitant à Charleroi, 4 euros étaient versés à Promocy.
En 2005, alors que l'aéroport de Charleroi dépasse les 2 millions de passagers, la justice s'intéresse à Promocy et convoque alors ses quatre administrateurs.
Les deux représentants de Ryanair sont entendus fin 2005, tout comme les deux représentants de l'aéroport : Laurent Jossart, l'administrateur-délégué et Pierre Fernémont, chargé du marketing et de la communication.

Ce mardi, les administrateurs (ainsi que Alain Belot, le directeur général de la Sowaer qui a siégé au sein de Promocy pendant un mois et demi à sa création) étaient inculpés pour abus de biens sociaux et faux en écriture.

Lire aussi:
BSCA: plusieurs inculpations dans le dossier Promocy
La juge d'instruction France Baeckeland à Charleroi a inculpé plusieurs personnes pour faux et usage de faux dans le dossier Promocy, du nom de cette société créée par la compagnie aérienne Ryanair et l'aéroport de Charleroi (BSCA) pour la promotion de l'aéroport et des liaisons aériennes, notamment de Charleroi vers Dublin.
(23/11/2005)
Les responsables carolorégiens de Promocy ont déjà été entendus par les autorités judiciaires, qui souhaitent maintenant entendre les responsables irlandais, au titre de témoin.
L'administrateur délégué du BSCA (Aéroport de Charleroi), Laurent Jossart, a fait le point mercredi, à la suite de diverses informations parues à propos de Promocy, la société chargée de la promotion des activités de l'aéroport.
La taxe sur les billets d’avion : « Scandaleuse » dit le secteur
L’intention du gouvernement d’introduire une taxe sur les billets d’avion – qui apporterait 132 millions d’euros au budget – passe mal auprès des acteurs du secteur aérien.

« Il est inacceptable qu’une telle mesure soit introduite sans concertation préalable des parties concernées », a ainsi réagi l’ABTO (Association of Belgian Tour Operators) qui représente les intérêts professionnels des principaux organisateurs de voyages.
« Une telle taxe est irresponsable lorsqu’on analyse les variables environnementales économiques », souligne-t-elle en rappelant que « le secteur vient de sortir d’une période difficile en raison des prix exorbitants du carburant ».

1 commentaire:

O a dit…

Bel et effarant article dans le monde diplomatique de ce mois-ci. Dernière page : "Payer les passagers pour voyager". Ma conclusion : Mon dieu quel magouille !