lundi 27 octobre 2008

Le coup de jarnac, à la hollandaise

Explications du vicomte Davignon à propos de ce qui semble être un "coup de Jarnac" à la hollandaise. Souvenez-vous de "Boos op Bos, qui était sorti du bois ... " où j'affirmais que "les Hollandais sont durs en affaire, mais corrects" ... ?!?

Le "vicompte" sera-t-il aussi transparent à propos de Suez-Tractebel ?



video

J'attends avec impatience les commentaires d'Echocynique, mais également de Chaos Theory ...


Lire aussi:
Les Etats essayent de combattre la crise et l'amplifient
Ce thème a déjà été maintes fois développé aussi, entre autres dans notre blog "Privatisation des bénéfices et mutualisation des pertes?".

12 commentaires:

Echocynique a dit…

Puisque c'est demandé si gentiment :-)

Peu de choses à dire...tellement c'est évident.

1. Dans une négociation, il est normal que chacun pense à soi, ici à son pays. J'ai toujours été "honnête" en affaires. Mais j'ai toujours favorisé mon entreprise.

2. Cela confirme que les belges n'ont pas bien négocié. peut-être parce que leurs "connaissances financières" n'étaient pas suffisantes?
Le gouvernement avait expliqué que "leur rôle n'est pas d'être actionnaire de banques", quelques jours avant de devenir actionnaire de trois banques belges et d'une ... française.
Ce n'est pas leur rôle de négocier des deals financiers complexes.

Dans le CA de Fortis, il n'y avait plus Lippens (ou bien était-il encore là, je ne sais plus), mais il y en avait d'autres capables de négocier. Un Bodson par exemple.

Quand on voit comment le CA de la KB a négocié, on peut espérer que Bodson ou un autre aurait fait au moins aussi bien!

3. En conclusion, les Pays Bas ont pensé à eux, ont réussi à se venger du coup ABN AMRO. Les Français ont viré Miller parce qu'il ne leur plaisait pas. Les Belges? Peut-être parce que le Premier et le Vice Premier voulait redorer leur blason, ont cru qu'ils pouvaient négocier ce genre de deal...

Autre réflexion: entendre une fois de plus que les "actionnaires" ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes, c'est malhonnête à plusieurs titres (sans jeu de mots):
a) Fortis n'était pas une action spéculative.
b) Depuis 1982, on encourage l'investissement en bourse.
c) En tant qu'actionnaire Fortis, je ne demande pas au gouvernement qu'il m'indemnise des pertes normales en Bourse, mais qu'il me paye à sa juste valeur la partie hollandaise et la revente à BNP. parce qu'il a bradé ces actifs.
Un administrateur irait en prison pour avoir fait cela.

L'Etat? Il fait des déclarations mensongères.

Mais comme le Belge ne comprend rien...

Chaos Theory a dit…

Kikou...

Je suis un peu silencieux pour le moment...

Anyway, some food for thoughts...
1. chacun pense à son pays... cela démontre que Lippens avait tort quand il dit que les champions nationaux n'ont plus droit de cité en Europe. On le voit à chaque fois mais on ne comprends toujours pas le message... une entreprise nettoiera toujours d'abord à l'étranger.

2. le gouvernement belge n'a aucune compétence en la matière et a été dépassé par les événements. Il cède à la panique et ensuite se gargarise d'avoir fait quelque chose...

La seule chose que je constate c'est qu'il a réussi a faire viré un de nos plus talentueux banquiers et défenseurs de la Belgique et l'a en plus puni d'être jeune, doué et bon chef.

3. L'affaire KBC démontre que l'esprit de fief n'a toujours pas disparu, ce que l'un obtient, l'autre doit l'avoir. C'est du moins en ces termes que Bergen a défendu sa demande de soutient au gouvernement belge : "pour être mis sur un pied d'égalité"

Ben tiens... et subtilement de demander l'argent mais sans céder de contrôle. Comme dit entre initiés, KBC est une banque Flamande, hors de question que le gouvernement fédéral y prenne du pouvoir

3. Coup de Jarnac hollandais.. mais pourquoi pas? Les français n'ont pas fait mieux en maintenant les dirigeants de Dexia Crédit Local en place alors qu'ils sont les initiateurs d'une fronde anti-miller, d'une non intégration à la structure de Dexia et ont refusé un plan llimitant les risques FSA....

4. Je n'ai rien contre le Vicomte, mais force m'est de penser que Lippens à fait son temps et que Davignon devrait tout autant penser à se retraite petit à petit. Son influence dans les milieu d'affaire est encore considérable mais les décisions qu'il avance, qu'il pousse ne sont pas toujours les meilleures. Je ne cache pas ma perplexité face à certaines décisions ou certains avis récents. Ils ne sont pas en phase avec la défense d'intérêt belge.. plutot ceux d'intérêts privés, d'une petite caste que l'on cache derrière un écran...

5. les actionnaires ne doivent s'en prednre qu'à eux même...
...
100% d'accord... SAUF QUE
a) les actionnaires et le conseil d'administration n'ont rien eu a dire
b) soit on traite tous les actionnaires fortis de la même façon, soit on n'intervient pas. Ici, les actionnaires belges se sont fait arnaqués, volés, spoliés et je passe des mots qui pourraient devenir vulgaires. Le gouvernement a cédé à la panique point.
c)les hollandais et la banque centrale hollandaise n'ont pas respecté le contrat, il serait intéressant que Deminor et Modrikamen s'y intéresse, c'est cela qui a précipité la chutte de Fortis

...enfin, ça se ne sont que quelques pensées de passage...

Holocrate a dit…

Je suis un peu silencieux pour le moment...

Faut prendre des Valda, ça dégage super bien ! :-P

Quelqu'un qui ne dit rien non plus - enfin, rien vu passer (?) - et dont le silence est même assez assourdissant : Albert Frère. Serait-il discrètement décédé ?

Chaos Theory a dit…

me comparer à albert ... c'est osé mais flatteur...

Anyway, effectivement, il est silencieux.. aimerait voir ce qu'il a acheté et vendu ces derniers temps...

himself a dit…

@Chaos Theory

Albert n'a jamais été un grand bavard - un des secrets de sa réussite, sans doute en plus de son côté filou.

Ce serait plutôt le silence de "Ping An", qui est étrange, n'est-il pas ?

"les hollandais et la banque centrale hollandaise n'ont pas respecté le contrat, il serait intéressant que Deminor et Modrikamen s'y intéressent"

Pour ma part, j'ai appris cet épisode seulement dimanche - même Clerfayt ne semblait pas au courant. Il est vrai qu'il était là pour occuper le terrain. Qui d'ailleurs des politiques présents connaissaient qqechose à la finance ?

Quelles sont les chances de casser le démantèlement par la justice ?

himself a dit…

@echo

"les Pays Bas ont pensé à eux, ont réussi à se venger du coup ABN AMRO"

C'est clair, mais n'est-ce pas un nouvel élément majeur dans la lecture de événements ?

"a) Fortis n'était pas une action spéculative"

Je ne suis pas si sûr. N'était-ce pas toi qui avait publié un post/commentaire sur le nombre impressionnant de transactions ?

N'était-ce pas un placement sur pas seulement un bon dividende ? Qu'est-ce qui a poussé à participer à la "dernière"
recapitalisation

Même question: quelles sont les réelles chances de casser le split en justice ?

himself a dit…

"Ping An" ?

Le deuxième plus grand assureur chinois a fait état ce lundi d'un troisième trimestre fortement déficitaire, imputable à une diminution de valeur issue de ses investissements dans Fortis.Le titre de l'assureur chinois est tombé de 80% sur le marché de Shanghai cette année.
Bruxelles (L'Echo/Bloomberg) - Ping An Insurance, le deuxième plus grand assureur chinois, a fait état ce lundi d'un troisième trimestre fortement déficitaire, imputable à une diminution de valeur issue de ses investissements dans Fortis.

L'assureur a payé en novembre 1,81 milliard d'euros pour une participation de 4,9% dans Fortis, lequel s'est retrouvé par la suite victime de la crise du crédit après avoir investi 24,2 milliards d'euros dans l'acquisition d'ABN-Amro.

Or, Fortis a perdu 95% de sa valeur en Bourse cette année. Ping An avait déja déclaré qu'il renonçait à l'achat prévu de la moitié de Fortis's asset management unit. L'assureur chinois est tombé de 80% sur le marché de Shanghai cette année.

Ping An a rapporté une perte nette de 915 millons d'euros pour la période prenant fin le 30 septembre, par comparaison avec un bénéfice net de 424 millions d'euros pour la même période un an plus tôt.

http://www.lecho.be/actualite/entreprises_finance/Les_resultats_de_Ping_An_fortement_impactes_par_Fortis.8095955-584.art

Echocynique a dit…

@ Himself

Si Fortis était spéculatif, c'était uniquement pour certains.

Le volume énorme que je citais, est le volume depuis la reprise de cotation. Et qu'une filiale d'AXA atteigne aujourd'hui plus de 3 % m'interpelle comme disent les employés de BNP (France :-))

Je reste convaincu que BNP a fait une excellent affaire. Que l'Etat a montré son incapacité à gérer la crise.

Et c'est cela qui est dommage. je ne sais pas si le moyen utilisé aux Pays Bas (le CA aurait dû convoquer une AG extraordinaire pour vendre les filiales) aboutira, mais ce qui est sûr c'est que l'Etat belge a fait une faute, qu'il y a un dommage et un lien de causalité.

Donc l'Etat et les administrateurs pourraient devoir indemniser les actionnaires.

Pour les administrateurs, ce seraient leurs assurances.

Je reste convaincu que les administrateurs n'ont pas agi de manière malhonnête. j'ai lu sans pouvoir vérifier que Mr Lippens a perdu 60% de sa fortune dans l'affaire. En septembre Mr Bodson a souscrit un paquet d'obligations obligatoirement convertibles. Ils ont donc perdu beaucoup d'argent.

Mais je reste aussi convaincu que l'Etat doit mieux indemniser les actionnaires: ce ont des électeurs, ce sont des clients (rentables) de Fortis banque.

Perdre des voix n'est pas si grave. Perdre 500.000 ou 1.000.000 de clients rentables (un ordre de bourse coûte 30 € chez Fortis alors que le prix minimum appliqué par ailleurs par certains est de 8€) est beaucoup plus grave.

Donc BNP a aussi intérêt à trouver un moyen pour consoler le actionnaires clients.

himself a dit…

@Echo
"Je reste convaincu que les administrateurs n'ont pas agi de manière malhonnête."

Entretemps: Le parquet de Bruxelles a lancé une enquête préliminaire pour des malversations qu'auraient commis certains anciens dirigeants de Fortis. Une plainte a été déposée au pénal, ce qui a pour conséquence de geler les actions de Deminor et des petits actionnaires.

http://grand-barnum.blogspot.com/2008/10/le-coup-de-jarnac-la-sauce-flamingante.html

Echocynique a dit…

Dis Himself,

Et la présomption d'innocence? :-)

himself a dit…

@Echo

"Et la présomption d'innocence?"

ahah !

Factuel:

- Le parquet de Bruxelles a lancé une enquête
- Une plainte a été déposée au pénal (& conséquence ... et peut-être le résultat espéré?)
- geler les actions de Deminor

Conditionnel:

"des malversations qu'AURAIENT commis certains anciens dirigeants de Fortis" : on ne peut dire moins si le parquet ouvre une enquête....

La déontologie et l'éthique sont "safe", non ?

.... et la présomption d'innocence aussi, je pense.

himself a dit…

@Echocynique

Correctif de la part de l'Echo !

"Le dossier ouvert par ce particulier vise des infractions aux articles 39 de la loi sur le contrôle du secteur financier et 649 de la loi sur les sociétés. "Des renseignements inexacts auraient été communiqués sur la solvabilité et la liquidité de Fortis dans le but de manipuler le marché lors d'une augmentation de capital en septembre et octobre 2007", a expliqué mardi le porte-parole du parquet de Bruxelles, Jos Colpin.

Contrairement à ce qui a été écrit précédemment, cette plainte au pénal ne suspend par l'action civile portant sur la débâcle financière de Fortis (l'adage « le pénal tient le civil en l'état » ne s'applique pas dans ce cas).

Le député sp.a Renaat Landuyt, quant à lui, a appelé mardi le gouvernement à se constituer partie civile dans le dossier Fortis. Le ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, doit donner la priorité à ce dossier et faire en sorte qu'il y ait suffisamment de personnes pour le traiter, a ajouté le député.

Pour rappel, les procédures introduites par le cabinet de défense des minoritaires Deminor ainsi que par l'avocat Modrikamen, tentent de geler l'intégration de Fortis au sein de BNP Paribas.
"